Ordonnance n° 2007-235 du 22 février 2007 étendant et adaptant à Saint-Pierre-et-Miquelon le régime des prestations familiales et le dispositif de retraite anticipée des assurés ayant commencé à travailler jeunes et ayant eu une longue carrière.

Texte intégral


Le Président de la République,

Sur le rapport du Premier ministre et du ministre de la santé et des solidarités,

Vu la Constitution, notamment son article 74-1 ;

Vu le code rural ;

Vu le code de la sécurité sociale, notamment son livre V ;

Vu la loi n° 87-563 du 17 juillet 1987 modifiée portant réforme du régime d'assurance vieillesse applicable à Saint-Pierre-et-Miquelon ;

Vu l'ordonnance n° 77-1102 du 26 septembre 1977 modifiée portant extension et adaptation au département de Saint-Pierre-et-Miquelon de diverses dispositions relatives aux affaires sociales ;

Vu l'avis du conseil d'administration de la Caisse nationale d'assurance vieillesse en date du 6 juillet 2005 ;

Vu l'avis du conseil d'administration de la Caisse nationale d'allocations familiales en date du 31 octobre 2006 ;

Vu l'avis du conseil général de Saint-Pierre-et-Miquelon en date du 7 juillet 2005 ;

Le Conseil d'Etat (section sociale) entendu ;

Le conseil des ministres entendu,
Article 1
a modifié les dispositions suivantes
Article 2
a modifié les dispositions suivantes
Article 3
I. - Les dispositions de la présente ordonnance entrent en vigueur le 1er mars 2007.
II. - Les dispositions du 6° et du 8° de l'article 11 de l'ordonnance du 26 septembre 1977 susvisée dans sa rédaction issue de la présente ordonnance s'appliquent à compter du 1er mars 2007 pour les enfants nés ou adoptés à compter du 1er mars 2007 ainsi que pour les enfants nés avant cette date alors que la date présumée de l'accouchement était postérieure au 28 février 2007.
III. - Les personnes bénéficiaires des allocations prénatales, des allocations de maternité, des majorations pour âge des allocations familiales ou de l'allocation de salaire unique en vertu de la réglementation applicable antérieurement au 1er mars 2007 pour un enfant né avant cette date continuent à percevoir ces allocations jusqu'à leur terme. Toutefois, le bénéfice du complément de libre choix d'activité, prévu par les dispositions du 6° de l'article 11 de l'ordonnance du 26 septembre 1977 susvisée dans sa rédaction issue de la présente ordonnance, ne peut être cumulé avec celui de l'allocation de salaire unique.
IV. - Les mensualités d'allocations prénatales perçues antérieurement au 1er mars 2007 sont déduites du montant de la prime à la naissance mentionnée au 6° de l'article 11 de l'ordonnance du 26 septembre 1977 susvisée dans sa rédaction issue de la présente ordonnance.
V. - Pour l'année scolaire en cours à la date d'entrée en vigueur de la présente ordonnance, l'allocation de rentrée scolaire, prévue par les dispositions du 10° de l'article 11 de l'ordonnance du 26 septembre 1977 susvisée dans sa rédaction issue de la présente ordonnance, est attribuée à la date de cette entrée en vigueur, pour chaque enfant, aux ménages ou personnes qui en avaient la charge au jour de la rentrée scolaire.
Article 4

Le Premier ministre, le ministre de la santé et des solidarités, le ministre de l'outre-mer et le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l'application de la présente ordonnance, qui sera publiée au Journal officiel de la République française.

