LOI n° 2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 29 mai 2008
Dernière modification : 9 décembre 2020
Codes visés : Code de la mutualité, Code de la sécurité sociale. et 2 autres

Texte intégral


L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Constitue une discrimination directe la situation dans laquelle, sur le fondement de son origine, de son sexe, de sa situation de famille, de sa grossesse, de son apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur, de son patronyme, de son lieu de résidence ou de sa domiciliation bancaire, de son état de santé, de sa perte d'autonomie, de son handicap, de ses caractéristiques génétiques, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son identité de genre, de son âge, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales, de sa capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée, une personne est traitée de manière moins favorable qu'une autre ne l'est, ne l'a été ou ne l'aura été dans une situation comparable.


Constitue une discrimination indirecte une disposition, un critère ou une pratique neutre en apparence, mais susceptible d'entraîner, pour l'un des motifs mentionnés au premier alinéa, un désavantage particulier pour des personnes par rapport à d'autres personnes, à moins que cette disposition, ce critère ou cette pratique ne soit objectivement justifié par un but légitime et que les moyens pour réaliser ce but ne soient nécessaires et appropriés.


La discrimination inclut :


1° Tout agissement lié à l'un des motifs mentionnés au premier alinéa et tout agissement à connotation sexuelle, subis par une personne et ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant ;


2° Le fait d'enjoindre à quiconque d'adopter un comportement prohibé par l'article 2.

Sans préjudice de l'application des autres règles assurant le respect du principe d'égalité :

1° (Abrogé) ;

2° Toute discrimination directe ou indirecte fondée sur un motif mentionné à l'article 1er est interdite en matière d'affiliation et d'engagement dans une organisation syndicale ou professionnelle, y compris d'avantages procurés par elle, d'accès à l'emploi, d'emploi, de formation professionnelle et de travail, y compris de travail indépendant ou non salarié, ainsi que de conditions de travail et de promotion professionnelle.

Ce principe ne fait pas obstacle aux différences de traitement fondées sur les motifs visés à l'alinéa précédent lorsqu'elles répondent à une exigence professionnelle essentielle et déterminante et pour autant que l'objectif soit légitime et l'exigence proportionnée ;

3° Toute discrimination directe ou indirecte fondée sur un motif mentionné à l'article 1er est interdite en matière de protection sociale, de santé, d'avantages sociaux, d'éducation, d'accès aux biens et services ou de fourniture de biens et services.

Ce principe ne fait pas obstacle à ce que des différences soient faites selon l'un des motifs mentionnés au premier alinéa du présent 3° lorsqu'elles sont justifiées par un but légitime et que les moyens de parvenir à ce but sont nécessaires et appropriés.

La dérogation prévue au deuxième alinéa du présent 3° n'est pas applicable aux différences de traitement fondées sur l'origine, le patronyme ou l'appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une prétendue race ;

4° Toute discrimination directe ou indirecte est interdite en raison de la grossesse ou de la maternité, y compris du congé de maternité.

Ce principe ne fait pas obstacle aux mesures prises en faveur des femmes en raison de la grossesse ou la maternité, y compris du congé de maternité, ou de la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes ;

5° Ces principes ne font notamment pas obstacle :

a) Aux mesures prises en faveur des personnes handicapées et visant à favoriser l'égalité de traitement ;

b) Aux mesures prises en faveur des personnes résidant dans certaines zones géographiques et visant à favoriser l'égalité de traitement ;

c) A l'organisation d'enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe ;

6° Ces principes ne font pas obstacle aux différences de traitement prévues et autorisées par les lois et règlements en vigueur à la date de publication de la loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle.

Aucune personne ayant témoigné de bonne foi d'un agissement discriminatoire ou l'ayant relaté ne peut être traitée défavorablement de ce fait.
Aucune décision défavorable à une personne ne peut être fondée sur sa soumission ou son refus de se soumettre à une discrimination prohibée par l'article 2.


1Prouver une discrimination à l'embauche
Me Grégoire Hervet · consultation.avocat.fr · 9 novembre 2022

Les candidats à l'emploi se voient souvent opposer un simple refus d'embauche par email, plus rarement par un appel téléphonique lors duquel aucune justification n'est donnée. Dans cette situation, peu de candidats qui ont le sentiment d'avoir été écartés d'un poste pour des raisons injustifiées agissent pour prouver et obtenir réparation de la discrimination dont ils s'estiment victimes. Prouver une discrimination à l'embauche : les difficultés rencontrées Les situations de discrimination à l'embauche sont nombreuses : En 2021, près d'un jeune sur deux (54 %) a déjà fait l'objet …

 Lire la suite…

3Alerte de la Défenseur des droits sur l’extension du pass sanitaire
LégiSocial · 26 juillet 2022

