Décret n°2002-1547 du 20 décembre 2002 relatif à la prise en compte pour la retraite du congé d'accompagnement d'une personne en fin de vie au profit des fonctionnaires régis par le titre Ier du statut général des fonctionnaires

Texte intégral


Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées et du ministre de la fonction publique, de la réforme de l'Etat et de l'aménagement du territoire,

Vu le code des pensions civiles et militaires de retraite, notamment ses articles L. 5, L. 61 et L. 63 ;

Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat, notamment le 9° de son article 34 ;

Vu la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, notamment le 10° de son article 57 ;

Vu la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière, notamment le 9° de son article 41 ;

Vu le décret n° 65-773 du 9 septembre 1965 relatif au régime de retraite des fonctionnaires affiliés à la caisse nationale des retraites des agents des collectivités locales ;

Vu l'avis du Conseil supérieur de la fonction publique de l'Etat du 9 avril 2002 ;

Vu l'avis du Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière du 3 avril 2002 ;

Vu l'avis du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale du 3 juillet 2002 ;

Le Conseil d'Etat (section finances) entendu,
La période pendant laquelle un agent bénéficie d'un congé d'accompagnement d'une personne en fin de vie est prise en compte dans la constitution de son droit à pension et dans la liquidation de sa pension, sous réserve, pour son bénéficiaire, d'acquitter à l'issue du congé les cotisations pour pension prévues par l'article L. 61 du code des pensions et par l'article 3 du décret du 9 septembre 1965 susvisé dans les conditions prévues au présent décret.
La retenue est calculée sur la base du traitement brut que l'intéressé aurait perçu s'il n'avait bénéficié du congé.
Cette retenue fait l'objet de précomptes mensuels calculés à raison de 5 % du traitement budgétaire net ordonnancé au profit de l'agent, sauf le dernier précompte à effectuer pour solde. Le premier précompte est opéré sur le traitement du premier mois complet suivant la reprise d'activité.
Lorsque l'agent est radié des cadres avant le règlement de sa dette, ou à l'issue de son congé sans qu'il reprenne son activité, la somme restant due est précomptée sur les arrérages de sa pension dans la limite d'un cinquième de leur montant.
A tout moment, le bénéficiaire du congé peut se libérer de cette dette par anticipation.
La contribution due par l'employeur des fonctionnaires relevant du décret du 9 septembre 1965 susvisé est calculée sur la même base que la retenue mentionnée à l'article précédent.

1Fonctionnaires Et Agents Publics - Création - Congé De Soutien Familial. Perspectives
M. Reiss Frédéric · Questions parlementaires · 29 avril 2008

M. Frédéric Reiss attire l'attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité sur le congé de soutien familial. Par décret du 18 avril 2007, les salariés du privé peuvent bénéficier, suivant certaines conditions, d'un congé de 3 mois, renouvelable jusqu'à un an durant toute la durée d'activité professionnelle, pour se consacrer à une personne de leur famille gravement malade. Cette suspension de contrat ne les pénalise pas pour leur retraite, l'État prenant en charge les cotisations durant cette période. Les fonctionnaires, eux, bénéficient du …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Lille, 31 mai 2016, n° 1303457
Annulation

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N° 1303457 ___________ M. Y X ___________ M. Frédéric Malfoy Rapporteur ___________ M. Denis Perrin Rapporteur public ___________ Audience du 17 mai 2016 Lecture du 31 mai 2016 ___________ 36-05-04-04 C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Lille (1 re Chambre) Vu la procédure suivante : Par une requête et un mémoire, enregistrés le 5 juin 2013 et le 4 novembre 2013, M. Y X demande au tribunal, dans le dernier état de ses écritures : 1°) d'annuler les arrêtés du 16 avril 2013 par lesquels le …

 Lire la suite…
  • Nord-pas-de-calais·
  • Solidarité familiale·
  • Congé·
  • Conseil régional·
  • Ascendant·
  • Fonctionnaire·
  • Échelon·
  • Annulation·
  • Décret·
  • Réintégration
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.