Par le Président de la République :
Jacques Chirac
Le Premier ministre,
Dominique de Villepin
Le ministre de la santé et des solidarités,
Xavier Bertrand
Le ministre de l'outre-mer,
François Baroin
Le ministre délégué à la sécurité sociale,
aux personnes âgées,
aux personnes handicapées
et à la famille,
Philippe Bas

0 Commentaire

Aucun commentaire indexé par Doctrine ne cite cette loi

113 Décisions


    1Tribunal de grande instance de Toulouse, Juge des référés, 10 avril 2007, n° 07/00476, S.A.R.L. MIRANDA c/ S.A.R.L. CHECK POINT

    MINUTE N° : / ORDONNANCE DU : 10 Avril 2007 DOSSIER N° : 07/00476 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE ORDONNANCE DE REFERE DU 10 Avril 2007 PRESIDENT : Gilbert COUSTEAUX, Premier Vice-Président GREFFIER : Z A DEMANDEURS S.A.R.L. MIRANDA, dont le siège social est […] représentée par M e Jean IGLESIS, avocat au barreau de T0ULOUSE, vestiaire : 106 M. B X, demeurant […] représenté par M e Jean IGLESIS, avocat au barreau de T0ULOUSE, vestiaire : 106 M me C D épouse X, demeurant […] représentée par M e Jean IGLESIS, avocat au barreau de T0ULOUSE, vestiaire : 106 DEFENDEURS …

     Lire la suite…
    • Erreur matérielle·
    • Siège social·
    • Ordonnance·
    • Crédit lyonnais·
    • Boisson·
    • Référé·
    • Urssaf·
    • Épouse·
    • Prétention·
    • Avocat

    2Cour d'appel de Colmar, 22 février 2007, n° 02/02312
    Confirmation

    MC/SU Copie(s) à : — M e Anne B — Mes d'AMBRA, C & LITOU-WOLFF le 22/02/2007 Le Greffier, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE COLMAR CHAMBRE 2 A R.G. N° : 2 A 02/02312 ORDONNANCE du 22 FEVRIER 2007 dans l'affaire entre : APPELANT et défendeur : Monsieur D X XXX à XXX représenté par M e Anne B, avocat à la cour, INTIMES et demandeurs : 1) Monsieur E X XXX à XXX 2) Monsieur F X XXX à XXX 3) Monsieur A X XXX à XXX représentés par Mes d'AMBRA, C & LITOU-WOLFF, avocats à la cour, Nous, Martine CONTE, Conseiller à la cour d'appel de Colmar, chargée de la mise en état, Après avoir entendu les conseils des parties en leurs explications à l'audience du 8 février 2007 et en avoir délibéré conformément à la loi ; Vu le jugement dont appel ; Vu les requêtes dont la dernière en date du 7 février 2007, aux fins de sursis à statuer déposées par M. X aux motifs qu'il a saisi le juge d'instruction d'une plainte pénale ayant une incidence sur l'issue du présent litige ; Vu les conclusions des consorts X déposées le 18 janvier 2007 et …

     Lire la suite…
    • Avancement d'hoirie·
    • Partage·
    • Donations·
    • Accord·
    • Intérêt·
    • Courrier·
    • Intimé·
    • Prêt·
    • Effets·
    • Plainte

    3Conseil d'État, 4ème sous-section jugeant seule, 13 octobre 2008, 302018, Inédit au recueil Lebon, MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE
    Annulation

    Vu l'ordonnance du 22 février 2007, enregistrée le 26 février 2007 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, par laquelle le président de la cour administrative d'appel de Douai transmet au Conseil d'Etat, en application de l'article R. 351-2 du code de justice administrative, la requête présentée par M. Jean-Michel A, demeurant …, enregistrée le 6 février 2007 au greffe de la cour administrative d'appel de Douai ; Vu le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés respectivement le 6 février 2007, au greffe de la cour administrative d'appel de Douai, et le 7 mai …

     Lire la suite…
    • Justice administrative·
    • Décret·
    • Éducation nationale·
    • Ancienneté·
    • Enseignement privé·
    • Enseignement supérieur·
    • Établissement d'enseignement·
    • Conseil d'etat·
    • Échelon·
    • Tribunaux administratifs
    Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
    Vous avez déjà un compte ?

    0 Document parlementaire

    Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

    Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.