Loi n°78-49 du 19 janvier 1978 RELATIVE A LA MENSUALISATION ET A LA PROCEDURE CONVENTIONNELLE.Abrogé

Texte intégral

Les droits nouveaux ouverts par les clauses de l'accord national interprofessionnel, annexé à la présente loi et relatif à la mensualisation, sont acquis, à compter du 1er janvier 1978 *date point de départ*, aux salariés des professions visées à l'article L. 131-1 du code du travail, à l'exclusion des professions agricoles, et au premier alinéa de l'article L. 134-1 du même code qui n'étaient liées, à la date de sa signature, ni par un accord de mensualisation, ni par des clauses de mensualisation incluses dans des conventions collectives, portant sur l'ensemble de ces droits.
Ils sont acquis, le 1er janvier 1980 au plus tard, aux salariés des professions visées à l'alinéa précédent et qui étaient liées, à la date de signature de l'accord annexé, soit par un accord de mensualisation, soit par des clauses de mensualisation incluses dans des conventions collectives portant sur l'ensemble de ces droits.
Un décret en Conseil d'Etat détermine, en tant que de besoin, les modalités d'application des alinéas précédents et notamment les sanctions pour contravention aux dispositions du présent article, ainsi que les formes et conditions de la contre-visite mentionnée à l'article 7 de l'accord annexé à la présente loi.
Avant le 30 avril 1980 *date limite*, le Gouvernement présentera au Parlement un rapport sur l'application de la présente loi accompagné d'un projet de loi insérant dans le code du travail des droits nouveaux résultant de l'accord interprofessionnel relatif à la mensualisation qui figure en annexe.
Les dispositions de l'article 6 de l'accord annexé à l'article premier de la présente loi sont applicables aux salariés quittant volontairement l'entreprise à partir d'au moins soixante ans.
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : V. GISCARD D'ESTAING.
PREMIER MINISTRE : R. BARRE.
MINISTRE DELEGUE A L'ECONOMIE ET AUX FINANCES : R. BOULIN.
MINISTRE DE L'AGRICULTURE : P. MEHAIGNERIE.
MINISTRE DE L'INDUSTRIE, DU COMMERCE ET DE L'ARTISANAT : R. MONORY.
MINISTRE DU TRAVAIL : C. BEULLAC

Commentaires


1Dossier documentaire décision 2018-732 QPC du 21 septembre 2018 Le Grand Port maritime de la Guadeloupe [Option irrévocable d’adhésion au régime d’assurance…
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 21 septembre 2018

Décision n° 2018 - 732 QPC Article L. 5424-2 du code du travail Option irrévocable d'adhésion au régime d'assurance chômage pour certains employeurs publics Dossier documentaire Services du Conseil constitutionnel - 2018 Sommaire I. Dispositions législatives ........................................................................... 5 II. Constitutionnalité de la disposition contestée .................................... 21 2 Table des matières I. Dispositions législatives ........................................................................... 5 A. …

 Lire la suite…

2Calcul paie CDD entrée en cours de mois
www.legavox.fr · 10 septembre 2017

Bonsoir, Le 1e salaire pour un mensuel qui a commencé son contrat en cours de mois se calcule à l'heure .Ce ne sont pas des absences ,mais un commencement de contrat. ------------------------------------ Cour de cassation chambre sociale Audience publique du jeudi 14 mai 1987 N° de pourvoi: 84-43854 Publié au bulletin Rejet . Président :M. Jonquères, président Rapporteur :M. Goudet, conseiller rapporteur Avocat général :M. Ecoutin, avocat général REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Sur le moyen unique : Attendu, selon le jugement attaqué (conseil de …

 Lire la suite…

3La Cour de cassation précise le maintien de salaire en cas de maladie
www.legisocial.fr · 20 octobre 2016

Publié le 20 octobre 2016 - Dernière mise à jour le 29 septembre 2017 Jurisprudence La présente affaire concerne une action menée par une organisation syndicale envers un employeur dépendant de la convention collective des sociétés d'assurance. Selon l'organisation syndicale, compte tenu des dispositions conventionnelles en vigueur dans l'entreprise, le maintien de salaire en cas de maladie doit être effectué sans délai, nonobstant le délai de carence appliqué par la sécurité sociale. L'employeur n'est pas du même avis, estimant de son côté que son obligation de maintien n'entre en …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour de cassation, Chambre sociale, du 2 avril 1992, 89-42.194, Inédit
Cassation

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Sur le pourvoi formé par M. Louis X…, demeurant route de Dangy à Cerisy-la-Salle (Manche), en cassation d'un jugement rendu le 5 juillet 1988 par le conseil de prud'hommes de Coutances (section industrie), au profit de la société anonyme B. Allez et compagnie, dont le siège est centre d'Agneaux B.P. 363 à Saint-Lo (Manche), défendeur à la cassation ; LA COUR, composée selon l'article L. 131-6, alinéa 2, du Code de l'organisation judiciaire, en l'audience publique du 20 février 1992, où étaient présents : M. Guermann, …

 Lire la suite…
  • Inaptitude physique à la suite d'un accident du travail·
  • Indemnité spéciale de licenciement·
  • Loi n° 89-18 du 13 janvier 1989·
  • Contrat de travail, rupture·
  • Caractère interprétatif·
  • 18 du 13 janvier 1989·
  • Base de calcul·
  • Licenciement·
  • Loi n° 89·
  • Manche

2Cour administrative d'appel de Nantes, 3e chambre, du 10 juin 1999, 96NT01881, inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour le 28 août 1996, présentée pour M me Monique X…, demeurant …, par M e Y…, avocat au barreau de Nantes ; M me X… demande à la Cour : 1 ) d'annuler le jugement n 96-298 du 27 juin 1996 par lequel le Tribunal administratif de Nantes a rejeté sa demande tendant à ce que l'Etat soit condamné à lui verser une somme de 31 302 F, correspondant à l'indemnité de départ à la retraite prévue par l'article L.122-14-13 du code du travail ; 2 ) de condamner l'Etat à lui verser la somme de 31 302 F, augmentée des intérêts de droit à compter du 15 …

 Lire la suite…
  • Questions propres aux différentes catégories d'enseignement·
  • Établissements d'enseignement prives·
  • Enseignement·
  • Personnel·
  • Enseignement public·
  • Enseignement privé·
  • Établissement d'enseignement·
  • Rémunération·
  • Tribunaux administratifs·
  • Charges sociales

3Cour de Cassation, Chambre sociale, du 10 novembre 1992, 90-44.447, Publié au bulletin
Cassation partielle

° L'avantage de retraite servi, en application du décret du 2 janvier 1980, par le régime temporaire de retraite des enseignants privés (RETREP) constitue une pension de vieillesse au sens de l'article L. 122-14-13, alinéa 1 er , du Code du travail (arrêts n° 1 et 2). ° Les maîtres agréés des établissements d'enseignement privé sous contrat simple qui cessent leurs fonctions par anticipation et quittent volontairement l'entreprise pour bénéficier d'un avantage de retraite sont en droit de réclamer à leur employeur l'indemnité prévue par l'alinéa 1 er de l'article L. 122-14-13 du Code du …

 Lire la suite…
  • Bénéfice du droit à une pension de vieillesse·
  • Établissement lié par un contrat simple·
  • Indemnité de départ à la retraite·
  • Contrat de travail, rupture·
  • Indemnité de départ·
  • Contrat de travail·
  • Enseignement libre·
  • Établissement·
  • Enseignement·
  • Attribution
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.