Décret n°89-885 du 14 décembre 1989 modifiant l'annexe II au code général des impôts en ce qui concerne le droit à déduction de la taxe sur la valeur ajoutée

Texte intégral


Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et du budget,

Vu la sixième directive n° 77-388 C.E.E. du Conseil des communautés européennes du 17 mai 1977 en matière d'harmonisation des législations des Etats membres relatives aux taxes sur le chiffre d'affaires, ensemble les décisions du conseil n° 89-487 et n° 89-488 C.E.E. du 28 juillet 1989 autorisant la République française à appliquer une mesure dérogatoire à l'article 17, paragraphes 2 et 6, de cette directive ;

Vu le code général des impôts ;

Le Conseil d'Etat entendu,
L'article 201 sexies de l'annexe II au code général des impôts est remplacé par les dispositions suivantes :
" Art. 201 sexies. - Chaque service couvert par l'option constitue un secteur d'activité pour l'application de l'article 213.
" La taxe sur la valeur ajoutée qui a grevé les biens et services acquis pour les besoins de l'exploitation du service considéré n'est déductible que si ces biens et services sont nécessaires à cette exploitation et leur coût porté en charge dans la comptabilité propre à ce service ; jusqu'au 31 décembre 1992, le pourcentage de l'utilisation privée de ces biens et services ne doit pas être supérieur à 90 p. 100 de leur utilisation totale. "
Au 1° de l'article 216 ter de l'annexe II au code général des impôts les mots : " aux investissements immobiliers et véhicules de transports " sont remplacés par les mots : " aux investissements ".
Le 1 de l'article 230 de l'annexe II au code général des impôts est remplacé par les dispositions suivantes :
" 1. La taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé les biens et services que les assujettis à cette taxe acquièrent ou qu'ils se livrent à eux-mêmes n'est déductible que si ces biens et services sont nécessaires à l'exploitation. Jusqu'au 31 décembre 1992, la taxe ayant grevé les dépenses relatives à des biens et à des services ne peut donner lieu à déduction lorsque le pourcentage de l'utilisation privée de ces biens et services est supérieur à 90 p. 100 de leur utilisation totale. "

Commentaires


1Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°339203
Conclusions du rapporteur public · 30 mai 2012

N° 339203 Société Heppner 3e et 8e sous-sections réunies Séance du 7 mai 2012 Lecture du 30 mai 2012 CONCLUSIONS Vincent Daumas, Rapporteur public La présente affaire contribuera peut-être à clore ce que Laurent Olléon, dans sa chronique à la RJF d'août-septembre 2002, avait appelé « le feuilleton français sur l'exclusion du droit à déduction de la TVA acquittée sur les frais de représentation ». 1. Pour situer l'affaire, il est nécessaire de rappeler les principaux épisodes de cette saga contentieuse de plus de vingt ans. Avant l'intervention de la « 6e directive …

 Lire la suite…

2Commentaire de la décision Décision n° 2010-5 QPC du 18 juin 2010 - SNC KIMBERLY CLARK
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 18 juin 2010

1 Commentaire de la décision n° 2010-5 QPC – 18 juin 2010 SNC KIMBERLY CLARK Le Conseil constitutionnel a été saisi, le 23 avril 2010, par le Conseil d'État d'une question prioritaire de constitutionnalité portant sur la « conformité à la Constitution de l'article 273 du code général des impôts, issu de l'article 18 de la loi n° 66-10 du 6 janvier 1966, en tant qu'il habilite le pouvoir réglementaire à fixer des délais tels que ceux mentionnés à l'article 224-1 de l'annexe II au code général des impôts ». Cette question a permis au Conseil constitutionnel de juger que « la …

 Lire la suite…

3Tva - Récupération - Frais Professionnels
M. Bouvard Michel · Questions parlementaires · 11 septembre 2000

