Décret n° 2008-1354 du 18 décembre 2008 relatif aux critères permettant de déterminer la catégorie d'appartenance d'une entreprise pour les besoins de l'analyse statistique et économique

Texte intégral


Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi,
Vu le règlement (CEE) n° 696 / 93 du Conseil du 15 mars 1993 relatif aux unités statistiques d'observation et d'analyse du système productif dans la Communauté ;
Vu la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie, notamment son article 51 ;
Vu la recommandation de la Commission du 6 mai 2003 concernant la définition des micro, petites et moyennes entreprises,
Décrète :

La notion d'entreprise utilisée pour l'application de l'article 51 de la loi de modernisation de l'économie susvisée est celle du règlement (CEE) du Conseil du 15 mars 1993 susvisé, c'est-à-dire la plus petite combinaison d'unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d'une certaine autonomie de décision, notamment pour l'affectation de ses ressources courantes.

Les données retenues pour déterminer la catégorie d'entreprise au sein de laquelle une entreprise doit être affectée pour les besoins de l'analyse statistique et économique sont celles afférentes au dernier exercice comptable clôturé et sont calculées sur une base annuelle. Elles sont prises en compte à partir de la date de clôture des comptes et se conforment aux définitions suivantes :
― l'effectif correspond au nombre d'unités de travail par année (UTA), c'est-à-dire au nombre de personnes ayant travaillé dans l'entreprise considérée ou pour le compte de cette entreprise à temps plein pendant toute l'année considérée. Le travail des personnes n'ayant pas travaillé toute l'année, ou ayant travaillé à temps partiel, quelle que soit sa durée, ou le travail saisonnier, est compté comme fractions d'UTA ;
― le chiffre d'affaires retenu est calculé hors taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et hors autres droits ou taxes indirects, pour le montant des facturations effectuées à l'endroit de personnes physiques et de personnes morales extérieures au périmètre de définition de l'entreprise, au sens de l'article 1er du présent décret ;
― le total de bilan est considéré pour sa valeur consolidée au sein du périmètre de définition de l'entreprise, au sens de l'article 1er du présent décret.

La catégorie des microentreprises est constituée des entreprises qui :
― d'une part occupent moins de 10 personnes ;
― d'autre part ont un chiffre d'affaires annuel ou un total de bilan n'excédant pas 2 millions d'euros.
La catégorie des petites et moyennes entreprises (PME) est constituée des entreprises qui :
― d'une part occupent moins de 250 personnes ;
― d'autre part ont un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 50 millions d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 43 millions d'euros.
La catégorie des entreprises de taille intermédiaire (ETI) est constituée des entreprises qui n'appartiennent pas à la catégorie des petites et moyennes entreprises, et qui :
― d'une part occupent moins de 5 000 personnes ;
― d'autre part ont un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 1 500 millions d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 2 000 millions d'euros.
La catégorie des grandes entreprises (GE) est constituée des entreprises qui ne sont pas classées dans les catégories précédentes.


1Newsletter Droit public – Juin 2022
www.franklin-paris.com · 14 juin 2022

Commande publique A compter du 1er janvier 2022 et jusqu'au 31 décembre 2023, les seuils pour les procédures formalisées sont réhaussés de 6% par rapport à 2020-2021, et fixés comme suit : 5 382 000 € HT pour les marchés de travaux et pour les contrats de concessions passés par les pouvoirs adjudicateurs et les entités adjudicatrices. Ce seuil concerne également les marchés de travaux passés dans le domaine de la défense ou de la sécurité. 140 000 € HT pour les marchés de fournitures et de services des autorités publiques centrales ; 215 000 € HT pour les marchés de fournitures et de …

 Lire la suite…

2COVID-19 et non-paiement de loyer : le bailleur peut-il engager la clause résolutoire du bail ?
Gouache Avocats · 16 novembre 2021

I - Crise sanitaire et non-paiement des loyers commerciaux : les preneurs disposent de plusieurs dispositifs protecteurs : 1. En premier lieu, l'ordonnance en date du 25 mars 2020 relative au paiement des loyers interdit pour les entreprises éligibles au fond de solidarité l'application des pénalités, intérêts de retard, dommages et intérêts, astreinte, exécution de clause résolutoire, clause pénale ou de toute clause prévoyant une déchéance en raison du défaut de paiement de loyers ou de charges pour la période du 12 mars 2020 jusqu'à 2 mois après la date de cessation de l'état d'urgence …

 Lire la suite…

3Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°450256
Conclusions du rapporteur public · 28 mai 2021

N° 450256 – Société Burger King, société Bertrand Restauration et société Groupe Flo 9ème et 10ème chambres réunies Séance du 19 mai 2021 Lecture du 28 mai 2021 Conclusions Mme Emilie BOKDAM-TOGNETTI, rapporteure publique Alors que ce jour marque la réouverture des commerces dits non-essentiels, des terrasses des restaurants et cafés, et des établissements culturels selon une jauge limitée, mais non encore le retour d'une existence normale, il est peu de dire que la France vit, depuis plus d'un an déjà, au rythme des mesures sanitaires dictées par la situation liée à l'épidémie de …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour d'appel de Grenoble, Chambre commerciale, 5 novembre 2020, n° 16/04533
Confirmation

N° RG 16/04533 – N° Portalis DBVM-V-B7A-IWBK LB Minute N° Copie exécutoire délivrée le : la SELARL DESCHAMPS …

 Lire la suite…
  • Facture·
  • Retard·
  • Tourisme·
  • Bail·
  • Astreinte·
  • Résidence·
  • Paiement des loyers·
  • Titre·
  • Sociétés·
  • Sommation

2ADLC, Décision 12-D-02 du 12 janvier 2012 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de l’ingénierie des loisirs, de la culture et du tourisme

Décision n° 12-D-02 du 12 janvier 2012 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de l'ingénierie des loisirs, de la culture et du tourisme L'Autorité de la concurrence (section V), Vu la décision n° 10-SOI-06 du 3 novembre 2010 par laquelle l'Autorité de la concurrence s'est saisie d'office de pratiques concernant le secteur de l'ingénierie des loisirs, de la culture et du tourisme (affaire enregistrée sous le numéro 10/0100 F) ; Vu la décision de la rapporteure générale en date du 10 février 2011 prise en application de l'article L. 463-3 du code du commerce disposant que …

 Lire la suite…
  • Prix·
  • Ingénierie·
  • Consultant·
  • Tarifs·
  • Sanction pécuniaire·
  • Tourisme·
  • Côte·
  • Conseil d'administration·
  • Action concertée·
  • Entreprise

3Conseil d'État, 9ème - 10ème chambres réunies, 6 novembre 2019, 424573
Annulation

) Les articles L. 337-5 et L. 337-6 du code de l'énergie, éclairés par les travaux préparatoires de la loi n° 2010-1488 du 7 décembre 2010 dont ils sont issus, ont pour objet de permettre le développement d'une concurrence tarifaire effective sur le marché de détail de l'électricité.,,,2) Il résulte de la directive 2009/72/CE du 13 juillet 2009, telle qu'interprétée par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qu'il convient de tenir compte, pour déterminer les catégories de consommateurs éligibles aux tarifs réglementés de vente de l'électricité, d'une part, de la différence de …

 Lire la suite…
  • Communautés européennes et Union européenne·
  • Notion de grandes entreprises·
  • 337-6 du code de l'énergie)·
  • 1) objet de la législation·
  • Marché de l'énergie·
  • Règles applicables·
  • Proportionnalité·
  • Tarification·
  • Electricité·
  • 337-5 et l
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.