Ordonnance n° 45-174 du 2 février 1945 relative à l'enfance délinquante.Abrogé

Texte intégral


Le Gouvernement provisoire de la République française,

Sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice,

Vu l'ordonnance du 3 juin 1943, portant institution du Comité français de la libération nationale, ensemble les ordonnances des 3 juin et 4 septembre 1944 ;

Le comité juridique entendu,
Chapitre Ier : Dispositions générales.

Les mineurs auxquels est imputée une infraction qualifiée crime ou délit ne seront pas déférés aux juridictions pénales de droit commun, et ne seront justiciables que des tribunaux pour enfants ou des cours d'assises des mineurs.

Ceux auxquels est imputée une contravention de police de cinquième classe sont déférés aux juridictions pour enfants dans les conditions prévues à l'article 20-1.

Le tribunal pour enfants et la Cour d'assises des mineurs prononceront, suivant les cas, les mesures de protection, d'assistance, de surveillance et d'éducation qui sembleront appropriées.

Ils pourront cependant, lorsque les circonstances et la personnalité des mineurs l'exigent, soit prononcer une sanction éducative à l'encontre des mineurs de dix à dix-huit ans, conformément aux dispositions de l'article 15-1, soit prononcer une peine à l'encontre des mineurs de treize à dix-huit ans en tenant compte de l'atténuation de leur responsabilité pénale, conformément aux dispositions des articles 20-2 à 20-9. Dans ce second cas, s'il est prononcé une peine d'amende, de travail d'intérêt général ou d'emprisonnement avec sursis, ils pourront également prononcer une sanction éducative.

Le tribunal pour enfants ne peut prononcer une peine d'emprisonnement, avec ou sans sursis, qu'après avoir spécialement motivé le choix de cette peine.

Lorsqu'il prononce une condamnation pénale, le tribunal pour enfants peut, en outre, si la personnalité du mineur le justifie, prononcer l'une des mesures éducatives mentionnées aux articles 12-1, 16, 16 bis et 16 ter et au chapitre IV en conformité avec les modalités d'application définies aux mêmes articles ; dans les mêmes conditions, la cour d'assises des mineurs peut prononcer une condamnation pénale et des mesures éducatives selon les modalités prévues au dernier alinéa de l'article 20.

Dans tous les cas, lorsqu'une juridiction spécialisée pour mineurs prononce l'une des mesures mentionnées aux articles 15, 16 et 28, elle peut, en outre, placer le mineur, jusqu'à un âge qui ne peut excéder celui de la majorité, sous le régime de la liberté surveillée.


1Droits de l’enfant : chronique d’actualité législative et jurisprudentielle n° 2
www.actu-juridique.fr · 22 décembre 2022

Les jeunes majeurs étaient peu visés par l'ordonnance de 1945, hormis son article 20-9 qui prévoyait la compétence du juge des enfants en qualité de juge de l'application des peines et celle du tribunal pour enfants en qualité de tribunal de l'application des peines jusqu'à ce que le condamné ait atteint l'âge de 21 ans. Et sans surprise, en matière d'audience d'application des peines, qui concerne souvent en pratique les jeunes majeurs, les règles spécifiques réservées aux mineurs ne leur seront pas appliquées. En effet, l'article L. 612-4 précise que « les dispositions du présent …

 Lire la suite…

2Droit pénal des Auteurs
www.an-avocat.com · 15 décembre 2022

DROIT PÉNAL DES AUTEURS Droit pénal des personnes physiques ou morales Me NESSAH, avocat droit pénal des Auteurs, intervient 7j/7, du début de la procédure pénale au jugement. Un numéro d'urgence est prévu et disponible sur cette page. La garde à vue En droit pénal, la garde à vue se définit comme une mesure de contrainte par laquelle un officier de police judiciaire (gendarme ou fonctionnaire de police) retient une personne qui, pour les nécessités de l'enquête, doit rester à la disposition des services de police. Une personne ne peut être placée en garde à vue que s'il existe contre …

 Lire la suite…

3Les employeurs peuvent-ils consulter les casiers judiciaires de leurs employés ?
www.petrel-associes.com · 28 septembre 2022

