Loi n° 95-885 du 4 août 1995 de finances rectificative pour 1995 (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 6 août 1995
Dernière modification : 31 décembre 1996
Codes visés : Code de la sécurité sociale., Code des communes et 2 autres

Texte intégral

I. - A compter du 1er janvier 1995, pour les exercices clos ou la période d'imposition arrêtée conformément au deuxième alinéa de l'article 37 du code général des impôts, les personnes morales sont assujetties à une contribution égale à 10 p. 100 de l'impôt sur les sociétés calculé sur leurs résultats imposables aux taux mentionnés au I de l'article 219 du même code.
II. - La contribution est payée spontanément au comptable du Trésor chargé du recouvrement des impôts directs, au plus tard à la date prévue au 2 de l'article 1668 du code général des impôts pour le versement du solde de liquidation de l'impôt sur les sociétés.
Pour les entreprises dont l'exercice est clos en 1995 avant le 1er juin, la contribution due au titre de cette année est payée au plus tard le 15 septembre 1995.
Pour les exercices arrêtés au cours des mois de mars à décembre ou pour la période d'imposition mentionnée au I, la contribution donne lieu, au préalable, à un versement anticipé à la date prévue pour le paiement du dernier acompte d'impôt sur les sociétés, avant la clôture dudit exercice ou la fin de ladite période ; la somme due est alors égale à 10 p. 100 du montant de l'impôt sur les sociétés calculé sur les résultats de l'exercice ou de la période qui précède, imposables aux taux mentionnés au I de l'article 219 du code général des impôts.
Lorsque la somme due au titre d'un exercice ou d'une période d'imposition en application de l'alinéa précédent est supérieure à la contribution dont l'entreprise prévoit qu'elle sera finalement redevable au titre de ce même exercice ou de cette même période, l'entreprise peut réduire ce versement à concurrence de l'excédent estimé. Elle remet alors au comptable du Trésor chargé du recouvrement des impôts directs, avant la date d'exigibilité du versement anticipé, une déclaration datée et signée.
Si la déclaration mentionnée à l'alinéa précédent est reconnue inexacte à la suite de la liquidation de la contribution, la majoration prévue au 1 de l'article 1762 du code général des impôts est appliquée aux sommes non réglées.
III. - La contribution est établie, contrôlée et recouvrée comme l'impôt sur les sociétés et sous les mêmes garanties et sanctions.
IV. - Pour les personnes mentionnées au I qui sont placées sous le régime prévu à l'article 223 A du code général des impôts, la contribution est due par la société mère. Elle est assise sur l'impôt sur les sociétés afférent au résultat d'ensemble et à la plus-value nette d'ensemble définis aux articles 223 B et 223 D du même code.
V. - Pour les personnes mentionnées au I qui sont placées sous le régime prévu à l'article 209 quinquies du code général des impôts, la contribution est calculée d'après le montant de l'impôt sur les sociétés, déterminé selon les modalités prévues au I, qui aurait été dû en l'absence d'application de ce régime. La contribution n'est ni imputable ni remboursable.
VI. - La contribution n'est pas admise parmi les charges déductibles pour l'établissement de l'impôt sur les sociétés.
Les avoirs fiscaux ou crédits d'impôt de toute nature ainsi que la créance visée à l'article 220 quinquies du code général des impôts et l'imposition forfaitaire annuelle mentionnée à l'article 223 septies du même code ne sont pas imputables sur cette contribution.
VII. - Un décret fixe les modalités d'application du présent article.
I. Paragraphe modificateur
II. - Les dispositions du I sont applicables pour la détermination des exercices ouverts à compter du 1er janvier 1995.
I. - Les cotisations d'impôt de solidarité sur la fortune dues au titre de 1995 et des années suivantes font l'objet d'une majoration de 10 p. 100.
Les dispositions de l'article 885 V bis du code général des impôts ne sont pas applicables à la majoration.
Cette majoration est constatée, contrôlée et recouvrée selon les mêmes procédures et sous les mêmes sanctions, garanties et privilèges que l'impôt de solidarité sur la fortune.
II. - Pour l'année 1995, les redevables doivent acquitter la majoration au plus tard le 16 octobre 1995 auprès de la recette des impôts de leur domicile au 1er janvier 1995.

