Nicolas Courtier
Avocat en IP-IT · Marseille
quote
Doctrine est mon réflexe numéro 1 quand j’aborde un nouveau dossier

Après avoir commencé sa carrière en droit des affaires, Maître Nicolas Courtier s’est spécialisé en Propriété Intellectuelle et en droit des technologies et a placé au cœur de son expertise les problématiques Data et aujourd’hui le RGPD. Membre du Conseil d’Administration de l’Association Française de Droit de l’Informatique et de la Télécommunication (AFDIT), il exerce également une activité universitaire et de recherche. Pour Maître Courtier, le défi est d’être référent sur son cœur d’expertise et accompagner la croissance de ses clients dans toutes les innovations qu’ils développent. Face à ces enjeux et aux évolutions rapides de sa spécialité, il revient sur son choix d’utiliser Doctrine pour devenir plus pertinent pour conseiller et défendre ses clients.

Devenir plus pertinent que la concurrence en trouvant l’argument clé

Le contentieux représente un quart de l’activité de Me Courtier qui explique ”Doctrine est devenu le réflexe numéro un lorsque j’aborde un nouveau dossier. J’obtiens immédiatement une vision de la réalité de la matière, dans le contexte du dossier traité, que je n’ai nulle part ailleurs.”

Il complète “trouver l’argument clé est évidemment l’enjeu numéro un. Lorsque je fais une recherche de jurisprudence sur Doctrine et que je ne trouve rien, je suis quasiment sûr qu’il n’y a rien. Doctrine m’offre des certitudes.”

Il précise “Une décision de première instance peut avoir la valeur d’un arrêt de cassation si elle est la seule ! J’ai pratiquement amorti mon abonnement Doctrine avec une seule décision de justice que je n’ai trouvée nulle part ailleurs et qui m’a apporté la réponse à une consultation sur l’opportunité d’un contentieux dans un domaine totalement nouveau.”

L’actualité juridique évoluant extrêmement rapidement en IT et PI, Me Courtier utilise les alertes personnalisées pour appréhender toutes les évolutions législatives et jurisprudentielles pour rester pertinent.

“Le fait que l’information n’existe pas aujourd’hui ne veut pas dire qu’elle n’existera pas demain. Et quand ce sera le cas, je veux être parmi les premiers informés. Par exemple, je me suis créé une série d’alertes sur toute une série d'articles du code pénal sur certaines infractions liées aux technologies pour lesquelles le contentieux est rare. Dès que de la jurisprudence tombera en faisant référence à ces articles, j’en serai informé. Le gain en temps et pertinence est inestimable”

Appréhender un nouveau sujet dans le cadre du conseil

Si l’activité contentieuse de Me Courtier traite de thématiques récurrentes, le conseil - qui représente les trois-quarts de son activité - est plus diversifié. Comme il l’explique “Soit je connais le sujet et je sais faire, soit j’ai besoin d’appréhender de nouveaux concepts”. Dans ce cadre, Me Courtier se base principalement sur de la doctrine pour défricher de nouvelles questions de droit puis affine sa compréhension du sujet en zoomant sur les détails qui seront déterminants dans le cadre du dossier traité ; il utilise Doctrine pour cela.

“Dans certains cas, la problématique n’est pas tant de trouver une information que définir l’objet de la recherche. La finesse de recherche et de filtres offerts par Doctrine me permet de faire émerger facilement les subtilités d’un sujet que je ne maîtrise pas encore et d’offrir un meilleur conseil à mes clients”.

Bâtir sa stratégie de défense en comprenant qui sont les intervenants dans l’affaire plaidée

Pour Me Courtier, l’accès au panorama du contentieux des entreprises défendues et opposées dans l’affaire permet la mise en place d’une stratégie de défense bien plus efficace.

Il précise “Lorsque j’aborde un nouveau dossier impliquant un adversaire qui subit un contentieux récurrent sur le sujet, j’ai accès avec Doctrine à un panorama des affaires plaidées, celles qui ont été gagnées comme celles qui ont été perdues. C’est une information inestimable quand on bâtit une stratégie de défense.”

Me Courtier valorise également sa page avocat pour qu’elle reflète au mieux sa compétence. “La page avocat est un élément de réassurance pour les clients et crédibilise mon expertise. On y voit les affaires que j’ai plaidées par domaine du droit.”

Il conclut “Doctrine est d’une grande précision et me permet une meilleure maîtrise de ma matière.”