Décret n°83-1091 du 16 décembre 1983 MODIFIANT LES ARTICLES 265 ET 266 DE L'ANNEXE III AU CODE GENERAL DES IMPOTS RELATIFS A LA REDUCTION DE LA TAXE DE PUBLICITE FONCIERE ET DU DROIT DE MUTATION PREVUE EN FAVEUR DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'AMELIORATION DES STRUCTURES DES ENTREPRISES.

Texte intégral

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et du budget,
Vu les articles 683, 697, 719, 721, 1465, 1649 nonies et 1727 du code général des impôts et les articles 265 et 266 de l'annexe III à ce code.
L'article 265 de l'annexe III au code général des impôts est remplacé par les dispositions suivantes :
Article 265.
I. - Le taux de la taxe de publicité foncière ou du droit d'enregistrement prévu à l'article 683 du code général des impôts est réduit à 2 p. 100 pour les acquisitions immobilières effectuées en vue des opérations ci-après :
1° Créations, extensions ou décentralisations par voie de transfert d'activités industrielles ou de recherche scientifique et technique, ou de services de direction, d'études, d'ingénierie et d'informatique qui entrent dans le champ d'application de l'exonération temporaire de taxe professionnelle prévue à l'article 1465 du code général des impôts ;
2° Reprises d'établissements industriels en difficulté ou reconversions d'établissements industriels susceptibles de permettre la poursuite durable de l'activité et le maintien de l'emploi ;
3° Décentralisation par voie d'extension d'une entreprise industrielle exerçant la totalité de son activité en région parisienne ou en région lyonnaise ;
4° Regroupements d'entreprises industrielles ou transferts dans une zone à vocation industrielle d'entreprises industrielles implantées dans une zone résidentielle ;
5° Créations de centres de formation professionnelle ;
6° Acquisitions par des coopératives agricoles des immeubles nécessaires à leur fonctionnement.
II. - Le droit établi par l'article 719 du code général des impôts est réduit à 2 p. 100 pour les acquisitions de fonds de commerce ou de clientèle réalisées dans le cadre d'opérations de concentration d'entreprises industrielles nécessaires à la modernisation de ces entreprises ou de reprise d'établissements industriels en difficulté susceptibles de permettre la poursuite durable de l'activité et le soutien de l'emploi.
III. - Les opérations définies ci-dessus doivent être réalisées dans des zones définies par arrêté. Toutefois, aucune condition de localisation n'est exigée pour les reprises d'établissements industriels en difficulté, les créations de centres de formation professionnelle et les acquisitions immobilières portant sur des friches industrielles.
L'article 266 de l'annexe III au code général des impôts est remplacé par les dispositions suivantes :
Article 266.
Sous réserve des dispositions de l'article 300 de l'annexe II au code général des impôts, l'application des dispositions de l'article 265 est subordonnée à l'agrément préalable à l'acquisition par le ministre chargé du budget. L'agrément est délivré dans les conditions prévues à l'article 1649 nonies du code général des impôts.
L'agrément préalable n'est pas exigé lorsque, une demande d'agrément ayant été déposée, l'acquéreur prend l'engagement dans l'acte d'acquisition d'acquitter le complément de taxe et l'indemnité de retard prévue à l'article 1727 du code général des impôts, si l'agrément ouvrant droit à la réduction du droit de mutation n'était pas délivré.
Le Premier ministre, Pierre MAUROY.
Le ministre de l'économie, des finances et du budget, Jacques DELORS.
Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie, des finances et du budget, Henri EMMANUELLI.

Commentaires


1Indemnité de conseil du receveur : une liberté presque parfaite ?
compta-finances-locales.legibase.fr · 30 juillet 2019

L'indemnité de conseil du receveur est prévue par la loi no82-213 du 2 mars 1982, le décret no82-979 du 19 novembre 1982 et les arrêtés du 16 décembre 1983 et du 12 juillet 1990. Elle permet de rémunérer des prestations personnelles fournies par les agents de la direction des finances auprès des ordonnateurs locaux. Elle fait l'objet d'une activité parlementaire régulière par des questions écrites récurrentes (Rép. min., no 19741 : JO Sénat, 9 mars 2018, p. 1008 ; Rép. min., no 9150 : JO AN, 31 juill. 2018, p. 6847).