Commentaires


1IS - Champ d'application et territorialité - Option pour l'impôt sur les sociétés
BOFIP · 10 juillet 2019

A. Notification de l'option 1 Les sociétés en nom collectif, en commandite simple, en participation et certaines sociétés à responsabilité limitée (SARL) et exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL) peuvent, sous certaines conditions, opter pour leur assujettissement volontaire à l'impôt sur les sociétés (code général des impôts [CGI], art. 206, 3 et CGI, art. 239). Cette option peut également être exercée par certaines sociétés civiles. I. Champ d'application de l'option A. Sociétés autorisées à opter 10 Le 3 de l'article 206 du CGI et le 1 de l'article 239 du CGI autorisent …

 Lire la suite…

2Dossier documentaire de la décision n° 2019-785 DC du 5 juillet 2019 [Résolution modifiant le Règlement de l'Assemblée nationale]
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 4 juillet 2019

Décision n° 2019 - 785 DC Résolution tendant à modifier le règlement de l'Assemblée Nationale Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel – 2019 Sommaire I. Normes de références .............................................................................. 4 II. Dispositions législatives ........................................................................... 9 III. Jurisprudence du Conseil constitutionnel .......................................... 12 2 Table des matières I. Normes de références …

 Lire la suite…

3ENR - Mutations à titre gratuit de meubles ou d'immeubles - Successions - Champ d'application des droits de mutation par décès - Exonérations en raison de la nature…
BOFIP · 2 mai 2019

b. Durée d'affectation 280 Le bénéfice du régime de faveur s'applique aux successions ouvertes à compter du 1 er août 1995. Par ailleurs, l'exigence d'un délai de détention minimal de deux ans des biens par l'acquéreur ayant été supprimée par l'article 15 de la loi n° 95-1346 du 30 décembre 1995 de finances pour 1996, le bénéfice du régime de faveur est applicable aux donations consenties par actes passés à compter de l'entrée en vigueur de cette loi, c'est-à-dire à compter du 1 er janvier 1996. V. Entrée en vigueur 270 Lors de leur dépôt à la formalité, l'acte de donation ou la …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour de Cassation, Chambre sociale, du 7 avril 2004, 02-40.231, Publié au bulletin
Cassation

Les dispositions prévues par les articles L. 122-1 et suivants du Code du travail relatives au contrat à durée déterminée ont été édictées dans un souci de protection du salarié, qui peut seul se prévaloir de leur inobservation. Il en résulte que l'AGS n'est pas recevable, sauf fraude qu'il lui appartient de démontrer, à demander la requalification d'un contrat de travail à durée déterminée en contrat à durée indéterminée.

 Lire la suite…
  • Contrat de travail, durée déterminée·
  • Qualification donnée au contrat·
  • Demande de requalification·
  • Qualité à agir·
  • Condition·
  • Durée·
  • Ags·
  • Accès·
  • Contrat de travail·
  • Requalification du contrat

2Cour de cassation, Chambre commerciale, 19 janvier 2010, 07-19.704 07-19.707, Publié au bulletin
Rejet

La loi de finances rectificative du 4 août 1995, modifiant l'article 1561 3° b du code général des impôts, permet aux communes d'exempter totalement de la taxe sur les spectacles certaines catégories de compétitions par délibération notifiée au service chargé du recouvrement conformément aux dispositions de l'article 1639 A du même code ; à défaut de notification, les impositions peuvent être recouvrées selon les décisions de l'année précédente. Une cour d'appel déduit exactement de ces dispositions qu'une délibération d'un conseil municipal accordant à une association une exonération …

 Lire la suite…
  • Exonération de certaines catégories de compétitions·
  • Impôts sur les spectacles, jeux et divertissements·
  • Délibération du conseil municipal·
  • Contributions indirectes·
  • Impôts et taxes·
  • Conditions·
  • Délibération·
  • Spectacle·
  • Exemption·
  • Exonérations

3Cour d'appel de Chambéry, 4 juin 2007, n° 06/01091
Confirmation

LE TROIS JUILLET DEUX MILLE SEPT LA CHAMBRE COMMERCIALE DE LA COUR D'APPEL DE CHAMBERY a rendu l'arrêt dont la teneur suit : dans la cause 06/01091- Chambre commerciale FC/CT opposant : APPELANTE DIRECTION GENERALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS agissant poursuites et diligences du Directeur Régional des Douanes à Chambéry, qui élit domicile XXX représentée par la SCP BOLLONJEON-ARNAUD-BOLLONJEON, avoués à la Cour à : INTIMES D E F DES 24 HEURES SUR GLACE DE CHAMONIX représentée par son liquidateur amiable Mr Y Z, demeurant XXX M e A X agissant en qualité de …

 Lire la suite…
  • Douanes·
  • Spectacle·
  • Exonérations·
  • Délibération·
  • Conseil municipal·
  • Loi de finances·
  • Glace·
  • Exemption·
  • Liquidateur amiable·
  • Date
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes