Décret n°2002-1392 du 28 novembre 2002 instituant une mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires

Texte intégral


Le Président de la République,

Sur le rapport du Premier ministre,

Le conseil des ministres entendu,

Il est institué, auprès du secrétaire général du comité interministériel pour la prévention de la délinquance et de la radicalisation, qui en assure la présidence, une mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires qui est chargée :

1° D'observer et d'analyser le phénomène des mouvements à caractère sectaire dont les agissements sont attentatoires aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales ou constituent une menace à l'ordre public ou sont contraires aux lois et règlements ;

2° De favoriser, dans le respect des libertés publiques, la coordination de l'action préventive et répressive des pouvoirs publics à l'encontre de ces agissements ;

3° De développer l'échange des informations entre les services publics sur les pratiques administratives dans le domaine de la lutte contre les dérives sectaires ;

4° De contribuer à l'information et à la formation des agents publics dans ce domaine ;

5° D'informer le public sur les risques, et le cas échéant les dangers, auxquels les dérives sectaires l'exposent et de faciliter la mise en oeuvre d'actions d'aide aux victimes de ces dérives ;

6° De participer aux travaux relatifs aux questions relevant de sa compétence menés par le ministère des affaires étrangères dans le champ international.

La mission est rendue destinataire par les différentes administrations concernées des informations que celles-ci détiennent sur les mouvements à caractère sectaire visés à l'article 1er, sauf lorsque la communication de ces informations est de nature à porter atteinte à un secret protégé par la loi.
Elle peut également saisir les services centraux des ministères de toute demande tendant à la réalisation d'études ou de recherches dans le domaine de la lutte contre les dérives sectaires.
Elle diffuse régulièrement à ces services la synthèse des analyses générales effectuées sur le sujet.
Elle leur signale les agissements portés à sa connaissance qui lui paraissent pouvoir appeler une initiative de leur part. Si ces agissements sont susceptibles de recevoir une qualification pénale, elle les dénonce au procureur de la République et avise de sa dénonciation le garde des sceaux, ministre de la justice.

Le président de la mission réunit périodiquement, sur un ordre du jour qu'il établit, un conseil d'orientation composé de personnalités nommées, à raison de leurs compétences ou de leur expérience, par arrêté du ministre de l'intérieur.

Ce conseil contribue, par ses travaux, à nourrir la réflexion des pouvoirs publics sur les dérives sectaires, à dégager des orientations et des perspectives d'action pour la mission et à favoriser l'évaluation de cette action.

Sur décision du président, le conseil d'orientation entend toute personne qu'il juge utile pour mener à bien ses travaux.

Commentaires


1Les dérives sectaires en France : quel cadre légal ?
Sylvania De Souza, Juriste. · Village Justice · 27 décembre 2021

Afin de lutter contre les dérives sectaires, certaines mesures ont été mises en place à la suite d'affaires très médiatisées. Néanmoins, ces mesures demeurent encore mal connues du grand public, alors que le rapport 2018-2020 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) démontre que le phénomène est en plein expansion. La question des sectes en France est un sujet d'actualité depuis déjà quelques années. De nombreuses affaires médiatisées ont suscité la réaction de l'opinion publique ainsi que celle de l'Etat, c'est notamment le cas …

 Lire la suite…

2Modification du décret Miviludes
Lexis Veille · 16 juillet 2020

3Inquiétudes Liées À La Réorganisation De La Mission Interministérielle De Vigilance Et De Lutte Contre Les Dérives Sectaires
Mme Laurence Harribey, du group SOCR, de la circonsciption: Gironde · Questions parlementaires · 26 décembre 2019

Mme Laurence Harribey attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les inquiétudes liées à la réorganisation de la Miviludes (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). La Miviludes est une mission interministérielle instituée auprès du Premier ministre par décret n° 2002-1392 du 28 novembre 2002, son action consiste à observer et à analyser les phénomènes sectaires, à coordonner l'action préventive et répressive des pouvoirs publics à l'encontre des mouvements sectaires, à informer le public sur les risques et les dangers auxquels les …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1CAA de PARIS, 3ème chambre, 26 mai 2020, 18PA03589, Inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la procédure suivante : Procédure contentieuse antérieure : La société Point d'appui et l'association nationale des kinésithérapeutes fasciathérapeutes (ANKF) ont demandé au tribunal administratif de Paris d'annuler pour excès de pouvoir la décision du 24 juin 2013 par laquelle le président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES), au nom du Premier ministre, a rejeté leur demande de rectification des informations concernant la fasciathérapie figurant dans le guide « Santé et dérives sectaires » publié par cette mission le 11 …

 Lire la suite…
  • Professions médicales et auxiliaires médicaux·
  • Conditions d'exercice des professions·
  • Actes législatifs et administratifs·
  • Accès aux documents administratifs·
  • Professions, charges et offices·
  • Différentes catégories d'actes·
  • Actes à caractère de décision·
  • Actes présentant ce caractère·
  • Droits civils et individuels·
  • Actes administratifs

2Tribunal administratif de Paris, 12 juillet 2013, n° 1121858
Rejet Cour administrative d'appel : Désistement

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N° 1121858/6-1 ___________ INSTITUT DE FORMATION EN APPLICATIONS CORPORELLES ENERGETIQUES et L'ORDRE DES BIOMAGNETISEURS ___________ M me Bobko Rapporteur ___________ M me Guilloteau Rapporteur public ___________ Audience du 1 er juillet 2013 Lecture du 12 juillet 2013 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris, (6 e section – 1 re chambre), 01-01-05-02-01 26-03 C Vu l'ordonnance, en date du 5 décembre 2011, enregistrée au greffe du tribunal le 12 décembre 2011, par laquelle le …

 Lire la suite…
  • Premier ministre·
  • Rapport·
  • Ordre·
  • Justice administrative·
  • Thérapeutique·
  • Exécutif·
  • Publication·
  • Erreur·
  • Liberté·
  • Santé

3Tribunal administratif de Paris, 3 juillet 2014, n° 0706726

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N°0706726/6-3 ___________ FEDERATION CHRETIENNE DES TEMOINS DE JEHOVAH DE FRANCE ___________ M. Z Magistrat désigné ___________ M. Dayan Rapporteur public ___________ Audience du 18 juin 2014 Lecture du 3 juillet 2014 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (Le magistrat désigné) 26-06-01 Vu le jugement n° 337987 du 22 février 2013 par lequel le Conseil d'Etat a annulé, pour erreur de droit, le jugement n° 0706726 du 28 janvier 2010 rendu par le Tribunal administratif de Paris sur la …

 Lire la suite…
  • Premier ministre·
  • Témoin·
  • Communication·
  • Tribunaux administratifs·
  • Sécurité publique·
  • Sécurité des personnes·
  • Vigilance·
  • Document administratif·
  • Justice administrative·
  • Interview
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.