LOI n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 23 juin 2020
Dernière modification : 11 juillet 2020
Codes visés : Code de l'éducation, Code du travail et 1 autre

Texte intégral


L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article 1

I. - Compte tenu des risques sanitaires liés à l'épidémie de covid-19, le présent article s'applique au second tour de l'élection des conseillers municipaux et communautaires, des conseillers de Paris et des conseillers métropolitains de Lyon, organisé en juin 2020.
Le présent article est applicable sur tout le territoire de la République.
II. - Chaque mandataire peut disposer de deux procurations, y compris lorsqu'elles sont établies en France.
Si cette limite n'est pas respectée, les procurations qui ont été dressées les premières sont les seules valables. La ou les autres procurations sont nulles de plein droit.
III. - A leur demande, les personnes qui, en raison de l'épidémie de covid-19, ne peuvent pas comparaître devant les officiers et agents de police judiciaire habilités à établir les procurations ou leurs délégués disposent du droit à ce que les autorités compétentes se déplacent pour établir ou retirer leur procuration.
Les personnes mentionnées au premier alinéa du présent III peuvent saisir les autorités compétentes par voie postale, par téléphone ou, le cas échéant, par voie électronique. Ces personnes indiquent la raison de leur impossibilité de se déplacer, sans qu'il leur soit nécessaire de fournir un justificatif.
IV. - Au sein du bureau de vote, des équipements de protection adaptés sont mis à la disposition des électeurs qui n'en disposent pas et des personnes participant à l'organisation ou au déroulement du scrutin.
Les dépenses résultant du présent IV sont à la charge de l'Etat.

Article 2

I.-Le second alinéa de l'article 4 de l'ordonnance n° 2020-390 du 1er avril 2020 relative au report du second tour du renouvellement général des conseillers municipaux et communautaires, des conseillers de Paris et des conseillers de la métropole de Lyon de 2020 et à l'établissement de l'aide publique pour 2021 est remplacé par trois alinéas ainsi rédigés :
« Pour le renouvellement général des conseillers municipaux et communautaires, des conseillers de Paris et des conseillers métropolitains de Lyon de 2020, le délai prévu au premier alinéa de l'article L. 118-2 du code électoral est fixé à trois mois à compter de la date prévue :
« 1° A la première phrase du 4° du XII de l'article 19 de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, en ce qui concerne les communes et secteurs où le premier tour de scrutin organisé le 15 mars 2020 a été conclusif ;
« 2° A la seconde phrase du même 4°, en ce qui concerne les autres communes et secteurs ainsi que les circonscriptions de la métropole de Lyon. »
II.-Le 2° de l'article 17 de l'ordonnance n° 2020-305 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles applicables devant les juridictions de l'ordre administratif est ainsi rédigé :
« 2° Sous réserve de l'article L. 118-2 du code électoral, le délai imparti au tribunal administratif pour statuer sur les recours contre les résultats du renouvellement général des conseillers municipaux et communautaires ainsi que des conseillers de Paris expire :
« a) En ce qui concerne l'élection des conseillers municipaux et communautaires mentionnés au premier alinéa du III de l'article 19 de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, le 30 septembre 2020 ;
« b) En ce qui concerne l'élection des conseillers municipaux, des conseillers d'arrondissement et des conseillers de Paris mentionnés aux deuxième et dernier alinéas du même III, le 31 octobre 2020 ;
« c) En ce qui concerne l'élection des conseillers municipaux et communautaires, des conseillers d'arrondissement et des conseillers de Paris élus au second tour organisé dans les conditions prévues au premier alinéa du I du même article 19, le 31 octobre 2020 ;
« d) En ce qui concerne l'élection des conseillers municipaux et communautaires, des conseillers d'arrondissement et des conseillers de Paris élus dans les conditions prévues au 2° du II de l'article 17 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires, trois mois à compter de l'enregistrement de la réclamation au greffe. »

Article 3

I.-L'article 10 de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19 est ainsi modifié :
1° La première phrase du premier alinéa est ainsi modifiée :
a) Au début, sont ajoutés les mots : « Jusqu'au 30 août 2020 ou, si celui-ci est prolongé au-delà de cette date, » ;
b) A la fin, les mots : « ou représenté » sont supprimés ;
2° Le second alinéa est ainsi rédigé :
« Le présent article, dans sa rédaction résultant de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires, est applicable sur tout le territoire de la République. »
II.-Le présent article entre en vigueur le 11 juillet 2020.

Commentaires


1Amélioration des droits sociaux des conseillers consulaires
LégiSocial · 22 juillet 2022

Les conseillers consulaires sont élus par leurs compatriotes de l'étranger afin de les représenter auprès d'un certain nombre d'organismes. Leur statut, s'ils sont salariés soumis au droit français, est désormais plus protecteur. La loi du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires comporte des mesures visant à mieux protéger les conseillers consulaires : « conseillers des Français de l'étranger ». Edition abonnés Accédez à l'intégralité de cette actualité sur les …

 Lire la suite…

2Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°449028
Conclusions du rapporteur public · 12 juillet 2022

N° 449028 SYNDICAT MIXTE CENTRAL DE TRAITEMENT DES ORDURES MENAGERES DE L'AGGLOMERATION PARISIENNE (SYCTOM) 5ème et 6ème chambres réunies Séance du 27 juin 2022 Décision du 12 juillet 2022 Conclusions M. Maxime BOUTRON, Rapporteur public 1.Cette affaire va vous conduire à juger trois questions de procédure parallèles à un contentieux d'ordre électoral. Le Syndicat mixte central de traitement des ordures ménagères, ci-après le SYCTOM, a été créé en 1984 à l'initiative de la Ville de Paris et rassemble aujourd'hui les établissements publics territoriaux Vallée Sud – Grand Paris, Grand Paris …

 Lire la suite…

3Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°453475
Conclusions du rapporteur public · 24 juin 2022

1 N°s 453475 et 453507 Elections consulaires pour la 4ème circonscription du Canada 3ème et 8ème chambres réunies Séance du 13 mai 2022 Décision du 24 juin 2022 CONCLUSIONS M. Laurent Cytermann, Rapporteur public Dans la compétition électorale, le fait de se prévaloir d'un lien avec une formation politique, une personnalité politique ou même plus largement une personnalité publique est un atout important, car il permet de se différencier et d'attirer les électeurs éprouvant de la sympathie pour l'objet de cette affiliation. Votre jurisprudence qualifie de longue date de manœuvre le fait de …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Conseil constitutionnel, décision n° 2020-802 DC du 30 juillet 2020, Loi organique portant report de l'élection de six sénateurs représentant les Français établis…
Conformité

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A ÉTÉ SAISI, le 30 juin 2020, par le Premier ministre, sous le n° 2020-802 DC, conformément au cinquième alinéa de l'article 46 et au premier alinéa de l'article 61 de la Constitution, de la loi organique portant report de l'élection de six sénateurs représentant les Français établis hors de France et des élections partielles pour les députés et les sénateurs représentant les Français établis hors de France. Au vu des textes suivants : - la Constitution ; - l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; - la loi …

 Lire la suite…
  • Sénateur·
  • Loi organique·
  • Conseil constitutionnel·
  • Élus·
  • Épidémie·
  • Député·
  • Élection partielle·
  • Projet de loi·
  • Mandat·
  • Report

2Conseil d'État, 4ème - 1ère chambres réunies, 25 mai 2021, 445470
Rejet

Participent du même grief relatif au financement de la campagne électorale les critiques tirées de la méconnaissance du deuxième alinéa de l'article L. 52-8 du code électoral, dans sa rédaction issue de la loi n° 2017-1339 du 15 septembre 2017, qui prohibe le financement de la campagne par des personnes morales autres que des partis ou des groupements politiques, par des dons, avantages, ou prêts, alors même que ces critiques sont relatives, pour les unes, à des avantages allégués de personnes morales publiques, qui sont l'objet de la première phrase du 2 e alinéa de l'article L. 52-8 et …

 Lire la suite…
  • Règles de procédure contentieuse spéciales·
  • Pouvoirs et devoirs du juge·
  • 52-8 du code électoral)·
  • Élections et référendum·
  • Griefs distincts·
  • De l'art·
  • Liste·
  • Candidat·
  • Justice administrative·
  • Commune

3Conseil d'État, 4ème chambre, 30 avril 2021, 445588, Inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la procédure suivante : M. A… C… a demandé au tribunal administratif de Marseille d'annuler les opérations électorales qui se sont déroulées le 15 mars 2020 pour l'élection des conseillers municipaux et communautaires dans la commune des Mées (Alpes-de-Haute Provence). Par un jugement n° 2002906 du 29 septembre 2020, le tribunal administratif a rejeté sa protestation. Par une requête, enregistrée le 22 octobre 2020 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, M. C… demande au Conseil d'Etat d'annuler ce jugement. Vu les autres pièces du dossier ; Vu : – le code électoral ; …

 Lire la suite…
  • Conseiller municipal·
  • Suffrage exprimé·
  • Scrutin·
  • Élection municipale·
  • Siège·
  • Épidémie·
  • Liste·
  • Majorité absolue·
  • Tribunaux administratifs·
  • Commune
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires (1)
Sur l'article 1er, supprimé
Article supprimé LOI n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires (1)
· Loi promulguée
LOI n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires (1)

Amendement rédactionnel.

Lire la suite…
Sur l'article 1er, supprimé
Article supprimé LOI n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires (1)
· Loi promulguée
LOI n° 2020-760 du 22 juin 2020 tendant à sécuriser l'organisation du second tour des élections municipales et communautaires de juin 2020 et à reporter les élections consulaires (1)

Amendement rédactionnel.

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Lois modifiant ou citant les mêmes textes