Loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001 relative à la résorption de l'emploi précaire et à la modernisation du recrutement dans la fonction publique ainsi qu'au temps de travail dans la fonction publique territoriale (1).

Sur la loi

Entrée en vigueur : 4 janvier 2001
Dernière modification : 4 janvier 2001
Codes visés : Code électoral, Code général des collectivités territoriales

Texte intégral

TITRE Ier : DISPOSITIONS RELATIVES À LA RÉSORPTION DE L'EMPLOI PRÉCAIRE
Chapitre Ier : Dispositions concernant la fonction publique de l'Etat.
I. - Par dérogation à l'article 19 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat, et sous réserve des dispositions de l'article 2 ci-dessous, peuvent être ouverts, pour une durée maximum de cinq ans à compter de la date de publication de la présente loi, dans des conditions définies par décret en Conseil d'Etat, des concours réservés aux candidats remplissant les conditions suivantes :
1° Justifier avoir eu, pendant au moins deux mois au cours de la période de douze mois précédant la date du 10 juillet 2000, la qualité d'agent non titulaire de droit public de l'Etat ou des établissements publics locaux d'enseignement, recruté à titre temporaire et ayant exercé des missions dévolues aux agents titulaires ;
2° Avoir été, durant la période de deux mois définie au 1°, en fonctions ou avoir bénéficié d'un congé en application du décret pris sur le fondement de l'article 7 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée ;
3° Justifier, au plus tard à la date de nomination dans le corps, des titres ou diplômes requis des candidats au concours externe d'accès au corps concerné ou, pour l'accès aux corps d'enseignement des disciplines technologiques et professionnelles, des candidats au concours interne. Les candidats peuvent obtenir la reconnaissance de leur expérience professionnelle en équivalence des conditions de titres ou diplômes requises pour se présenter aux concours prévus par le présent article. Un décret en Conseil d'Etat précise la durée de l'expérience professionnelle prise en compte en fonction de la nature et du niveau des titres ou diplômes requis ;
4° Justifier, au plus tard à la date de clôture des inscriptions au concours, d'une durée de services publics effectifs au moins égale à trois ans d'équivalent temps plein au cours des huit dernières années.
II. - Peuvent également être ouverts, pendant une durée maximum de cinq ans à compter de la date de publication de la présente loi, des concours réservés aux candidats, recrutés à titre temporaire et ayant exercé des missions dévolues aux agents titulaires, qui satisfont aux conditions fixées aux 2°, 3° et 4° du I et remplissent l'une des conditions suivantes :
- justifier avoir eu, pendant la période de deux mois définie au 1° du I, la qualité d'agent non titulaire de droit public des établissements publics de l'Etat, autres que les établissements publics locaux d'enseignement et que ceux à caractère industriel et commercial, mentionnés à l'article 2 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires ;
- justifier avoir eu, pendant la même période, la qualité d'agent non titulaire des établissements d'enseignement figurant sur la liste prévue à l'article 3 de la loi n° 90-588 du 6 juillet 1990 portant création de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger.
Les fonctions exercées par les intéressés doivent correspondre à des emplois autres que ceux mentionnés à l'article 3 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée ou que ceux prévus par toute autre disposition législative excluant l'application du principe énoncé à l'article 3 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 précitée.
III. - Les concours réservés prévus aux I et II sont organisés pour l'accès à des corps de fonctionnaires dont les statuts particuliers prévoient un recrutement par la voie externe. En outre, les corps d'accueil de catégorie A concernés sont ceux mentionnés à l'article 80 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée.
Pendant une durée maximum de cinq ans à compter de la date de publication de la présente loi, l'accès des candidats remplissant les conditions fixées au I aux corps de fonctionnaires de l'Etat classés dans la catégorie C prévue à l'article 29 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée peut se faire, sans préjudice des dispositions prévues à l'article 17 ci-dessous, par la voie d'examens professionnels, selon des modalités déterminées par décret en Conseil d'Etat.
Les candidats ne peuvent se présenter qu'aux concours ou examens professionnels prévus par le présent article donnant accès aux corps de fonctionnaires dont les missions, telles qu'elles sont définies par les statuts particuliers desdits corps, relèvent d'un niveau de catégorie au plus égal à celui des fonctions qu'ils ont exercées pendant une durée de trois ans au cours de la période de huit ans prévue au 4° du I.
Pendant une durée maximum de cinq ans à compter de la date de publication de la présente loi, les candidats qui remplissaient les conditions fixées aux 1°, 2°, 3° et 5° de l'article 1er et à l'article 2 de la loi n° 96-1093 du 16 décembre 1996 relative à l'emploi dans la fonction publique et à diverses mesures d'ordre statutaire et qui exerçaient des fonctions autres que celles du niveau de la catégorie C peuvent accéder à un corps de fonctionnaires, par voie d'examen professionnel, selon les modalités définies par décret en Conseil d'Etat. Toutefois, pour l'application du présent article, les conditions fixées aux 1°, 2°, 3° et 5° de l'article 1er et à l'article 2 de la loi n° 96-1093 du 16 décembre 1996 précitée s'apprécient à la date du 16 décembre 2000.
Les candidats mentionnés à l'alinéa précédent doivent en outre remplir les conditions suivantes :
1° Satisfaire aux conditions fixées aux 1°, 2° et 3° du I de l'article 1er de la présente loi ;
2° Justifier d'une durée de services publics effectifs complémentaire qui sera fixée par décret en Conseil d'Etat.
Les agents non titulaires mentionnés aux articles 1er et 2 de la présente loi, qui participent aux missions du service public de formation continue, ainsi que de formation et d'insertion professionnelles, dont les activités sont transférées à un groupement d'intérêt public constitué en application de l'article L. 423-1 du code de l'éducation, conservent le bénéfice des dispositions prévues auxdits articles. Les services accomplis par les intéressés après le transfert des activités sont retenus pour le calcul des conditions d'ancienneté prévues aux 1° et 4° du I de l'article 1er et à l'article 2 de la présente loi.

1Sur les 1607 heures dans les collectivités territoriales
www.rojano-avocat.com · 15 septembre 2022

Sources Décision n° 2022-1006 QPC du 29 juillet 2022 Article 7-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale Loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001 relative à la résorption de l'emploi précaire et à la modernisation du recrutement dans la fonction publique ainsi qu'au temps de travail dans la fonction publique territoriale Article 47 de la LOI n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique Décret n°2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l'application de l'article 7-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier …

 Lire la suite…

2Le gouvernement reviendra-t-il sur la réforme de 1607 heures ?
www.lagazettedescommunes.com · 25 août 2022

Temps de travail Publié le 25/08/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles RH Réponse du ministère de la Transformation et de la fonction publiques : Tout comme dans les autres versants de la fonction publique et dans le secteur privé, le temps de travail est fixé, dans la fonction publique territoriale, à 35 heures par semaine et à 1607 heures par an. Par dérogation, les collectivités territoriales et les établissements en relevant ont eu la possibilité de maintenir des régimes de travail plus favorables aux agents (c'est-à-dire inférieurs à la …

 Lire la suite…

3Quelle constitutionnalité pour les 1 607 heures dans la fonction publique territoriale ?
www.weka.fr · 29 juillet 2022

Dans la décision n° 2022-1006 QPC du 29 juillet 2022, le Conseil constitutionnel, saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), a admis que la première phrase du premier alinéa du paragraphe I de l'article 47 de la loi n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique1 est conforme à la Constitution. Il apparaît que les communes ne pourront pas organiser à leur guise le temps de travail dans la fonction publique territoriale puisqu'elles auront à appliquer la règle des 1 607 heures de temps de travail annuel comme dans la fonction publique de l'État. …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Guyane, 4 octobre 2012, n° 1101813
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAYENNE N°1101813 ___________ M me Z Y ___________ M. X Rapporteur ___________ M. Schnoering Rapporteur public ___________ Audience du 20 septembre 2012 Lecture du 4 octobre 2012 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cayenne Vu la requête, enregistrée le 24 novembre 2011, présentée par M me Z Y, demeurant au 20, rue Georges Théolade Lotissement les Flamboyants B à Macouria-Tonate (97355) ; M me Y demande au tribunal : — d'annuler la décision en date du 7 avril 2008 par laquelle le maire de la …

 Lire la suite…
  • Fonction publique territoriale·
  • Contrats·
  • Commune·
  • Durée·
  • Emploi·
  • Collectivités territoriales·
  • Non titulaire·
  • Service·
  • Publication·
  • Partenaire social

2Cour administrative d'appel de Lyon, 26 mars 2019, n° 19LY00098
Annulation

Vu la procédure suivante : Procédure contentieuse antérieure Le préfet du Cantal a demandé au juge des référés du tribunal administratif de Clermont-Ferrand d'ordonner, sur le fondement des dispositions de l'article L. 2131-6 du code général des collectivités territoriales, la suspension de l'exécution de la délibération du 20 septembre 2018 du conseil communautaire de la communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac et de ses deux annexes portant règlement intérieur relatif à la gestion du temps de travail et protocole d'accord. Par ordonnance n° 1802439 du 27 décembre 2018, le juge …

 Lire la suite…
  • Communauté d’agglomération·
  • Tribunaux administratifs·
  • Suspension·
  • Juge des référés·
  • Délibération·
  • Justice administrative·
  • Cantal·
  • Travail·
  • Règlement intérieur·
  • Règlement

3Cour Administrative d'Appel de Marseille, 2ème chambre - formation à 3, 4 mars 2008, 05MA01357, Inédit au recueil Lebon
Annulation

Vu la requête, enregistrée le 31 mai 2005, présentée par le PREFET DES BOUCHES- DU-RHONE qui demande à la Cour : 1°) d'annuler le jugement n° 0203665 du Tribunal administratif de Marseille en date du 25 avril 2005, qui a rejeté les conclusions de son déféré tendant à l'annulation de l'arrêté du 15 mars 2002 par lequel le maire de la commune de Martigues a prononcé l'intégration de M. Edouard X dans le cadre d'emploi des attachés territoriaux au titre de la spécialité animation à compter du 1 er avril 2002 ; 2°) d'annuler cet arrêté ; ………………………………………………………………………………………….. Vu les autres …

 Lire la suite…
  • Emploi·
  • Commune·
  • Cadre·
  • Décret·
  • Spécialité·
  • Délibération·
  • Collectivités territoriales·
  • Fonction publique territoriale·
  • Tribunaux administratifs·
  • Non titulaire
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes