Cour de cassation, Première présidence (ordonnance), 7 juillet 2022, n° 21-19.436

Note
Chargement en cours...

Chronologie de l’affaire

Texte intégral

COUR DE CASSATION

Première présidence

__________

ORejRad

Pourvoi n°: K 21-19.436

Demandeur: M. [V]

Défendeur: Mme [M] et autres

Requête n°: 50/22

Ordonnance n° : 90780 du 7 juillet 2022

ORDONNANCE

_______________

ENTRE :

Mme [C] [M], en sa qualité de mandataire liquidateur de l’Association culturelle orthodoxe russe [2] à [Localité 1] (ACOR), ayant la SARL Cabinet Rousseau et Tapie pour avocat à la Cour de cassation,

ET :

[Y] [V], ayant la SCP Bauer-Violas, Feschotte-Desbois et Sebagh pour avocat à la Cour de cassation,

Marie Kermina, conseiller délégué par le premier président de la Cour de cassation, assistée de Vénusia Ismail, greffier lors des débats du 16 juin 2022, a rendu l’ordonnance suivante :

Vu la requête du 12 janvier 2022 par laquelle Mme [C] [M] demande, par application de l’article 1009-1 du code de procédure civile, la radiation du pourvoi formé le 12 juillet 2021 par M. [Y] [V] à l’encontre de l’arrêt rendu le 11 mars 2021 par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, dans l’instance enregistrée sous le numéro K 21-19.436 ;

Vu les observations produites au soutien de la requête ;

Vu les observations produites en défense à la requête ;

Vu l’avis de Patrick Poirret, avocat général, recueilli lors des débats ;

Le mandataire liquidateur de l’association cultuelle orthodoxe russe [2] invoque l’inexécution partielle de l’arrêt qui a condamné M. [V] à lui payer la somme principale de 71 383, 56 euros.

Il est justifié par les pièces produites, et non contesté, que M. [V] effectue depuis avril 2021 des versements réguliers, au total à hauteur de

14 300 euros. Par ailleurs, le mandataire liquidateur indique que sa créance s’élève à présent à 47 517, 30 euros sans compter le produit d’une saisie-attribution contestée.

Il n’est pas non plus discuté, dans le cadre de la présente instance, que M. [V] a exécuté la condamnation prononcée à son encontre en première instance à hauteur de 16 949, 29 euros, à valoir, selon lui, sur la somme de 71 383, 56 euros.

Il résulte de ces éléments que M. [V], qui exécute l’arrêt dans les limites de ses facultés contributives avec l’accord de son adversaire, démontre qu’une exécution intégrale immédiate entraînerait des conséquences manifestement excessives.

Dès lors, il n’y a pas lieu de radier l’affaire du rôle de la Cour.

EN CONSÉQUENCE :

La requête en radiation est rejetée.

Fait à Paris, le 7 juillet 2022

Le greffier lors du prononcé,

Le conseiller délégué,

Véronique Layemar

Marie Kermina

Chercher les extraits similaires
highlight
Chercher les extraits similaires
Extraits les plus copiés
Chercher les extraits similaires
Collez ici un lien vers une page Doctrine
Inscrivez-vous gratuitement pour imprimer votre décision
Cour de cassation, Première présidence (ordonnance), 7 juillet 2022, n° 21-19.436