Arrêté du 9 mars 2004 relatif au titre professionnel de technicien(ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes

Texte intégral


Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité,
Vu le décret n° 2002-615 du 26 avril 2002 relatif à la validation des acquis de l'expérience pour la délivrance d'une certification professionnelle ;
Vu le décret n° 2002-616 du 26 avril 2002 relatif au répertoire national des certifications professionnelles ;
Vu le décret n° 2002-1029 du 2 août 2002 relatif au titre professionnel délivré par le ministre chargé de l'emploi ;
Vu l'arrêté du 25 novembre 2002 relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi ;
Vu le référentiel d'emploi, d'activités, compétences du titre professionnel de technicien(ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes ;
Vu le référentiel de certification du titre professionnel de technicien(ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes ;
Vu l'avis de la commission professionnelle consultative métallurgie des 27 et 28 novembre 2003,
Arrête :

Article 1

Le titre professionnel de technicien (ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes est créé.
Il est délivré dans les conditions prévues par l'arrêté du 25 novembre 2002 susvisé.
Il est classé au niveau IV de la nomenclature des niveaux de formation, telle que définie à l'article 2 du décret n° 2002-616 du 26 avril 2002 susvisé et dans le domaine d'activité 252 r (code NSF).
Le titre professionnel de technicien (ne) reconstructeur (trice) de moteurs thermiques et d'organes est enregistré au répertoire national des certifications professionnelles pour une durée de un an à compter du 27 mars 2014.

Article 2


Le référentiel d'emploi, d'activités, compétences et le référentiel de certification du titre professionnel de technicien(ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes sont disponibles dans tout centre AFPA ou centre agréé.

Article 3

Le titre professionnel de technicien (ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes est composé des trois unités constitutives dont la liste suit :

1. Expertiser l'état d'usure et réparer les groupes motopropulseurs par remplacement de composants ;

2. Remettre en état des éléments mécaniques par différents procédés d'ajustage, d'usinage et de soudage ;

3. Reconstruire les moteurs thermiques au moyen de machines d'usinage spécialisées.

Elles peuvent être sanctionnées par des certificats de compétences professionnelles (CCP) dans les conditions prévues par l'arrêté du 9 mars 2006 susvisé.

Article 4


L'annexe au présent arrêté comporte les informations requises pour l'inscription du titre professionnel au répertoire national des certifications professionnelles.

Article 5


La déléguée générale à l'emploi et à la formation professionnelle est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié ainsi que son annexe au Journal officiel de la République française.

Article Annexe


INFORMATIONS REQUISES POUR L'INSCRIPTION DU TITRE PROFESSIONNEL AU RÉPERTOIRE NATIONAL DES CERTIFICATIONS PROFESSIONNELLES


Intitulé :
Titre professionnel : technicien (ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes.
Niveau : IV.
Code NSF : 252 r.

Résumé du référentiel d'emploi

Le (la) technicien (ne) reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes réalise la réparation et la reconstruction d'éléments et d'ensembles mécaniques de machines et de moteurs thermiques, en mettant en oeuvre des techniques et des procédés spécifiques.
Pour éclairer le client sur les dispositions à prendre pour remettre en état un matériel usagé, il (elle) procède au contrôle et à l'expertise et détermine, a priori, les procédés, les méthodes et les opérations à réaliser et élabore un devis estimatif.
Dans le cadre de la reconstruction d'un matériel :
Il (elle) réalise l'ensemble des opérations de démontage, de vérification et de contrôle métrologique des différentes pièces et statue sur leur état et sur les mesures à prendre concernant leur échange ou leur réparation par usinage, rectification, alésage, soudage, re-métallisation... Pour cela, il (elle) s'appuie sur son expérience et, pour certaines pièces, se réfère aux cotes réparation des constructeurs.
Il (elle) effectue le remontage, les réglages et les mises au point des ensembles mécaniques et des moteurs thermiques.
Il (elle) procède aux différents essais et vérifications pour assurer le contrôle qualité des productions, selon les normes et les critères en vigueur dans l'entreprise.
Il (elle) participe également à l'organisation fonctionnelle de l'entreprise, à la réception de la clientèle, à la planification des interventions et du plan de charge des machines. Parallèlement, il (elle) intervient dans la gestion de la maintenance du parc de machines, centralise les informations techniques relatives aux méthodes et spécifications des constructeurs et exploite les catalogues de pièces détachées.
Les principaux domaines d'application de la reconstruction sont :
Les moteurs et machines thermiques de véhicules légers et lourds, d'engins, de bateaux, de groupes électrogènes.
Les machines industrielles de production : machines-outils, équipements divers.
Les matériels anciens et les véhicules de collection.
Selon les entreprises, la reconstruction s'effectue à l'unité ou en série pour le marché de l'échange standard.

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification
1. Expertiser des ensembles mécaniques
et déterminer les méthodes et les procédés de reconstruction

Assurer la réception clientèle dans le cadre de l'expertise d'ensembles mécaniques à rénover.
Préparer des ensembles mécaniques afin d'expertiser leur état d'usure.
Etablir des prédiagnostics à partir de différents contrôles et mesures et élaborer des devis de remise en état d'ensembles mécaniques.
Définir les méthodes et les procédés à mettre en oeuvre pour la reconstruction d'un ensemble mécanique.

2. Réaliser la remise en état d'ensembles mécaniques
par remplacement de composants

Effectuer les contrôles métrologiques de composants mécaniques et statuer sur leur état d'usure.
Réaliser la remise en état des systèmes de transmission mécaniques par remplacement de composants.
Réaliser la réparation des moteurs et de leurs équipements périphériques.
Réaliser le remontage et le réglage d'ensembles mécaniques.
Effectuer les essais et le contrôle qualité des ensembles mécaniques

3. Effectuer la remise en état d'éléments mécaniques
par différents procédés d'usinage et d'apports de matière

Remettre en état des pièces mécaniques par usinage sur machines conventionnelles.
Réparer des ensembles mécaniques par différents procédés d'assemblage et de soudage.
Recharger, remétalliser des pièces d'usure par différents procédés d'apports de matière.

4. Reconstruire les moteurs thermiques
au moyen de machines d'usinage spécialisées

Remettre en état les culasses de moteurs thermiques.
Réaléser et rectifier les blocs-moteurs.
Rectifier, rééquilibrer les équipages mobiles de moteurs thermiques.
Remettre en état les chaînes cinématiques de moteurs thermiques.
Reconstruire les équipements périphériques de moteurs thermiques.

Secteurs d'activités ou types d'emploi accessibles par le détenteur du titre

Ateliers de reconstruction d'ensembles mécaniques pour l'industrie.
Ateliers de reconstruction de moteurs thermiques de véhicules et d'engins.
Ateliers de reconstruction de gros moteurs industriels, ferroviaires et marins.
Entreprises spécialisées dans la refabrication en série de moteurs, de pièces détachées et d'organes, destinés au marché de l'échange standard.
Réglementation de l'activité :
Accords de convention collective n° 3034 services de l'automobile.
Réglementation professionnelle en vigueur, afférente à l'hygiène, la sécurité et la protection de l'environnement dans le milieu de travail.
Codes ROME :
44321-Mécanicien / ne de véhicules particuliers et industriels.
44121-Opérateur / opératrice-régleur / régleuse sur machine-outil.
Autorité responsable de la certification :
Ministère chargé de l'emploi.
Bases légales et réglementaires :
Loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale ;
Décret n° 2002-1029 du 2 août 2002 ;
Arrêté du 25 novembre 2002.

Fait à Paris, le 9 mars 2004.

Pour le ministre et par délégation :

La déléguée générale à l'emploi

et à la formation professionnelle,

C. Barbaroux

0 Commentaire

Aucun commentaire indexé par Doctrine ne cite cette loi

0 Décision

Aucune décision indexée sur Doctrine ne cite cette loi.

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.