M. Michel Bouvard interroge M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur le non-remboursement de la TVA des frais de représentation (restaurants, hôtels, séminaires) aux entreprises françaises, à la différence de la pratique de la plupart des Etats européens. Cette disposition, qui pénalise le développement des voyages d'affaires dans notre pays et des emplois liés, a fait l'objet d'une prise de position de l'avocat général de la cour de justice de l'Union européenne considérant que la dérogation dont bénéficie la France sur ce point par rapport à la pratique …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour Administrative d'Appel de Paris, 5ème Chambre, 9 octobre 2008, 06PA02691
Annulation

z19-06-04z Des recueils se présentant comme des ensembles imprimés et reliés en cuir, publiés sous un titre et contenant la réédition de numéros de la revue Sciences et vie des années 1913 et 1914, constituent non pas des périodiques, mais des ouvrages de librairie au sens de l'article 1609 duodecies du code général des impôts (CGI), alors même qu'ils se bornent à reproduire in extenso et sans ajout des publications périodiques publiées avant l'institution de la redevance sur l'édition des ouvrages de librairie. Est sans incidence la circonstance que ces recueils ont été vendus …

 Lire la suite…
  • Autres taxes sur le chiffre d'affaires et taxes assimilées·
  • Redevance sur l'édition des ouvrages de librairie (art·
  • Taxes sur le chiffre d'affaires et assimilées·
  • 1609 duodecies du cgi)·
  • Contributions et taxes·
  • Ouvrage de librairie·
  • Librairie·
  • Ouvrage·
  • Redevance·
  • Dépense

2CJCE, n° C-177/99, Arrêt de la Cour, Ampafrance SA contre Directeur des services fiscaux de Maine-et-Loire (C-177/99) et Sanofi Synthelabo contre Directeur des…

Avis juridique important | 61999J0177 Arrêt de la Cour (cinquième chambre) du 19 septembre 2000. – Ampafrance SA contre Directeur des services fiscaux de Maine-et-Loire (C-177/99) et Sanofi Synthelabo contre Directeur des services fiscaux du Val-de-Marne (C-181/99). – Demandes de décision préjudicielle: Tribunal administratif de Nantes et Tribunal administratif de Melun – France. – TVA – Déduction de la taxe – Exclusion du droit à déduction – Dépenses de représentation – Proportionnalité. – Affaires jointes C-177/99 et C-181/99. Recueil de jurisprudence 2000 page I-07013 …

 Lire la suite…
  • Cee/ce - dispositions fiscales * dispositions fiscales·
  • Introduction de mesures particulières dérogatoires·
  • Principe de protection de la confiance légitime·
  • Lutte contre la fraude ou l'évasion fiscales·
  • Système commun de taxe sur la valeur ajoutée·
  • Violation du principe de proportionnalité·
  • Harmonisation des législations fiscales·
  • Déduction de la taxe payée en amont·
  • Illégalité 2 droit communautaire·
  • Limitations du droit à déduction

3Cour Administrative d'Appel de Bordeaux, 5ème chambre (formation à 3), 14 janvier 2008, 05BX00373, Inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête, enregistrée le 17 février 2005, présentée pour la société anonyme PAPETERIES DE GASCOGNE, dont le siège social est B. P. 8 à Mimizan Cedex (40201) ; la SA PAPETERIES DE GASCOGNE demande à la cour : 1°) d'annuler le jugement en date du 25 janvier 2005 par lequel le tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la restitution de la taxe sur la valeur ajoutée d'un montant de 6 307 euros au titre de 1999 grevant des dépenses de repas et de réception ; 2°) de lui accorder la restitution de la taxe contestée ; 3°) de condamner l'Etat à lui verser la somme de 4 500 …

 Lire la suite…
  • Papeterie·
  • Dépense·
  • Valeur ajoutée·
  • Justice administrative·
  • Droit à déduction·
  • Impôt·
  • Spectacle·
  • Restitution·
  • Communauté européenne·
  • Directive
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.