Loi n° 79-525 du 3 juillet 1979 RELATIVE AU SOUTIEN DE L'INVESTISSEMENT PRODUCTIF INDUSTRIEL.

Sur la loi

Entrée en vigueur : 4 juillet 1979
Dernière modification : 4 juillet 1979
Code visé : Code général des impôts, CGI.

Texte intégral

I - Les entreprises qui ont procédé à la réévaluation de leur bilan dans les conditions prévues par l'article 69 de la loi de finances pour 1978, n° 77-1467, peuvent, pour les exercices 1979 et 1980, déduire de leur résultat imposable une partie de la provision spéciale de réévaluation égale à 10 p. 100 de l'excédent de l'investissement net réalisé au cours de l'exercice par rapport à l'investissement net réalisé au cours de l'exercice précédent. Au cas où la fraction de la provision rapportable au résultat comptable au titre de chacun de ces exercices par application du II de l'article 69 précité est inférieure au montant de la déduction autorisée, la différence est déduite du bénéfice imposable de ces mêmes exercices. Seules sont prises en compte, pour la détermination de l'investissement, les immobilisations corporelles amortissables exploitées en France.
Toutefois, cette déduction n'est pas applicable si la valeur d'origine des immobilisations en biens d'équipement entrant dans le champ d'application de l'article 39 A 1 du Code général des impôts représente, au début de chaque exercice, moins des deux tiers de celle des immobilisations corporelles amortissables autres que les constructions. Elle ne peut être pratiquée par les compagnies d'assurances de toute nature, les entreprises de location et de gestion d'immeubles ni par les institutions financières autres que les entreprises de crédit-bail régies par la loi n° 66-455 du 2 juillet 1966, relative aux entreprises pratiquant le crédit-bail. Ne peuvent en bénéficier que les entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés ou à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux en application de l'article 34 du Code général des impôts et selon un régime réel autre que celui prévu à l'article 302 septies A bis du même code.
II - Les entreprises n'ayant pas procédé à la réévaluation de leur bilan et entrant dans le champ d'application du paragraphe I sont autorisées à opérer sur leur bénéfice imposable des exercices 1979 et 1980 et dans les mêmes conditions la déduction prévue à ce paragraphe.
III - Un décret en Conseil d'Etat fixe les conditions d'application des dispositions précédentes ; il les adapte notamment au cas d'exercices de durée inégale ou ne coïncidant pas avec l'année civile et de transferts de biens non rémunérés par le paiement d'un prix ou résultant d'opérations de fusion, de scission ou d'apport partiel d'actif.
La base de calcul de l'amortissement des immobilisations acquises ou créées au moyen de primes de développement régional, d'orientation pour les entreprises de produits agricoles et alimentaires, d'installation et de développement artisanal /C/LOI 30 1980-01-18 FINANCES POUR 1980 ART. 79 : d'un équipement dans les départements d'outre-mer//, accordées au cours des années 1979 et 1980, est majorée, pour la détermination du bénéfice imposable, de la moitié du montant de la prime. Un décret en Conseil d'Etat fixe en tant que de besoin les modalités d'application du présent article.
Les entreprises qui font, en France, des investissements en matériels et outillage de recherche scientifique ou technique répondant aux définitions fixées par un décret en Conseil d'Etat peuvent pratiquer, au titre de l'exercice de leur réalisation, un amortissement égal à 50 p. 100 du prix de revient de ces investissements. La valeur résiduelle de ces matériels et outillage est, à compter de l'exercice suivant, amortissable au taux calculé d'après la durée normale d'utilisation restant à courir.
Toutefois, cette faculté n'est pas ouverte aux entreprises qui occupent plus de 2.000 salariés ; elle ne l'est pas non plus aux entreprises constituées sous forme de sociétés dont les droits de vote attachés aux actions ou parts sont détenus, directement ou indirectement, à concurrence de plus de la moitié par des sociétés cotées en bourse.
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : VALERY GISCARD D'ESTAING. PREMIER MINISTRE : RAYMOND BARRE. MINISTRE DU BUDGET : MAURICE PAPON.

