Article 65 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse

Entrée en vigueur le 5 janvier 1993

Modifié par : Loi n°93-2 du 4 janvier 1993 - art. 52 () JORF 5 janvier 1993

L'action publique et l'action civile résultant des crimes, délits et contraventions prévus par la présente loi se prescriront après trois mois révolus, à compter du jour où ils auront été commis ou du jour du dernier acte d'instruction ou de poursuite s'il en a été fait.
Toutefois, avant l'engagement des poursuites, seules les réquisitions aux fins d'enquête seront interruptives de prescription. Ces réquisitions devront, à peine de nullité, articuler et qualifier les provocations, outrages, diffamations et injures à raison desquels l'enquête est ordonnée.
Les prescriptions commencées à l'époque de la publication de la présente loi, et pour lesquelles il faudrait encore, suivant les lois existantes, plus de trois mois à compter de la même époque, seront, par ce laps de trois mois, définitivement accomplies.
Document AnalyzerAffiner votre recherche
ComparerComparer les versions
Entrée en vigueur le 5 janvier 1993
1 texte cite l'article

1Quelques rappels en matière de prescription des infractions de presse
Sabrina Lavric · Dalloz Etudiants · 26 janvier 2023

Aux termes de l'article 65 de la loi du 29 juillet 1881, la prescription en matière de délits de presse ne peut être interrompue que par des actes de poursuite ou d'instruction réguliers survenant dans le délai de trois mois à compter des faits ou du dernier de ces actes s'il en a été fait. […] Saisie de ce moyen fondé sur les alinéas 1 er et 2 de l'article 65 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, la chambre criminelle ne peut que constater l'acquisition de la prescription. […] id=CPEN016218" target="_blank">53 la loi du 29 juillet 1881 : ainsi le réquisitoire introductif, […]

 Lire la suite…

2Diffamation et prescription : la plainte simple n’interrompt pas la prescription !
Maître Ludovic Binello · LegaVox · 16 janvier 2023

Il est acquis, en application de l'article 65 de la Loi du 29 juillet 1881, que, sauf exceptions, le délai de prescription est trimestriel pour les infractions de presse. […]

 Lire la suite…

3Lien hypertexte : nouvelle publication or not ? Cour d’appel de Douai, 3ème chambre, 30 juin 2022
www.cabinetlombard.net · 4 janvier 2023

La Cour d'appel de Douai s'est distinguée, dans un arrêt du 30 juin 2022[1], par la qualité de sa motivation concernant la prescription trimestrielle en matière de presse issue, on le sait, de l'article 65 de la loi du 29 juillet 1881.

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cet article
Vous avez déjà un compte ?

1Cour d'appel de Montpellier, Chambre correctionnelle, 7 septembre 2010
Infirmation

[…] En revanche, la contravention d'injure non publique, prévue par l'article 621-2 du Code pénal et soumise aux règles particulières de la loi sur la presse, se heurte aux dispositions de l'article 65 de la dite loi du 29 juillet 1881, qui prévoit une très courte prescription, de sorte que l'action publique et l'action civile se prescrivent par trois mois révolus, à compter du jour où les faits ont été commis ou du jour du dernier acte de poursuite ou d'instruction. Les réquisitions avant enquête doivent, en outre, à peine de nullité, articuler et qualifier les injures.

 Lire la suite…
  • Injure·
  • Menace de mort·
  • Harcèlement·
  • Ministère public·
  • Code pénal·
  • Lieu de travail·
  • Plainte·
  • Argent·
  • Public·
  • Territoire national

2Cour d'appel de Versailles, 1re chambre 1re section, 19 février 2015, n° 13/00481
Infirmation

[…] Considérant qu'il résulte de l'article 65 de la loi du 29 juillet 1881 que l'action en diffamation publique se prescrit dans un délai de trois mois à compter de la commission des faits ou du jour du dernier acte de l'instruction ou de poursuite ;

 Lire la suite…
  • Action en diffamation·
  • Prescription·
  • Diffamation publique·
  • Dire·
  • Dommages-intérêts·
  • Propos·
  • Procédure civile·
  • Réparation·
  • Titre·
  • Avocat

3Tribunal de grande instance de Paris, 17e chambre presse - civile, 11 mai 2011, n° 10/17494

[…] Vu les conclusions à fin de nullité régulièrement signifiées le 14 mars 2011ྭpar H E et la société MARIANNE demandant au tribunal de prononcer la nullité de l'assignation du 8 décembre 2010, pour non respect des exigences posées par l'article 53 de la loi du 29 juillet 1881, et de constater la prescription de l'action, en application des dispositions de l'article 65 de la même loi,

 Lire la suite…
  • Tableau·
  • Hebdomadaire·
  • Journaliste·
  • Publication·
  • Imputation·
  • Propos·
  • Assignation·
  • Fait·
  • Donations·
  • Titre
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cet article
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire sur cet article.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.