Décret n°76-1137 du 7 décembre 1976 RELATIF A LA STRUCTURE DE L'ORGANISATION AUTONOME D'ASSURANCE VIEILLESSE DES TRAVAILLEURS NON-SALARIES DES PROFESSIONS INDUSTRIELLES ET COMMERCIALES.

Texte intégral

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'économie et des finances, du ministre du travail et du ministre du commerce et de l'artisanat,
Vu le code de la sécurité sociale, et notamment le livre VIII, titre Ier (art. L. 644 et L. 645 (2°)) ;
Vu la loi n° 72-554 du 3 juillet 1972 portant réforme de l'assurance vieillesse des travailleurs non salariés des professions artisanales, industrielles et commerciales, et notamment l'article 7 ;
Vu le décret n° 49-1303 du 17 septembre 1949 portant règlement d'administration publique relatif aux règles de fonctionnement et de gestion de l'organisation autonome d'allocation de vieillesse des professions industrielles et commerciales, modifié notamment par le décret n° 74-52 du 17 janvier 1974 ;
Vu le décret n° 60-452 du 12 mai 1960 relatif à l'organisation et au fonctionnement de la sécurité sociale, modifié notamment par le décret du 17 janvier 1974 susvisé ;
Vu les propositions de l'assemblée plénière des délégués des conseils d'administration des caisses de base de l'organisation autonome d'assurance vieillesse des travailleurs non salariés des professions industrielles et commerciales en date du 20 octobre 1973 ;
Vu l'avis du conseil d'administration de la caisse de compensation de l'organisation autonome nationale de l'industrie et du commerce en date du 16 février 1976 ;
Le Conseil d'Etat (section sociale) entendu,
TITRE IV : DISPOSITIONS DIVERSES ET TRANSITOIRES.
Les dispositions du troisième alinéa de l'article 11 sont applicables aux assujettis ayant commencé leur activité professionnelle postérieurement au 1er janvier 1975.
A titre transitoire, les assujettis ayant commencé leur activité professionnelle le 1er janvier 1975 ou antérieurement peuvent demander à modifier leur option avant le 1er juillet 1977, la date d'effet de l'inscription à la nouvelle caisse et le point de départ de la première période biennale étant alors fixés au premier jour du semestre civil suivant la demande. Lorsque aucune modification d'option n'aura été demandée avant le 1er juillet 1977, le point de départ de la première période biennale sera fixé au 1er janvier 1978.
A compter de la date de publication du présent décret et pour l'application de tous les décrets ou arrêtés pris en vertu de la loi n° 48-101 du 17 janvier 1948, du livre VIII, titre Ier, du code de la sécurité sociale et de toute autre disposition de nature législative ou réglementaire, la caisse nationale mentionnée à l'article 1er (1°) ci-dessus et les caisses de base mentionnées au titre II du présent décret sont substituées respectivement à la caisse nationale de compensation et aux caisses locales, professionnelles et interprofessionnelles avec toutes les conséquences de droit qui en résultent.
Le Premier ministre : RAYMOND BARRE.
Le ministre du travail, CHRISTIAN BEULLAC.
Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'économie et des finances, MICHEL DURAFOUR. Le ministre du commerce et de l'artisanat, PIERRE BROUSSE.

0 Commentaire

Aucun commentaire indexé par Doctrine ne cite cette loi


1Conseil d'Etat, 1 / 4 SSR, du 23 janvier 1981, 09943, mentionné aux tables du recueil Lebon
Annulation

Intervention d'un arrêté interministériel du 28 juillet 1977 portant retrait d'agrément de la caisse autonome de prévoyance des commerces textiles motivée par le désir du gouvernement de simplifier la structure de l'organisation de l'assurance vieillesse des travailleurs non salariés des professions industrielles et commerciales par la suppression de la caisse autonome de prévoyance des commerces textiles et le rattachement de ses ressortissants à la caisse de retraite des industriels et commerçants du textile, résultant de la fusion de la caisse de retraite et de prévoyance des non …

 Lire la suite…
  • Compétence du Conseil d'État en premier et dernier ressort·
  • Compétence à l'intérieur de la juridiction administrative·
  • Organisation de la sécurité sociale·
  • Détournement de procédure·
  • Sécurité sociale·
  • Autres caisses·
  • Compétence·
  • Prévoyance·
  • Fusions·
  • Allocation vieillesse

2Conseil d'Etat, 1 / 4 SSR, du 13 novembre 1987, 48613, publié au recueil Lebon
Annulation

Requérant contestant, d'une part, la décision du 10 septembre 1979 par laquelle le directeur régional des affaires sanitaires et sociales de l'Ile-de-France l'a suspendu de ses fonctions de directeur de la caisse interprofessionnelle de retraite des commerçants détaillants de la région parisienne et, d'autre part, la délibération de la commission de discipline en date du 24 septembre 1979 en tant que ladite délibération a confirmé la mesure de suspension sans traitement pour une durée de quinze jours à compter du 10 septembre 1979 et a émis un avis tendant à sa rétrogradation. En …

 Lire la suite…
  • Décisions pouvant ou non faire l'objet d'un recours·
  • Personnel des organismes de sécurité sociale·
  • Décisions émanant d'autres autorités·
  • Actes législatifs et administratifs·
  • Organisation de la sécurité sociale·
  • Assurance vieillesse et invalidite·
  • Différentes catégories d'actes·
  • Actes a caractère de décision·
  • Introduction de l'instance·
  • Régimes de non-salariés

3Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 18 octobre 1983, 82-94.298, Publié au bulletin
Rejet

Justifie l'application des articles 220 et suivants et 456 de la loi du 24 juillet 1966, l'arrêt qui constate qu'au cours de son mandat un commissaire aux comptes d'une société, a reçu une rémunération même indirecte pour des travaux étrangers à ses fonctions, à savoir une expertise destinée à analyser la situation comptable d'une société dans laquelle une prise de participation était envisagée par la société qu'il contrôlait (1).

 Lire la suite…
  • Commissaire aux comptes·
  • Sociétés par actions·
  • Sociétés anonymes·
  • Incompatibilités·
  • Sociétés·
  • Filiale·
  • Comptable·
  • Exercice illégal·
  • Rémunération·
  • Honoraires
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.