Commentaires


1BIC - Amortissements – Régime des amortissements exceptionnels - Immobilisations acquises ou créées au moyen de certaines primes d'équipement
BOFIP · 12 septembre 2012

1 L'article 39 quinquies FA du code général des impôts (CGI) prévoit que les entreprises qui ont acquis ou créés des immobilisations au moyen de certaines primes d'équipement peuvent, pour la détermination de leur bénéfice comptable, majorer la base de calcul de l'amortissement de ces immobilisations de la moitié du montant de la prime. Initialement prévu par l'article 2 de la loi n° 79-525 du 3 juillet 1979, ce dispositif temporaire a été reconduit, en dernier lieu, par l'article 81 de la loi n° 2002-1575 du 30 décembre 2002 pour les primes accordées avant le 1er janvier 2006. Les …

 Lire la suite…

2Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°270899
Conclusions du rapporteur public · 7 juillet 2006

N° 270899 SARL CADEV 8ème et 3ème sous-sections réunies Séance du 31 mai 2006 Lecture du 7 juillet 2006 CONCLUSIONS M. Laurent Olléon, Commissaire du Gouvernement La SARL CADEV, qui exerce une activité de formation professionnelle et de conseil en organisation industrielle auprès de PME et de PMI, a fait l'objet d'une vérification de comptabilité à l'issue de laquelle l'administration a, notamment, remis en cause des crédits d'impôt recherche dont elle avait bénéficié au titre des exercice clos en 1990 et 1991. Le service considérait que les travaux effectués par la société, à savoir la …

 Lire la suite…

3Amortissement Des Immobilisations Acquises Grâce Aux Primes De Développement Régional
M. Louis Mercier, du group UC, de la circonsciption: Loire · Questions parlementaires · 22 mai 1986

L'article 39 quinquies FA du C.G.I., issu de la loi n° 79-525 du 3 juillet 1979 article 2, institue une majoration de l'amortissement des immobilisations acquises ou créées notamment, au moyen de primes de développement régional. Or, la prime de développement régional n'est que la suite, décentralisée à raison d'un montant inférieur à un certain seuil, de la prime d'adaptation industrielle instituée par les décrets n°s 64-440 du 21 mai 1964, puis 69-285 et 69-286 du 21 mars 1969. Mais, le but poursuivi par le législateur était toujours le même : " Favoriser la création d'activités …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour administrative d'appel de Versailles, 16 janvier 2009, n° 08VE02927
Rejet

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE VERSAILLES N° 08VE02927 M. Z Y Ordonnance du 16 janvier 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Versailles 2 e Chambre Vu la requête, enregistrée en télécopie le 8 septembre 2008 et en original le 10 septembre 2008 au greffe de la Cour administrative d'appel de Versailles, présentée pour M. Z Y, élisant domicile chez M. X, XXX, à Saint-Denis (93200), par M e Wakam ; M. Y demande à la Cour : 1°) d'annuler le jugement n° 0802467 en date du 8 juillet 2008 par lequel le Tribunal administratif de …

 Lire la suite…
  • Justice administrative·
  • Identité nationale·
  • Légalité externe·
  • Pays·
  • Mali·
  • Tribunaux administratifs·
  • Immigration·
  • Carte de séjour·
  • Territoire français·
  • Inopérant

2Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2e chambre, du 19 mai 1993, 92BX00187, inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête, enregistrée le 12 mars 1992 au greffe de la cour présentée pour M. Henri X… demeurant… (Hérault) ; M. Henri X… demande à la cour : 1°) d'annuler le jugement en date du 9 janvier 1992 par lequel le tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande en décharge des cotisations supplémentaires à l'impôt sur le revenu auxquelles il a été assujetti au titre de l'année 1985 ; 2°) de prononcer la décharge des impositions contestées ; Vu les autres pièces du dossier ; Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ; Vu le code général des …

 Lire la suite…
  • Revenus des capitaux mobiliers et assimilables·
  • Imposition personnelle du beneficiaire·
  • Impôts sur les revenus et bénéfices·
  • Revenus et bénéfices imposables·
  • Notion de revenus distribués·
  • Contributions et taxes·
  • Règles particulières·
  • Revenus distribués·
  • Investissement·
  • Réévaluation

3Cour de cassation, Chambre civile 3, 13 mai 2009, 08-12.380, Publié au bulletin
Rejet

Ne viole pas l'article 19 de la loi du 3 juillet 1967 la cour d'appel qui fixe à la valeur du fonds de commerce le montant de la restitution par équivalence due aux anciens locataires dès lors que, ayant relevé que par l'effet du jugement de liquidation judiciaire de l'un des preneurs, faisant suite à la libération des lieux en exécution de l'arrêt ultérieurement cassé et à la cessation de l'exploitation, le fonds de commerce avait disparu avec tous ses éléments, elle en a souverainement déduit que la réintégration dans les lieux était impossible

 Lire la suite…
  • Exécution de la décision attaquée·
  • Pouvoirs et devoirs du juge·
  • Restitution par équivalent·
  • Appréciation souveraine·
  • Cassation ultérieure·
  • Pourvoi en cassation·
  • Procédure civile·
  • Effet suspensif·
  • Détermination·
  • Impossibilité
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes