Loi n°76-660 du 19 juillet 1976 PORTANT IMPOSITION DES PLUS-VALUES ET CREATION D'UNE TAXE FORFAITAIRE SUR LES METAUX PRECIEUX, LES BIJOUX, LES OBJETS D'ART, DE COLLECTION ET D'ANTIQUITEAbrogé

Sur la loi

Entrée en vigueur : 1 janvier 1977
Dernière modification : 31 décembre 2004
Codes visés : Code général des impôts, annexe 2, CGIAN2., Code général des impôts, CGI.

Texte intégral

LES PLUS-VALUES EFFECTIVEMENT REALISEES PAR DES PERSONNES PHYSIQUES OU DES SOCIETES DE PERSONNES LORS DE LA CESSION A TITRE ONEREUX DE BIENS OU DE DROITS DE TOUTE NATURE SONT PASSIBLES :
DE L'IMPOT SUR LE REVENU, LORSQUE CES PLUS-VALUES PROVIENNENT DE BIENS IMMOBILIERS CEDES MOINS DE DEUX ANS APRES L'ACQUISITION OU DE BIENS MOBILIERS CEDES MOINS D'UN AN APRES CELLE-CI ;
DE L'IMPOT SUR LE REVENU SUIVANT LES REGLES PARTICULIERES DEFINIES AUX ARTICLES 4 A 9 SELON QUE CES PLUS-VALUES, PROVIENNENT :
DE BIENS IMMOBILIERS CEDES PLUS DE DEUX ANS ET MOINS DE DIX ANS APRES L'ACQUISITION ;
DE BIENS MOBILIERS CEDES PLUS D'UN AN ET MOINS DE DIX ANS APRES L'ACQUISITION ;
DE BIENS OU DROITS DE TOUTE NATURE CEDES PLUS DE DIX ANS APRES L'ACQUISITION .
ECONOMIE GENERALE DU NOUVEAU REGIME . :
LA PLUS-VALUE IMPOSABLE SELON LES REGLES DEFINIES PAR LA PRESENTE LOI EST CONSTITUEE PAR LA DIFFERENCE ENTRE :
- LE PRIX DE CESSION, - ET LE PRIX D'ACQUISITION PAR LE CEDANT .
LE PRIX DE CESSION EST REDUIT DU MONTANT DES TAXES ACQUITTEES ET DES FRAIS SUPPORTES PAR LE VENDEUR A L'OCCASION DE CETTE CESSION .
EN CAS D'ACQUISITION A TITRE GRATUIT, CE SECOND TERME EST LA VALEUR VENALE AU JOUR DE CETTE ACQUISITION .
LE PRIX D'ACQUISITION EST MAJORE :
DES FRAIS AFFERENTS A L'ACQUISITION A TITRE GRATUIT A L"EXCLUSION DES DROITS DE MUTATION ; DES FRAIS AFFERENTS A L'ACQUISITION A TITRE ONEREUX, QUE LE CEDANT PEUT FIXER FORFAITAIREMENT A 10 P. 100 DANS LE CAS DES IMMEUBLES ET A 2 P. 100 DANS CELUI DES VALEURS MOBILIERES ;
LE CAS ECHEANT, DES DEPENSES DE CONSTRUCTION, DE RECONSTRUCTION, D'AGRANDISSEMENT, DE RENOVATION OU D'AMELIORATION, REALISEES DEPUIS L'ACQUISITION, LORSQU'ELLES N'ONT PAS ETE DEJA DEDUITES DU REVENU IMPOSABLE ET QU'ELLES NE PRESENTENT PAS LE CARACTERE DE DEPENSES LOCATIVES . IL EST TENU COMPTE EGALEMENT DANS LES MEMES CONDITIONS, DES TRAVAUX EFFECTUES PAR LE CEDANT OU LES MEMBRES DE SA FAMILLE . CES TRAVAUX POURRONT FAIRE L'OBJET D'UNE EVALUATION OU ETRE ESTIMES EN APPLIQUANT LE COEFFICIENT 3 AU MONTANT DES MATERIAUX UTILISES ;
DES FRAIS ENGAGES POUR LA RESTAURATION ET LA REMISE EN ETAT DES BIENS MEUBLES ;
DES INTERETS DES EMPRUNTS CONTRACTES POUR L'ACQUISITION OU LA REPARATION D'UNE RESIDENCE SECONDAIRE DANS LES LIMITES PREVUES A L'ARTICLE 156-II (1 BIS, A) DU CODE GENERAL DES IMPOTS ;
DES FRAIS DE VOIRIE, RESEAUX ET DISTRIBUTION IMPOSES PAR LES COLLECTIVITES LOCALES OU LEURS GROUPEMENTS DANS LE CADRE DU PLAN D'OCCUPATION DES SOLS, EN CE QUI CONCERNE LES TERRAINS A BATIR ;
DU MONTANT DES HONORAIRES AYANT REMUNERE LES CONSULTATIONS FISCALES DEMANDEES PAR LES ASSUJETTIS A L'OCCASION D'UNE CESSION DONNANT LIEU A L'IMPOSITION INSTITUEE PAR L'ARTICLE 1ER DE LA PRESENTE LOI .
LES PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES MOINS DE DEUX ANS APRES L'ACQUISITION DU BIEN ET LES PLUS-VALUES SUR BIENS MOBILIERS REALISEES MOINS D'UN AN APRES L'ACQUISITION DE CEUX-CI SONT INTEGRALEMENT ASSIMILEES A UN REVENU ET TAXEES COMME TEL .

Commentaires


1Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°458595
Conclusions du rapporteur public · 7 novembre 2022

N° 458595 Centre d'action sociale de la Ville de Paris 1ère et 4ème chambres réunies Séance du 12 octobre 2022 Lecture du 7 novembre 2022 CONCLUSIONS M. A... SKZRYERBAK, Rapporteur public L'assurance sur la vie a longtemps été regardée comme une spéculation amorale sur la mort. Elle a pris son essor au XIXème siècle après que le Conseil d'Etat a reconnu son caractère licite dans un avis du 28 mai 1818 qui indique que ce contrat est « plus digne de protection que le contrat de rente viagère, puisque l'une est trop souvent le résultat de l'égoïsme et de la cupidité, tandis que l'autre ne …

 Lire la suite…

2La loi n° 2022-171 du 14 février 2022 abroge 115 lois devenues obsolètes promulguées entre 1941 et 1980 !
Me André Icard · consultation.avocat.fr · 23 février 2022

EN BREF : la loi n° 2022-171 du 14 février 2022, faisant suite à la loi n° 2019-1332 du 11 décembre 2019 qui avait abrogé 47 loi devenues obsolètes adoptées entre 1800 et 1940, abroge 115 lois devenues obsolètes promulguées entre 1941 et 1980. Ainsi, sont abrogées : 1° La loi du 27 septembre 1941 relative aux déclarations inexactes des créanciers de l'État ou des collectivités publiques ; 2° La loi du 22 décembre 1941 relative à la rémunération du personnel des journaux quotidiens ; 3° La loi du 28 juillet 1942 relative à l'organisation des services médicaux et sociaux du travail ; 4° …

 Lire la suite…

3Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°449292
Conclusions du rapporteur public · 20 octobre 2021

N° 449292 M. et Mme J... 8ème et 3ème chambres réunies Séance du 6 octobre 2021 Lecture du 20 octobre 2021 CONCLUSIONS M. Romain VICTOR, rapporteur public 1.- C'est en 1971 que Jacqueline R..., née A..., alors âgée de 37 ans, fondait un commerce de prêt-à-porter féminin spécialisé sur le segment des femmes de 35 à 55 ans. Cette entreprise familiale – la société anonyme (SA) R...-A... …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour administrative d'appel de Bordeaux, 1e chambre, du 15 juin 1993, 92BX00353, inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête, enregistrée le 30 avril 1992 au greffe de la cour, présentée pour M me X…, demeurant … ; M me X… demande à la cour : 1°) d'annuler le jugement en date du 2 avril 1992 par lequel le tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande tendant à la décharge de l'imposition supplémentaire à l'impôt sur le revenu à laquelle elle a été assujettie au titre de l'année 1986 dans les rôles de la commune de Nîmes ; 2°) d'ordonner qu'il soit sursis à l'exécution de ce jugement ; 3°) de prononcer la décharge de cette imposition ; 4°) de condamner l'Etat au remboursement des …

 Lire la suite…
  • Remboursement des frais non compris dans les dépens·
  • Règles générales d'établissement de l'impôt·
  • Pour défaut ou insuffisance de déclaration·
  • Règles générales propres aux divers impôts·
  • Bénéfices industriels et commerciaux·
  • Validité de la décision du directeur·
  • Impôts sur les revenus et bénéfices·
  • Plus et moins-values de cession·
  • Revenus et bénéfices imposables·
  • Reclamations au directeur

2Conseil d'Etat, 9 / 8 SSR, du 23 janvier 1985, 43748, mentionné aux tables du recueil Lebon
Rejet

Lorsqu'un prix de cession a été arrêté à un certain montant, mais que le cessionnaire est en droit de ne verser la somme ainsi arrêtée en tout ou en partie qu'à une date postérieure à celle de la cession, la plus-value est imposable sur le fondement de l'article 93 du C.G.I. quelles que soient les modalités de paiement, et sauf disposition législative contraire, au titre de l'année au cours de laquelle elle a été réalisée. Application au cas d'un notaire s'étant engagé par convention à céder son office au jour de la prestation de serment de son successeur. La transmission des offices de …

 Lire la suite…
  • Détermination du bénéfice imposable -recettes·
  • Sommes incluses dans le revenu imposable·
  • Impôts sur les revenus et bénéfices·
  • Revenus et bénéfices imposables·
  • Cession d'un office de notaire·
  • Bénéfices non commerciaux·
  • Contributions et taxes·
  • Année de rattachement·
  • Plus-value de cession·
  • Règles particulières

3Conseil d'Etat, 5 / 3 SSR, du 2 mars 1983, 21608, publié au recueil Lebon
Annulation

[2] Aucune disposition du code de l'urbanisme ne subordonne la délivrance d'un permis de construire les bâtiments d'une centrale nucléaire à l'autorisation de création de ladite centrale, laquelle est accordée en vertu d'une législation distincte et selon une procédure indépendante. Le permis de construire une centrale nucléaire peut donc être légalement délivré avant l'intervention de l'autorisation de création de la centrale. [12], 68-03-02-02[2] E.D.F. est tenue, en application de l'article R.421-3-2 du code de l'urbanisme, d'accompagner la demande de permis de construire une centrale …

 Lire la suite…
  • Application au permis de construire une centrale nucléaire·
  • Autorisation d'occupation temporaire du domaine public·
  • ,rj1 justification d'un titre habilitant à construire·
  • Justification d'un titre habilitant à construire·
  • Permis de construire une centrale nucléaire·
  • Rj1 urbanisme et aménagement du territoire·
  • Demande de permis qualité du demandeur·
  • R.421-3-2 du code de l'urbanisme]·
  • Nature et environnement·
  • Procédure d'attribution
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur l'article unique, renuméroté article unique
Article unique LOI n° 2022-171 du 14 février 2022 tendant à abroger des lois obsolètes pour une meilleure lisibilité du droit (1)

Mesdames, Messieurs, « Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires », écrivait déjà Montesquieu. Pourtant, les lois ne cessent de proliférer dans notre droit et leur nombre saccroît constamment : des textes nouveaux, de plus en plus volumineux, entrent en vigueur sans que les plus anciens soient nécessairement abrogés en même temps... ni ultérieurement alors même que leur obsolescence de droit ou de fait, et souvent des deux à la fois, serait manifeste. Cest ainsi que bon nombre de dispositions législatives, notamment parmi celles qui nont pas été codifiées, ne produisent plus …

Lire la suite…
Sur l'article unique, renuméroté article unique
Article unique LOI n° 2022-171 du 14 février 2022 tendant à abroger des lois obsolètes pour une meilleure lisibilité du droit (1)

Le présent amendement vise à supprimer de la liste des abrogations prévues par la proposition de loi : a) Deux lois dont l'abrogation susciterait des difficultés de coordination avec des dispositions en vigueur : - la loi du 29 décembre 1961 relative à la coopération agricole et aux sociétés d'intérêt collectif agricole (alinéa 56) ; - la loi du 2 juillet 1966 relative aux entreprises pratiquant le crédit-bail (alinéa 68) ; b) Deux lois dont l'abrogation nuirait à l'intelligibilité du droit en vigueur en tant qu'elles ont introduit ou modifié des dispositions toujours applicables : - la …

Lire la suite…
Sur l'article unique, renuméroté article unique
Article unique LOI n° 2022-171 du 14 février 2022 tendant à abroger des lois obsolètes pour une meilleure lisibilité du droit (1)

Le présent amendement vise à supprimer de la liste des abrogations prévues par la proposition de loi cinq lois dont les conséquences de l'abrogation seraient dommageables ou risquées en tant que leurs dispositions produisent toujours des effets de manière certaine ou sont toujours susceptibles de fournir une base légale à des situations ou des actes : - la loi du 19 juillet 1952 relative à l'amélioration de la situation d'anciens combattants et victimes de guerre (alinéa 35) ; - la loi du 16 septembre 1954 relative à la réparation des dommages de guerre subis par la Société nationale des …

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Lois modifiant ou citant les mêmes textes