Décret n° 2018-1320 du 28 décembre 2018 instituant un dispositif d'aide à destination des enfants d'anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés

Texte intégral


Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre des armées,
Vu le code des relations entre le public et l'administration, notamment ses articles L. 231-1 à L. 231-6 ;
Vu le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre, notamment son article L. 611-5 ;
Vu l'avis du comité technique d'établissement de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre en date du 29 novembre 2018 ;
Vu l'avis de la commission permanente du conseil d'administration de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre en date du 27 novembre 2018 ;
Le Conseil d'Etat (section des finances) entendu,
Décrète :

Les enfants d'anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés, qui ont séjourné pendant au moins quatre-vingt-dix jours dans l'une des structures dont la liste est fixée en annexe au décret n° 2022-394 du 18 mars 2022 relatif à la commission nationale indépendante de reconnaissance et de réparation des préjudices subis par les harkis, les autres personnes rapatriées d'Algérie anciennement de statut civil de droit local et les membres de leurs familles, à la suite du rapatriement de leur famille sur le territoire national, et qui résident en France de manière stable et effective, peuvent demander, jusqu'au 31 décembre 2022, une aide de solidarité lorsque leurs ressources ne leur permettent pas de s'acquitter de dépenses ayant un caractère essentiel dans les domaines de la santé, du logement ou de la formation et de l'insertion professionnelle.
Nul ne peut bénéficier de plus d'une aide au titre de chacun des trois domaines mentionnés au premier alinéa. Le montant de chaque aide, qui fait l'objet d'un seul versement, ne peut être révisé.

La demande d'aide est adressée au service départemental ou territorial de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre dont relève le domicile du demandeur.
Une instruction du directeur général de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre précise les renseignements et documents devant être joints à la demande.

La décision d'attribution de l'aide est prise, dans la limite des crédits prévus à ce titre au budget de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, par le directeur général de l'Office, après instruction du service départemental ou territorial compétent.
Pour attribuer l'aide et en déterminer le montant, le directeur général de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre prend en compte, d'une part, la durée de séjour du demandeur dans l'une ou plusieurs des structures mentionnées au premier alinéa de l'article 1er et les conditions de scolarisation qu'il y a connues, d'autre part, l'ensemble des éléments de sa situation personnelle en ce qui concerne la composition de son foyer, le niveau de ses revenus et de ses charges, ainsi que la nature et le montant des dépenses mentionnées au premier alinéa de l'article 1er demeurant à sa charge après prise en compte, le cas échéant, des dispositifs de droit commun existants susceptibles de les couvrir.

Commentaires


1Anciens Combattants Et Victimes De Guerre - Situation Des Harkis
Mme Emmanuelle Ménard · Questions parlementaires · 25 février 2020

Mme Emmanuelle Ménard attire l'attention de Mme la ministre des armées sur la situation des harkis. Depuis plusieurs années, des mesures ont été mises en place au profit des harkis et de leurs enfants, au titre de l'aide sociale, de la formation professionnelle et de l'accompagnement pour l'accès à l'emploi. Au cours de l'année 2018, un groupe de travail a eu pour mission d'évaluer les dispositifs de reconnaissance et de réparation mis en œuvre en faveur des anciens membres des formations « supplétives ». Les travaux ont abouti à la remise d'un rapport « Aux harkis, la France …

 Lire la suite…

2Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°418521
Conclusions du rapporteur public · 4 octobre 2019

N°s 418521 – 426799 – Association Génération Harkis et D... 10ème et 9ème chambres réunies Séance du 16 septembre 2019 Lecture du 4 octobre 2019 CONCLUSIONS M. Alexandre LALLET, rapporteur public L'activisme juridique et politique des pouvoirs publics dans la reconnaissance et le soutien des harkis semble avoir pour effet paradoxal d'exacerber l'activisme contentieux des intéressés, à tout le moins de certains d'entre eux. Après la loi d'interdiction non assortie de sanction pénale, dont nous vous avons déjà entretenu, ce sont ici des mesures, ou des propositions de mesures, d'ordre social …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Montpellier, 3 août 2022, n° 2203451
Rejet

Vu la procédure suivante : Par une requête enregistrée le 4 juillet 2022, M me B A doit être regardée comme demandant au tribunal l'annulation de la décision du 21 juin 2022 par laquelle l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) lui a octroyé la somme de 4 000 euros au titre de l'aide de solidarité prévue par le décret n° 2018-1320 du 28 décembre 2018 modifié, pour « Désendettement immobilier ». Vu les autres pièces produites et jointes au dossier. Vu le code de justice administrative. 1. Aux termes de l'article R. 222-1 du code de justice administrative « …

 Lire la suite…
  • Ancien combattant·
  • Justice administrative·
  • Victime de guerre·
  • Tribunaux administratifs·
  • Légalité externe·
  • Solidarité·
  • Annulation·
  • Décret·
  • Immobilier·
  • Victime

2Tribunal administratif de Nice, 27 janvier 2023, n° 2204828
Rejet

Vu la procédure suivante : Par une requête enregistrée le 4 octobre 2022, M. B A saisit le tribunal au fin de bénéficier, en tant que fils de feu Mohamed A, du dispositif d'aide à destination des enfants d'anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés. Une demande de régularisation a été adressée le 10 octobre 2022 à M. A, aux fins de production dans le délai d'un mois de la décision ou de l'acte qu'il entend attaquer. Vu les autres pièces du dossier. Vu : — le décret n° 2020-513 du 4 mai 2020 modifiant le décret n° …

 Lire la suite…

    3Conseil d'État, 10ème - 9ème chambres réunies, 4 octobre 2019, 426799, Inédit au recueil Lebon
    Rejet

    Vu la procédure suivante : Par une requête sommaire, un mémoire complémentaire et un mémoire en réplique, enregistrés les 18 janvier, 29 mars et 12 septembre 2019 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, M. BP… BK… et l'association Générations Harkis demandent au Conseil d'Etat : 1°) d'annuler pour excès de pouvoir le rapport du groupe de travail présidé par M. L…, intitulé « Aux harkis, la France reconnaissante », remis le 17 juillet 2018 ; 2°) d'annuler pour excès de pouvoir le décret n°2018-1320 du 28 décembre 2018 instituant un dispositif d'aide à destination des enfants …

     Lire la suite…
    • Droit local·
    • Décret·
    • Armée·
    • Aide·
    • Excès de pouvoir·
    • Enfant·
    • Victime de guerre·
    • Associations·
    • Annulation·
    • Formation
    Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
    Vous avez déjà un compte ?

    0 Document parlementaire

    Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

    Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.