Décret n°83-964 du 8 novembre 1983 portant application de l'article 36 de la loi n° 82-1169 du 31 décembre 1982 et relatif à l'affectation auprès des maires d'arrondissement, des maires délégués des communes déléguées et des maires délégués des communes associées de personnels communaux et à leurs conditions d'emploi.

Texte intégral

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre de l'intérieur et de la décentralisation ;
Vu le livre IV du code des communes ;
Vu la loi n° 82-1169 du 31 décembre 1982 relative à l'organisation administrative de Paris, Marseille, Lyon et des établissements publics de coopération intercommunale, et notamment ses articles 36, 66 et 70 ;
Vu l'avis du conseil administratif supérieur de la commune et du département de Paris (section communale) ;
Vu l'avis de la commission nationale paritaire du personnel communal ;
Le Conseil d'Etat (section de l'intérieur) entendu,
Section I : Modalités d'affectation
Sous-section I : Dispositions générales.
Le nombre et la répartition par catégories des emplois nécessaires à l'exercice, par le conseil d'arrondissement et le maire d'arrondissement, des compétences mentionnées aux articles 6 à 23 de la loi du 31 décembre 1982 susvisée, sont constatés par le maire de la commune et le maire d'arrondissement.
A défaut d'accord entre le maire de la commune et le maire d'arrondissement, le nombre et la répartition des emplois sont fixés par délibération du conseil municipal, ou du conseil de Paris, au vu des propositions du maire de la commune et de celles du maire d'arrondissement.

Les besoins en personnels liés à l'exercice des compétences dévolues au conseil d'arrondissement à la date d'entrée en vigueur du présent décret sont constatés dans un délai de trois mois. A défaut, le conseil municipal ou le conseil de Paris statue dans les deux mois suivants.La même procédure est applicable lorsque le conseil d'arrondissement est investi des attributions, qu'il tient des articles 10, 11 et 70 de la loi du 31 décembre 1982 susvisée. Dans ces cas, le délai de trois mois court à compter de la date de transfert des attributions au conseil d'arrondissement.

0 Commentaire

Aucun commentaire indexé par Doctrine ne cite cette loi


1Tribunal administratif de Lille, 27 septembre 2016, n° 1404948
Annulation

N° 1404948 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE L… N°1404948 M. P… M me Sophie X Rapporteur M. Denis Perrin Rapporteur public Audience du 13 septembre 2016 Lecture du 27 septembre 2016 36-10-04 C+ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de L… (1 re Chambre) Vu la procédure suivante : Par une requête, enregistrée le 1 er août 2014, M. P…, représenté par M e Fillieux, avocat, demande au tribunal : 1°) d'annuler l'arrêté du 11 juillet 2014 par lequel le maire de L… et le maire- délégué de L… l'ont radié des cadres pour abandon de poste ; 2°) …

 Lire la suite…
  • Commune·
  • Maire·
  • Justice administrative·
  • Abandon de poste·
  • Annulation·
  • Affectation·
  • Carrière·
  • Cadre·
  • Radiation·
  • Notification

2Tribunal administratif de Versailles, 10 mars 2016, n° 1505151
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N°1505151 ___________ M. A X ___________ M. Laurent Gros Président-rapporteur ___________ M. Guillaume Thobaty Rapporteur public ___________ Audience du 18 février 2016 Lecture du 10 mars 2016 ___________ 335-01-03 C FGL/cbl RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Versailles (8 e chambre) Vu la procédure suivante : Par une requête et un mémoire en réplique, enregistrés le 31 juillet 2015 et le 30 octobre 2015, M. A X, représenté par M e Arif, demande au tribunal : 1°) d'annuler l'arrêté du 1 …

 Lire la suite…
  • Droit d'asile·
  • Séjour des étrangers·
  • Territoire français·
  • Pays·
  • Liberté fondamentale·
  • Carte de séjour·
  • Convention européenne·
  • Sauvegarde·
  • Refus·
  • Liberté

3Conseil d'Etat, 5 / 3 SSR, du 28 février 1997, 138937, inédit au recueil Lebon
Annulation

Vu la requête transmise par ordonnance du président de la cour administrative d'appel de Lyon et le mémoire complémentaire, enregistrés les 6 juillet 1992 et 9 avril 1993 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M me Jeanne X…, demeurant quartier des Plumes à Fuveau (13710) ; M me X… demande au Conseil d'Etat : 1°) d'annuler le jugement, en date du 21 avril 1992, par lequel le tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté et de la décision du préfet des Bouches-du-Rhône, en date des 26 mai et 21 septembre 1988 ; 2°) …

 Lire la suite…
  • Circulation et stationnement·
  • Police administrative·
  • Permis de conduire·
  • Police générale·
  • Tribunaux administratifs·
  • Annulation·
  • Décret·
  • Validité·
  • Relation internationale·
  • Conseil d'etat
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.