Chacun a droit au respect de sa privée (article 9 du Code Civil). Une condamnation pénale relève de la vie privée des salariés mais peut justifier une mesure de licenciement si elle est de nature à perturber gravement l'entreprise, compte tenu des fonctions exercées et de la nature de l'infraction, qui rendent le maintien du salarié dans l'entreprise impossible (Cour d'Appel de Douai, 30 novembre 2010, n°10/00503) Ainsi, la connaissance par un employeur des casiers judiciaires de ses salariés peut être justifiée par la nature de la tâche à accomplir par ces derniers. Toutefois, cette …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON, 4ème chambre - formation à 3, 19 mai 2011, 10LY00334, Inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête enregistrée le 15 février 2010, présentée pour M. Hany A domicilié … ; M. A demande à la Cour : 1°) d'annuler le jugement n° 0708691 du 15 décembre 2009 par lequel le Tribunal administratif de Lyon a rejeté sa demande tendant, d'une part, à l'annulation de la sanction prononcée le 19 octobre 2007 par laquelle le directeur de l'établissement pour mineurs de Meyzieu lui a infligé une sanction disciplinaire de privation de téléviseur pendant dix jours assortie d'un sursis de trois mois, ensemble, de la décision du directeur interrégional de l'administration pénitentiaire de …

 Lire la suite…
  • Actes législatifs et administratifs·
  • Différentes catégories d'actes·
  • Actes à caractère de décision·
  • Actes administratifs·
  • Sanction·
  • Justice administrative·
  • Garde des sceaux·
  • Détenu·
  • Administration pénitentiaire·
  • Téléviseur

2Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 8 novembre 2000, 00-81.706, Publié au bulletin
Rejet

Il ne résulte aucun grief de l'absence momentanée du ministère public au cours des débats, dès lors que le président a pris toutes mesures utiles pour pallier une telle absence. .

 Lire la suite…
  • Absence momentanée·
  • Ministere public·
  • Ministère public·
  • Cour d'assises·
  • Témoin·
  • Procès-verbal·
  • Parenté·
  • Serment·
  • Débats·
  • Absence

3Cour de cassation, Chambre criminelle, 5 mars 2013, 12-87.936, Inédit
Cassation

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant : Statuant sur le pourvoi formé par : — M. Soufiane X…, contre l'arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de RENNES, en date du 23 novembre 2012, qui, dans l'information suivie contre lui des chefs d'arrestation et séquestration, violences aggravées, infractions à la législation sur les stupéfiants, conduite sans permis, refus d'obtempérer, a prolongé sa détention provisoire après infirmation de l'ordonnance du juge des libertés et de la détention l'ayant mis en liberté sous contrôle judiciaire ; La COUR, …

 Lire la suite…
  • Publicité des débats·
  • Détention provisoire·
  • Contrôle judiciaire·
  • Mineur·
  • Liberté·
  • Procédure pénale·
  • Mise en examen·
  • Débats·
  • Personnalité·
  • Contrôle
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice (1)

Mesdames, Messieurs L'état de nos juridictions et de nos prisons ne répond pas aux attentes des citoyens. Le Gouvernement souhaite engager une réforme de la justice pour rendre plus effectives les décisions des magistrats, donner plus de sens à leurs missions et rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice. La présente loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice permet de lancer des réformes structurelles dans de nombreux domaines, mais l'efficacité de ces réformes nécessite des moyens supplémentaires qui doivent être programmés dans la durée, pour permettre …

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice (1)

Le principe de publicité de la justice est consacré par l'article 6-1 de la Convention européenne des droits de l'homme qui prévoit que notamment « toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable » et que « le jugement doit être rendu publiquement, mais l'accès de la salle d'audience peut être interdit à la presse et au public pendant la totalité ou une partie du procès dans l'intérêt de la moralité, de l'ordre public ou de la sécurité nationale dans une société démocratique, lorsque les intérêts des mineurs ou la protection …

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice (1)

Mesdames, Messieurs L'état de nos juridictions et de nos prisons ne répond pas aux attentes des citoyens. Le Gouvernement souhaite engager une réforme de la justice pour rendre plus effectives les décisions des magistrats, donner plus de sens à leurs missions et rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice. La présente loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice permet de lancer des réformes structurelles dans de nombreux domaines, mais l'efficacité de ces réformes nécessite des moyens supplémentaires qui doivent être programmés dans la durée, pour permettre …

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?