 Lire la suite…

2Impots Et Taxes - Politique Fiscale - Credit Bail. Transfert D'Une Entreprise Societe De Capitaux A Une Societe Civile Immobiliere
M. Hiard Pierre · Questions parlementaires · 25 février 1991

M Pierre Hiard attire l'attention de M le ministre delegue au budget sur les incertitudes fiscales liees au transfert d'un credit-bail contracte par une entreprise societe de capitaux a une SCI Une entreprise societe de capitaux, situee dans sa circonscription, ayant fait appel en 1987 a un credit-bail immobilier pour le rachat de locaux industriels anciens, a beneficie du taux reduit en matiere de droits d'enregistrement par application des dispositions de l'article 677 du CGI et du decret no 76-429 du 12 mai 1976 relatif a la dispense d'un agrement prealable. Aujourd'hui, il serait …

 Lire la suite…

3CAA de Paris, conclusions du rapporteur public sur l'affaire n° 94PA00204
Conclusions du rapporteur public

94PA00204 Audience du 16 mars 1995 Lecture du 30 mars 1995 Ministre du budget c/ SARL "Point de vue" Conclusions de Mme X, Commissaire du Gouvernement Par un recours régulièrement introduit le 24 février 1994, le Ministre du budget vous défère un jugement rendu le 8décembre 1993, par lequel le tribunal administratif de Paris a annulé la décision du Ministre de l'économie, des finances et du budget du 1er juillet 1991, refusant à la SARL "Point de vue" l'agrément permettant à la société de bénéficier de la réduction des droits de mutation prévue à l'article 721 du code général des impôts en …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour administrative d'appel de Paris, 2e chambre, du 2 mars 2000, 98PA00750, inédit au recueil Lebon
Rejet

(2 e chambre A) VU, enregistrée le 25 mars 1998 au greffe de la cour, l'ordonnance en date du 16 mars 1998 par laquelle le président de la section du contentieux du Conseil d'Etat a transmis à la cour administrative d'appel de Paris, en application de l'article R.62 du code des tribunaux administratifs et des cours administrative d'appel, la requête présentée par la société anonyme INHOTEL ; VU la requête enregistrée le 21 avril 1995 au secrétariat de la section du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par la société anonyme INHOTEL dont le siège est …, par la SCP LESOURD et BAUDIN, …

 Lire la suite…
  • Règles de procédure contentieuse spéciales·
  • Recours pour excès de pouvoir·
  • Pouvoirs du juge fiscal·
  • Contributions et taxes·
  • Questions communes·
  • Refus d'agrement·
  • Impôt·
  • Agrément·
  • Société anonyme·
  • Économie

2Conseil d'Etat, 7 / 9 SSR, du 3 mars 1989, 77892, inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu le recours du MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET enregistré le 23 avril 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, et tendant à ce que le Conseil d'Etat : 1- annule le jugement du 16 janvier 1986 par lequel le tribunal administratif de Marseille a annulé, à la demande de la société à responsabilité limitée « Compagnie Méridionale de Manutention », la décision du 17 septembre 1984 par laquelle le directeur régional des impôts a refusé à cette société le bénéfice de l'agrément ministériel prévu aux articles 721 du code général des impôts et 266 de l'annexe III à …

 Lire la suite…
  • Légalité des dispositions fiscales·
  • Contributions et taxes·
  • Textes fiscaux·
  • Généralités·
  • Impôt·
  • Entreprise industrielle·
  • Budget·
  • Manutention·
  • Fonds de commerce·
  • Clientèle

3Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2e chambre, du 29 juillet 1993, 92BX00192, inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête, enregistrée le 13 mars 1992 au greffe de la cour, présentée par la société anonyme BONICOLI TRAVAUX PUBLICS ayant son siège … (Gard) ; La société BONICOLI TRAVAUX PUBLICS demande à la cour : 1°) d'annuler le jugement en date du 20 décembre 1991 par lequel le tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande d'annulation de la décision du 5 août 1988, par laquelle le ministre de l'économie et des finances lui a refusé l'exonération de l'impôt sur les sociétés et de la taxe professionnelle ainsi que la réduction du droit de mutation à l'occasion de la reprise de …

 Lire la suite…
  • Règles générales propres aux divers impôts·
  • Personnes morales et bénéfices imposables·
  • Bénéfices industriels et commerciaux·
  • Impôts sur les revenus et bénéfices·
  • Revenus et bénéfices imposables·
  • Questions concernant la preuve·
  • Établissement de l'impôt·
  • Pouvoirs du juge fiscal·
  • Contributions et taxes·
  • Procédure contentieuse
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.