Ordonnance n° 45-2592 du 2 novembre 1945 relative au statut des huissiers

Texte intégral

Les huissiers de justice sont les officiers ministériels qui ont seuls qualité pour signifier les actes et les exploits, faire les notifications prescrites par les lois et règlements lorsque le mode de notification n'a pas été précisé et ramener à exécution les décisions de justice, ainsi que les actes ou titres en forme exécutoire.


Les huissiers de justice peuvent en outre procéder au recouvrement amiable ou judiciaire de toutes créances et, dans les lieux où il n'est pas établi de commissaires-priseurs judiciaires, aux prisées et ventes publiques judiciaires ou volontaires de meubles et effets mobiliers corporels. Ils peuvent, commis par justice ou à la requête de particuliers, effectuer des constatations purement matérielles, exclusives de tout avis sur les conséquences de fait ou de droit qui peuvent en résulter. Sauf en matière pénale où elles ont valeur de simples renseignements, ces constatations font foi jusqu'à preuve contraire. Les huissiers de justice peuvent également accomplir les mesures conservatoires après l'ouverture d'une succession, dans les conditions prévues par le code de procédure civile. Ils peuvent être désignés à titre habituel en qualité de liquidateur dans certaines procédures de liquidation judiciaire ou d'assistant du juge commis dans le cadre des procédures de rétablissement professionnel, dans les conditions prévues par le titre IV du livre VI et le livre VIII du code de commerce.


Les huissiers audienciers assurent le service personnel près les cours et tribunaux.


Ils peuvent également exercer à titre accessoire certaines activités ou fonctions. La liste de ces activités et fonctions ainsi que les conditions dans lesquelles les intéressés sont autorisés à les exercer sont, sous réserve des lois spéciales, fixées par décret en Conseil d'Etat.

L'huissier de justice peut exercer sa profession soit à titre individuel, soit dans le cadre d'une entité dotée de la personnalité morale, à l'exception des formes juridiques qui confèrent à leurs associés la qualité de commerçant. Les huissiers de justice peuvent également former entre eux des associations régies par la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d'association et des syndicats professionnels, au sens de l' article L. 2131-1 du code du travail .

Lorsque la forme juridique d'exercice est une société, le capital social et les droits de vote peuvent être détenus par toute personne exerçant une profession juridique ou judiciaire ou par toute personne légalement établie dans un Etat membre de l'Union européenne, dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ou dans la Confédération suisse qui exerce, dans l'un de ces Etats, une activité soumise à un statut législatif ou réglementaire ou subordonnée à la possession d'une qualification nationale ou internationale reconnue, et exerçant l'une quelconque desdites professions et, s'il s'agit d'une personne morale, qui satisfait aux exigences de détention du capital et des droits de vote prévues par la loi n° 90-1258 du 31 décembre 1990 relative à l'exercice sous forme de sociétés des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé et aux sociétés de participations financières de professions libérales.

Toute société doit au moins comprendre, parmi ses associés, un huissier de justice remplissant les conditions requises pour exercer ses fonctions.

Au moins un membre de la profession d'huissier de justice exerçant au sein de la société doit être membre du conseil d'administration ou du conseil de surveillance de la société.

Dans le respect des règles de déontologie applicables à chaque profession, un décret en Conseil d'Etat détermine les conditions d'application du présent article. Il présente notamment les conditions d'inscription et d'omission de ces sociétés auprès de l'autorité professionnelle compétente.

L'huissier de justice peut également exercer sa profession dans le cadre d'une société pluri-professionnelle d'exercice, prévue au titre IV bis de la loi n° 90-1258 du 31 décembre 1990 relative à l'exercice sous forme de sociétés des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé et aux sociétés de participations financières de professions libérales, ayant pour objet l'exercice en commun de la profession d'huissier de justice et d'une ou plusieurs autres professions prévues à ce titre.

Les dispositions des troisième et quatrième alinéas de l'article 1er bis AA sont applicables à une telle société.

Les conditions d'application du présent article sont fixées par décret en Conseil d'Etat, notamment :

1° Les conditions de la nomination de la société dans un ou plusieurs offices d'huissier de justice, de son interdiction temporaire et de sa destitution, ainsi que les règles applicables en cas d'empêchement, de retrait ou de décès d'un associé exerçant la profession ;

2° Les modalités d'application des règles de discipline prévues par l' ordonnance n° 45-1418 du 28 juin 1945 relative à la discipline des notaires et de certains officiers ministériels.