Elle considère que le texte propose des transformations profondes pour l'exercice de droits et libertés qui sont au fondement de notre pacte social et républicain. Tout en reconnaissant l'importance de la vaccination dans la lutte contre la pandémie, la Défenseure des droits s'interroge tant sur la méthode que sur la proportionnalité de la plupart des dispositions et restrictions présentes dans le texte. ​10 points d'alerte ¶ La nécessité d'un débat démocratique : La Défenseure des droits renouvelle ses vœux quant à l'organisation d'un débat démocratique public de fond et regrette …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, 22 mai 2014, n° 1107662
Annulation

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY PONTOISE N° 1107662 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ___________ M lle C X ___________ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Sage Président-rapporteur ___________ Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, M me Costa Rapporteur public (4 e chambre), ___________ Audience du 7 mai 2014 Lecture du 22 mai 2014 ___________ PCJA : 01-015 01-05 30-01 Code de publication : C Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011 sous le n°1107662, présentée par M lle C X, demeurant XXX à XXX, qui demande au tribunal : 1°) d'annuler la « décision » du conseil …

 Lire la suite…
  • Université·
  • Exonérations·
  • Délibération·
  • Conseil d'administration·
  • Défense·
  • Étudiant·
  • Frais de scolarité·
  • Droits de scolarité·
  • Formation continue·
  • Justice administrative

2Cour d'appel de Versailles, 17e chambre, 1er mars 2017, n° 16/00180
Confirmation

COUR D'APPEL DE VERSAILLES Code nac : 80A 17 e chambre ARRÊT N° CONTRADICTOIRE DU 01 MARS 2017 R.G. N° 16/00180 AFFAIRE : SAS WOLTERS KLUWER FRANCE C/ G X Décision déférée à la cour : jugement rendu le 28 décembre 2015 par le conseil de prud'hommes – formation paritaire de Nanterre Section : Encadrement N° RG : 15/00031 Copies exécutoires délivrées à : AARPI EUNOMIE AVOCATS SELARL ROUMIER SPIRE Copies certifiées conformes délivrées à : SAS WOLTERS KLUWER FRANCE G X le : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE PREMIER MARS DEUX MILLE DIX SEPT, La cour …

 Lire la suite…
  • Salarié·
  • Liberté d'expression·
  • Avertissement·
  • Évasion fiscale·
  • Sanction·
  • Discrimination·
  • Licenciement·
  • Demande·
  • Sociétés·
  • Entreprise

3Cour d'appel de Paris, Pôle 6 - chambre 6, 10 février 2021, n° 18/09841
Confirmation

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D'APPEL DE PARIS Pôle 6 – Chambre 6 ARRET DU 10 FEVRIER 2021 (n° 2021/ , 2 pages) Numéro d'inscription au répertoire général : N° RG 18/09841 – N° Portalis 35L7-V-B7C-B6ITR Décision déférée à la Cour : Jugement du 07 Mai 2018 -Conseil de Prud'hommes – Formation paritaire de PARIS – RG n° F16/04344 APPELANTE Madame Y X […] Représentée par M e Yacine CHERGUI, avocat au barreau de PARIS INTIMEES SA SOFTEAM CADEXTAN prise en la personne de son Président domicilié en cette qualité audit siège. […] SAS SOFTEAM pris en la …

 Lire la suite…
  • Signe religieux·
  • Règlement intérieur·
  • Discrimination·
  • Embauche·
  • Sociétés·
  • Port·
  • Salarié·
  • Client·
  • Travail·
  • Homme
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi · Loi promulguée
LOI n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 d'accélération et de simplification de l'action publique (1)

Les commissions consultatives paritaires départementales des baux ruraux interviennent notamment pour proposer à l'autorité administrative compétente les minima et maxima qui servent au calcul du prix du fermage conformément au 11 ème alinéa de l'article L. 411-11 du code rural et de la pêche maritime. En cas de carence de ces commissions, la charge de ces propositions revient à une commission consultative paritaire nationale des baux ruraux créée par la loi n° 75-632 du 15 juillet 1975 portant modification du statut du fermage. Cette instance nationale disposait également d'un rôle …

Lire la suite…
Sur le projet de loi · Loi promulguée
LOI n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 d'accélération et de simplification de l'action publique (1)

Mesdames, Messieurs, Le grand débat national a mis en lumière les attentes majeures des Français en matière de transformation de l'action publique, de simplification de leur relation avec l'administration et d'accompagnement de leurs projets. Les Français ont à cette occasion exprimé une forte demande de services publics plus proches, plus lisibles, adaptés aux usagers, et accessibles dans tous les territoires. Ils ont insisté sur un besoin de proximité ainsi que sur une exigence de simplification des procédures administratives. Un Français sur deux indique avoir déjà renoncé à des …

Lire la suite…
Sur l'article 42, renuméroté article 46
Article 46 LOI n° 2018-699 du 3 août 2018 visant à garantir la présence des parlementaires dans certains organismes extérieurs au Parlement et à simplifier les modalités de leur nomination (1)

Amendement de précision.

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Lois modifiant ou citant les mêmes textes