Loi HPST - LOI n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 23 juillet 2009
Dernière modification : 1 janvier 2017
Codes visés : Code de l'action sociale et des familles, Code de la recherche et 6 autres

Texte intégral


L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2009-584 DC du 16 juillet 2009 ;
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

TITRE IER : MODERNISATION DES ETABLISSEMENTS DE SANTE
CHAPITRE IER : MISSIONS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

I à XIX.A modifié les dispositions suivantes :

-Code de la santé publique
Art. L6162-11, Art. L6162-13, Art. L6111-1, Art. L6111-2, Sct. Chapitre II : Missions de service public des établissements de santé, Art. L6112-1, Art. L6112-2, Art. L6112-3
-Code de la sécurité sociale.
Art. L162-22-10
-Code de la santé publique
Art. L6122-7, Art. L6122-10, Art. L6161-5, Art. L6161-8, Art. L6161-9, Art. L6162-1, Art. L6162-9, Art. L6162-12
-Code de la sécurité sociale.
Art. L162-20
-Code de la santé publique
Art. L6311-2, Art. L6323-1, Art. L6111-3

A abrogé les dispositions suivantes :

-Code de la santé publique
Art. L6112-5, Art. L6161-3-1, Art. L6161-10

A créé les dispositions suivantes :

-Code de la santé publique
Art. L6112-3-1

A abrogé les dispositions suivantes :

-Code de la santé publique
Art. L6323-2

XX. - (Abrogé)

XXI. - (Abrogé)

XXII.-Les centres de lutte contre le cancer mentionnés à l'article L. 6162-1 du code de la santé publique continuent d'exercer, dans les mêmes conditions, outre les missions qui leur sont assignées par la loi, les missions prévues à leur contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens jusqu'au terme de ce contrat ou, au plus tard jusqu'au 1er janvier 2016.

Jusqu'à la date retenue en application de l'alinéa précédent, les articles L. 6112-3, L. 6112-6, L. 6112-7, L. 6143-2 et L. 6143-2-1, les septième et huitième alinéas de l'article L. 6143-4 et les articles L. 6145-1 et L. 6155-1 du code de la santé publique leur sont applicables.

XXIII.-Jusqu'à la date retenue en application du premier alinéa du XX, les dispositions suivantes sont applicables aux établissements de santé privés qui ont été admis à participer à l'exécution du service public hospitalier à la date de publication de la présente loi.

Lorsque le directeur général de l'agence régionale de santé estime que la situation financière de l'établissement l'exige et, à tout le moins, lorsque le suivi et l'analyse de l'exécution de l'état des prévisions de recettes et de dépenses prévus à l'article L. 6145-1 du code de la santé publique ou le compte financier font apparaître un déséquilibre financier répondant à des critères définis par décret, ou lorsque sont constatés des dysfonctionnements dans la gestion de l'établissement, le directeur général de l'agence régionale de santé adresse à la personne morale gestionnaire une injonction de remédier au déséquilibre financier ou aux dysfonctionnements constatés et de produire un plan de redressement adapté, dans un délai qu'il fixe. Ce délai doit être raisonnable et adapté à l'objectif recherché.

Les modalités de retour à l'équilibre financier donnent lieu à la signature d'un avenant au contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens prévu à l'article L. 6114-1 du même code.

S'il n'est pas satisfait à l'injonction, ou en cas de refus de l'établissement de signer l'avenant susmentionné, le directeur général de l'agence régionale de santé peut désigner un administrateur provisoire de l'établissement pour une durée qui ne peut être supérieure à six mois renouvelable une fois. Si l'organisme gestionnaire gère également des établissements ou services qui relèvent de la compétence tarifaire du représentant de l'Etat dans le département ou du président du conseil général, l'administrateur provisoire est désigné conjointement par le représentant de l'Etat dans le département et le directeur général de l'agence régionale de santé.L'administrateur doit satisfaire aux conditions définies aux deuxième à quatrième alinéas de l'article L. 811-2 du code de commerce.

L'administrateur provisoire accomplit, pour le compte de l'établissement, les actes d'administration urgents ou nécessaires pour mettre fin aux dysfonctionnements ou irrégularités constatés et préparer et mettre en œuvre un plan de redressement. La rémunération de l'administrateur est assurée par les établissements gérés par l'organisme et répartie entre les établissements ou services au prorata des charges d'exploitation de chacun d'eux.L'administrateur justifie, pour ses missions, d'une assurance couvrant les conséquences financières de la responsabilité conformément à l'article L. 814-5 du code de commerce, prise en charge dans les mêmes conditions que la rémunération.

En cas d'échec de l'administration provisoire, le directeur général de l'agence régionale de santé peut saisir le commissaire aux comptes pour la mise en œuvre de l'article L. 612-3 du même code.

XXIV.-Les contrats de concession pour l'exécution du service public hospitalier conclus en application de l'article L. 6161-9 du code de la santé publique, dans sa rédaction antérieure à la présente loi, ne sont pas renouvelés. Ils prennent fin au plus tard au 1er janvier 2016.

A modifié les dispositions suivantes :
- Code de la santé publique
Art. L6122-1
A modifié les dispositions suivantes :
- Code de la santé publique
Art. L5126-2, Art. L5121-1, Art. L5126-14

A créé les dispositions suivantes :
- Code de la santé publique
Art. L5126-5-1

1Alcoolisme nocturne : les épiciers trinquent !
Etienne Colson, Avocat. · Village Justice · 28 novembre 2022

Faut-il sacrifier les épiceries nocturnes sur l'autel de la santé publique ? Poser la question, c'est déjà y répondre. Tout à leur lutte - méritoire - contre l'alcoolisme nocturne et ses effets sur la tranquillité publique, nombre de maires ordonnent la fermeture des épiceries, la nuit tombée. Après quoi, les rideaux de fer baissés, la bacchanale se poursuit. Le sommeil des Français n'est pas qu'une cause nationale. Il est aussi, peut-être surtout, l'affaire des maires. Nombreux paraissent même en avoir fait, selon l'expression du moment, la mère de toutes les batailles. En …

 Lire la suite…

2Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°462637
Conclusions du rapporteur public · 28 septembre 2022

N° 462637 – Association Hôpital Foch et autres N° 462977 – CNOM N° 462978 - CNOM 5ème et 6ème chambres réunies Séance du 14 septembre 2022 Lecture du 28 septembre 2022 CONCLUSIONS M. Florian Roussel, rapporteur public Comment inciter les praticiens à exercer dans les établissements publics de santé et prévenir leur départ ultérieur dans le secteur privé ? Longuement évoquée en 2020 au cours du « Ségur de la santé », cette question est, depuis une cinquantaine d'années, au cœur des réflexions sur l'avenir de l'hôpital. Les trois questions prioritaires de constitutionnalité dont vous êtes …

 Lire la suite…

3Comment communiquer sur l’alcool sur les réseaux sociaux ?
Claire Benassar · Haas avocats · 26 août 2022

Par Claire Benassar Dans une décision du 20 mai 2022, le tribunal judiciaire de Paris a condamné le groupe META à dévoiler l'identité des internautes se cachant derrière un compte d'amateurs de pastis sur Instagram. Dans cette affaire, l'association Addictions France avait effectivement saisi le tribunal en vue de voir sanctionner les faits notamment observés sur le compte Instagram « Your Best Riflon », qu'elle accusait de promouvoir la marque d'alcool Ricard de façon illégale. Les juges ont estimé que META devait obligatoirement supprimer les publications litigieuses et transmettre …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Strasbourg, 6 novembre 2012, n° 1000072
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N°1000072 ___________ M. Y X ___________ M. Henninger Rapporteur ___________ M me Haudier Rapporteur public ___________ Audience du 16 octobre 2012 Lecture du XXX ___________ 62-05-01-03 C nm RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Strasbourg (5 e chambre) Vu la requête, enregistrée le 8 janvier 2010, présentée pour M. Y X, demeurant XXX à XXX, par M e Bayle ; M. X demande au tribunal : d'enjoindre à l'Union régionale des caisses d'assurance maladie d'Alsace de passer un contrat organisant les …