Commentaires


1Constat d’huissier sur internet
www.murielle-cahen.fr · 23 mai 2022

Depuis très longtemps, les tribunaux judiciaires avaient déjà pour habitude de confier, à des huissiers de justice, le soin de réaliser des constats d'audience. Cela figurait déjà dans l'ancien code de procédure civile. En effet, les constats d'audience consistaient à faire consigner dans un procès-verbal des constatations purement matérielles observées sur le terrain. Ensuite, le décret du 20 mai 1955, modifiant l'ordonnance du 2 novembre 1945, portant statut des huissiers de justice, a consacré cet usage que les praticiens et la doctrine approuvaient dans leur grande majorité, avant que …

 Lire la suite…

2SnapActe : quelles règles encadrent la rédaction du constat d'huissier ?
Gérard Haas · Haas avocats · 7 mars 2022

Par Gérard Haas, Charlotte Paillet et Margaux Laurent De nombreuses applications mobiles et sites internet se sont développés ces dernières années en se proposant d'être une alternative au constat d'huissier de justice. Ayant pour objectif une meilleure accessibilité du droit et à la justice pour tous, ils promettent de fournir une preuve fiable et sûre, de manière rapide. Comment fonctionne l'application SnapActe ? C'est ainsi que se présente l'application SnapActe proposée par la société IDRA dédiée à la collecte de preuve en facilitant l'accès à des huissiers de justice. Elle …

 Lire la suite…

3La constitution d’une preuve numérique
Légavox · LegaVox · 28 février 2022

Avec le développement d'internet et des nouvelles technologies, le nombre d'infractions et d'agissements constitutifs d'une faute civile commises par un biais numérique augmente chaque année de manière exponentielle. Avec le développement d'internet et des nouvelles technologies, le nombre d'infractions et d'agissement Survient alors la question de la constitution de la preuve dans un environnement comme internet ou tout est à la fois éphémère et éternel. Principe général de la charge de la preuve en droit En droit pénal, il est de principe que la charge de la preuve incombe …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Caen, 23 avril 2012, n° 1200660
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN N° 1200660 ___________ SELARL Y-Z ___________ M. X vice président juge des référés ___________ Ordonnance du 23 avril 2012 ___________ Référé précontractuel NH RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal Administratif de Caen, Le juge des référés Vu la requête enregistrée le 2 avril 2012, présentée pour la SELARL Y-Z, société d'huissiers de justice ayant son siège XXX, par M e Gorand, avocat ; La SELARL Y-Z demande au juge du référé précontractuel : 1°) de suspendre la procédure mise en œuvre par la direction départementale …

 Lire la suite…
  • Justice administrative·
  • Marchés publics·
  • Huissier de justice·
  • Manche·
  • Référé précontractuel·
  • Pouvoir adjudicateur·
  • Finances publiques·
  • Tribunaux administratifs·
  • Mise en concurrence·
  • Officier ministériel

2Cour de Cassation, Chambre civile 1, du 10 janvier 1995, 93-11.861, Inédit
Cassation

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, PREMIERE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Sur le pourvoi formé par M. Daniel X…, huissier de justice, demeurant 170, cours Lafayette, BP. 3068, à Lyon (3 e ) (Rhône), en cassation d'un arrêt rendu le 17 décembre 1992 par la cour d'appel de Lyon (1 re chambre), au profit : 1 ) M. le président de la Chambre départementale des huissiers de justice du Rhône, demeurant … (1 er ) (Rhône), 2 ) de M. le procureur général près la Cour d'appel de Lyon, siègeant au Palais de justice de ladite ville, à Lyon (1 er ) (Rhône), défendeurs à la …

 Lire la suite…
  • Officiers publics ou ministeriels·
  • Faute disciplinaire·
  • Discipline·
  • Huissier·
  • Huissier de justice·
  • Garde des sceaux·
  • Approbation·
  • Règlement intérieur·
  • Cour d'appel·
  • Cour de cassation

3Cour d'appel de Douai, 19 septembre 2012, n° 11/02579
Confirmation

XXX Au nom du Peuple Français COUR D'APPEL DE DOUAI CHAMBRE 1 SECTION 2 ARRÊT DU 19/09/2012 *** N° de MINUTE : N° RG : 11/02579 Arrêt (N° 08/07619) rendu le 19 Mai 2009 par le Cour d'Appel de DOUAI REF : MZ/AMD APPELANTE XXX ayant son siège social XXX XXX représentée par ses représentants légaux Représentée par Maître Eric LAFORCE de la SELARL Eric LAFORCE, avocats au barreau de DOUAI, ancien avoué Assistée de Maître Michèle BRAULT, avocat au barreau de PARIS INTIMÉE SA ATOL ayant son siège XXX XXX Représentée par Maître Aliette CASTILLE ès qualités de suppléante de …

 Lire la suite…
  • Opticien·
  • Lunette·
  • Optique·
  • Enseigne·
  • Verre·
  • Mission·
  • Ordonnance sur requête·
  • Huissier·
  • Procédure civile·
  • Mutuelle
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.