Loi n°78-49 du 19 janvier 1978 RELATIVE A LA MENSUALISATION ET A LA PROCEDURE CONVENTIONNELLE.Abrogé

Texte intégral

Les droits nouveaux ouverts par les clauses de l'accord national interprofessionnel, annexé à la présente loi et relatif à la mensualisation, sont acquis, à compter du 1er janvier 1978 *date point de départ*, aux salariés des professions visées à l'article L. 131-1 du code du travail, à l'exclusion des professions agricoles, et au premier alinéa de l'article L. 134-1 du même code qui n'étaient liées, à la date de sa signature, ni par un accord de mensualisation, ni par des clauses de mensualisation incluses dans des conventions collectives, portant sur l'ensemble de ces droits.
Ils sont acquis, le 1er janvier 1980 au plus tard, aux salariés des professions visées à l'alinéa précédent et qui étaient liées, à la date de signature de l'accord annexé, soit par un accord de mensualisation, soit par des clauses de mensualisation incluses dans des conventions collectives portant sur l'ensemble de ces droits.
Un décret en Conseil d'Etat détermine, en tant que de besoin, les modalités d'application des alinéas précédents et notamment les sanctions pour contravention aux dispositions du présent article, ainsi que les formes et conditions de la contre-visite mentionnée à l'article 7 de l'accord annexé à la présente loi.
Avant le 30 avril 1980 *date limite*, le Gouvernement présentera au Parlement un rapport sur l'application de la présente loi accompagné d'un projet de loi insérant dans le code du travail des droits nouveaux résultant de l'accord interprofessionnel relatif à la mensualisation qui figure en annexe.
Les dispositions de l'article 6 de l'accord annexé à l'article premier de la présente loi sont applicables aux salariés quittant volontairement l'entreprise à partir d'au moins soixante ans.
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : V. GISCARD D'ESTAING.
PREMIER MINISTRE : R. BARRE.
MINISTRE DELEGUE A L'ECONOMIE ET AUX FINANCES : R. BOULIN.
MINISTRE DE L'AGRICULTURE : P. MEHAIGNERIE.
MINISTRE DE L'INDUSTRIE, DU COMMERCE ET DE L'ARTISANAT : R. MONORY.
MINISTRE DU TRAVAIL : C. BEULLAC

Commentaires

Afficher tout (19)

1Le départ volontaire du salarié à la retraite
www.garcia-avocat-paris.fr · 24 juin 2015

Le départ volontaire du salarié à la retraite Le départ volontaire du salarié à la retraite répond à la situation du salarié qui quitte volontairement l'entreprise pour bénéficier du droit à une pension de vieillesse. Il s'agit d'un mode autonome de rupture qui est différent de la démission. Ce départ volontaire est possible dans la mesure où le salarié remplit les conditions pour faire valoir ses droits à la retraite, lui permettant de bénéficier d'une pension de retraite. Le départ du salarié à la retraite donne droit au versement d'une indemnité spécifique. Les éléments à prendre en …

 Lire la suite…

2L'employeur doit prouver qu'il a autorisé le salarié à prendre ses congés
Lionel Assous-l · blogavocat · 11 juillet 2012

Antérieurement, le salarié qui prétendait avoir été dans l'impossibilité de prendre ses congés du fait de l'employeur devait établir la faute de ce dernier pour obtenir des dommages et intérêts correspondant aux congés non pris. La chambre sociale de la Cour de cassation revient sur cette jurisprudence en décidant qu'il appartient à l'employeur de prouver qu'il a bien mis le salarié en mesure de prendre ses congés payés. Ces obligations consistent : - A informer les salariés de la période de prise de congés au moins deux mois avant l'ouverture de la période (C. trav. art. D …

 Lire la suite…

3"Sorties libres" et maintien conventionnel de salaire en cas de maladie
Yan-eric Logeais · blogavocat · 19 septembre 2009

La question du contrôle par l'employeur des absences pour cause de maladie et des sanctions à la suite de telles investigations n'en finit pas de faire l'objet de contentieux. Ce contrôle s'articule avec les garanties de maintien de salaire contenues dans la convention collective applicable dans l'entreprise ou à titre subsidiaire, à défaut d'un tel accord, en application de l'article 7 de Accord national interprofessionnel sur la mensualisation 10 décembre 1977, légalisé par l'article 1er de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 relative à la mensualisation, aujourd'hui codifié à l'article …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?
Afficher tout (19)

1Cour de Cassation, Chambre sociale, du 15 février 1995, 90-43.628, Inédit
Cassation partielle

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Sur le pourvoi formé par la société anonyme Laboratoires France-Parfums, dont le siège social est à Nanterre (Hauts-de-Seine), …, en cassation d'un arrêt rendu le 27 avril 1990 par la cour d'appel de Versailles (15 e chambre sociale), au profit de M. Michel X…, demeurant à Bois Colombes (Hauts-de-Seine), …, défendeur à la cassation ; LA COUR, en l'audience publique du 5 janvier 1995, où étaient présents : M. Kuhnmunch, président, M lle Sant, conseiller référendaire rapporteur, MM. Waquet, …

 Lire la suite…
  • Conventions collectives·
  • Industries chimiques·
  • Retraite·
  • Prime·
  • Salarié·
  • Licenciement·
  • Industrie chimique·
  • Indemnité·
  • Employeur·
  • Convention collective

2Cour d'appel d'Agen, Chambre sociale, 24 mars 2009, n° 08/00424
Infirmation partielle

ARRÊT DU 24 MARS 2009 CL/NC R.G. 08/00424 S.A. ARCHIMICA venant aux droits de la SA CLARIANT en la personne de son représentant légal C/ J K L I M Z N E V-AB A V-J B V-W C O F P G Q D V-AA H P R S T épouse X ARRÊT n° 137 COUR D'APPEL D'AGEN Chambre Sociale Prononcé à l'audience publique du vingt-quatre mars deux mille neuf par Catherine LATRABE, Conseillère, faisant fonction de Présidente de Chambre, assistée de Nicole CUESTA, Greffière. La COUR d'APPEL D'AGEN, CHAMBRE SOCIALE, dans l'affaire ENTRE : S.A. ARCHIMICA venant …

 Lire la suite…
  • Journée de solidarité·
  • Salaire·
  • Titre·
  • Syndicat·
  • Grève·
  • Préjudice moral·
  • Réparation du préjudice·
  • Salarié·
  • Travail·
  • Réparation

3Cour d'appel de Versailles, du 7 octobre 1998, 1997-21163
Confirmation Cour de cassation : Rejet

Dès lors qu'un enseignant employé par un établissement scolaire privé sous contrat d'association à l'enseignement public, selon le régime défini par les lois des 31 décembre 1959 et 11 juillet 1975 et leurs décrets d'application respectifs 60-380 du 22 avril 1960, 60-745 du 28 juillet 1960 et 77-521 du 18 mai 1977, est engagé avec l'accord du chef d'établissement, moyennant une rémunération convenue entre les parties et est placé pour l'exécution de sa prestation de travail sous la subordination et l'autorité du chef d'établissement qui la contrôle, les circonstances de la nomination par …

 Lire la suite…
  • Litiges nés à l'occasion du contrat de travail·
  • Contrat de droit privé·
  • Compétence matérielle·
  • Contrat de travail·
  • Prud'hommes·
  • Compétence·
  • Définition·
  • Associations·
  • Enseignement public·
  • Question préjudicielle
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?
Afficher tout (+500)

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.