 Lire la suite…
  • Alsace·
  • Caisse d'assurances·
  • Agence régionale·
  • Assurance maladie·
  • Santé·
  • Justice administrative·
  • Sécurité sociale·
  • Contrats·
  • Urgence·
  • Sécurité

2Tribunal administratif de Paris, 10 octobre 2014, n° 1313203
Rejet Cour administrative d'appel : Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N° 1313203/6-1 ___________ M me D A ___________ M. Matalon Rapporteur ___________ M me Baratin Rapporteur public ___________ Audience du 26 septembre 2014 Lecture du 10 octobre 2014 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (6 e Section – 1 re Chambre) 55-02 XXX C Vu la requête, enregistrée le 11 septembre 2013 au greffe du tribunal, présentée pour M me A demeurant XXX, par M e Chéneau, avocat ; M me A demande au tribunal : — d'annuler la décision du 10 juillet 2013 par laquelle …

 Lire la suite…
  • Agence régionale·
  • Décret·
  • Directeur général·
  • Santé·
  • Commission·
  • Île-de-france·
  • Formation·
  • Justice administrative·
  • Professionnel·
  • Quorum

3Tribunal administratif de Besançon, 19 décembre 2012, n° 1100866

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BESANÇON N° 1100866 ___________ M. A X ___________ M me Tissot-Grossrieder Rapporteur ___________ M. Fabre Rapporteur public ___________ Audience du 4 décembre 2012 Lecture du 19 décembre 2012 ___________ aft RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Besançon (1 re Chambre) Vu la requête, enregistrée le 24 juin 2011, présentée pour M. A X, demeurant XXX à Villars-le-Pautel (70500), par M e Lecaille ; M. X demande au tribunal : — de condamner l'Etat à lui verser une somme de 200 000 euros en réparation des …

 Lire la suite…
  • Justice administrative·
  • Harcèlement moral·
  • Agence régionale·
  • Franche-comté·
  • Santé·
  • Administration·
  • Fonctionnaire·
  • Victime·
  • Préjudice·
  • Affectation
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique (1)

Mesdames, Messieurs, L'engagement dans la vie politique locale et la proximité de l'action publique sur l'ensemble du territoire national constituent, ensemble, le premier volet de la réponse que le Gouvernement entend mettre en oeuvre pour lutter contre la fracture territoriale. S'adressant à la Nation, le 25 avril dernier, le Président de la République annonçait un « nouveau pacte territorial [pour] réconcilier la métropole, la ville moyenne et le rural ». L'expression populaire des derniers mois, portée sans ambiguïté lors du grand débat national, a témoigné de l'urgence de cette …

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique (1)

La police spéciale des débits de boissons est actuellement partagée entre le préfet et le maire. La fermeture des débits de boissons relève actuellement de la compétence du préfet en vertu des dispositions de l'article L. 3332-15 du code de la santé publique. Il peut fermer ces établissements dans trois cas : - pour une durée n'excédant pas six mois, à la suite d'infractions aux lois et règlements relatifs à ces établissements ; - en cas d'atteinte à l'ordre public, à la santé, à la tranquillité ou à la moralité publiques, pour une durée n'excédant pas deux mois ; - pour six mois lorsque …

Lire la suite…
Sur l'article 13, renuméroté article 45
Article 45 LOI n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique (1)

Cet article dote le maire de nouveaux outils afin de l'aider à maintenir la tranquillité publique. Ainsi, il pourra ordonner la fermeture de débits de boissons pour une durée n'excédant pas deux mois, lorsque, au vu des circonstances locales, le préfet lui aura déléguée cette compétence. En matière de tranquillité publique, le maire peut déjà fixer par arrêté une plage horaire, qui ne peut être établie avant 20 heures et après 8 heures, durant laquelle la vente à emporter des boissons alcooliques sur le territoire de sa commune est interdite. Cette disposition est inscrite dans la loi …

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?