Loi n° 2007-212 du 20 février 2007 portant diverses dispositions intéressant la Banque de France (1).

Texte intégral

Article 1
a modifié les dispositions suivantes
Article 2
a modifié les dispositions suivantes
Article 3
a modifié les dispositions suivantes
Article 4
Dans les conditions prévues par l'article 38 de la Constitution, le Gouvernement est autorisé à prendre par voie d'ordonnance, dans un délai de neuf mois à compter de la date de publication de la présente loi, les dispositions législatives nécessaires pour transposer la directive 2006/48/CE du Parlement européen et du Conseil, du 14 juin 2006, concernant l'accès à l'activité des établissements de crédit et son exercice et la directive 2006/49/CE du Parlement européen et du Conseil, du 14 juin 2006, sur l'adéquation des fonds propres des entreprises d'investissement et des établissements de crédit (directives dites " Bâle II ").
Dans ce cadre, il veille en particulier à fixer les modalités de reconnaissance et de contrôle des organismes externes d'évaluation de crédit. D'autre part, le Gouvernement prend également par voie d'ordonnance, dans le même délai, les dispositions législatives de nature à renforcer la compétitivité juridique et financière des sociétés de crédit foncier.
Le projet de loi portant ratification de cette ordonnance est déposé devant le Parlement au plus tard le dernier jour du douzième mois suivant la publication de la présente loi.
Article 5
a modifié les dispositions suivantes
Article 6
a modifié les dispositions suivantes
Article 7
a modifié les dispositions suivantes
Article 8
a modifié les dispositions suivantes
Article 9

I.-A abrogé les dispositions suivantes :

-Code monétaire et financier

Art. L421-12 ; Art. L421-13


-A modifié les dispositions suivantes :

-Code monétaire et financier

Art. L621-7


II.-Le Gouvernement est autorisé à prendre par ordonnance, dans les conditions prévues à l'article 38 de la Constitution, les mesures nécessaires pour transposer la directive 2004/39/ CE du Parlement européen et du Conseil, du 21 avril 2004, concernant les marchés d'instruments financiers, modifiée par la directive 2006/31/ CE du Parlement européen et du Conseil, du 5 avril 2006, ainsi que la directive 2006/73/ CE de la Commission, du 10 août 2006, portant mesures d'exécution de la directive 2004/39/ CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les exigences organisationnelles et les conditions d'exercice applicables aux entreprises d'investissement et la définition de certains termes aux fins de ladite directive, et notamment les mesures tendant à la protection des investisseurs, par le renforcement de la transparence et de l'intégrité des marchés financiers.


Le Gouvernement est autorisé, dans les mêmes conditions, à étendre en tant que de besoin et à adapter à Mayotte, à la Nouvelle-Calédonie, à la Polynésie française et aux îles Wallis et Futuna, les dispositions de l'ordonnance susmentionnée.


Cette ordonnance est prise dans un délai de huit mois à compter de la publication de la présente loi et au plus tard le 1er novembre 2007. Un projet de loi de ratification est déposé devant le Parlement dans un délai de trois mois à compter de la publication de cette ordonnance.


III.-Le I est applicable à la date d'entrée en vigueur de l'ordonnance mentionnée au II.

Article 10

I.-L'ordonnance n° 2006-346 du 23 mars 2006 relative aux sûretés est ratifiée.


II.-A modifié les dispositions suivantes :

-Code civil

Art. 2364 ; Art. 2441

III.-Pendant un délai de deux ans à compter de la date de promulgation de la présente loi, le prêteur de deniers dont le privilège a été inscrit avant cette date peut renoncer à la sûreté qu'il tient du 2° de l'article 2374 du code civil en contrepartie de la constitution par le débiteur d'une hypothèque rechargeable régie par l'article 2422 du même code en garantie de la créance initialement privilégiée. Ces renonciation et constitution sont consenties dans un même acte notarié qui est inscrit dans les formes prévues à l'article 2428 du même code.


Par dérogation à l'article 2423 du même code, la somme garantie ne peut être supérieure au montant en capital de la créance privilégiée.


L'hypothèque constituée prend le rang du privilège de prêteur de deniers antérieurement inscrit.


Toutefois, si une convention de rechargement est publiée, ce rang est inopposable aux créanciers qui ont inscrit une hypothèque entre la date de publicité du privilège de prêteur de deniers et celle de l'acte notarié prévu au premier alinéa.


Le III de l'article 7 de la loi n° 2006-1666 du 21 décembre 2006 de finances pour 2007 est applicable aux transformations mentionnées au premier alinéa lorsque le privilège de prêteur de deniers a été inscrit avant l'entrée en vigueur de l'ordonnance n° 2006-346 du 23 mars 2006 précitée.


IV.-A modifié les dispositions suivantes :

-Loi du 1 juin 1924 Art. 64

-V.-A.-Les I, II et III du présent article sont applicables en Nouvelle-Calédonie.


Pour son application en Nouvelle-Calédonie, la référence au décret n° 55-22 du 4 janvier 1955 portant réforme de la publicité foncière s'entend de la référence faite à la loi du 23 mars 1855 sur la transcription hypothécaire dans sa rédaction issue du décret du 24 juillet 1921 et du décret du 30 octobre 1935.


B.-Le I et le 1° du II du présent article sont applicables à Mayotte.


Les 2° à 4° du II et le III sont applicables à Mayotte à compter du 1er janvier 2008.


Pour leur application à Mayotte :


1° La référence au décret n° 55-22 du 4 janvier 1955 précité s'entend de la référence faite au titre IV du livre V du code civil ;


2° Le III s'applique au privilège du prêteur de deniers inscrit avant le 1er janvier 2008.


C.-Le I et le 1° du II sont applicables dans les îles Wallis et Futuna.

Jacques Chirac
Par le Président de la République :
Le Premier ministre,
Dominique de Villepin
Le ministre de l'économie,
des finances et de l'industrie,
Thierry Breton
Le garde des sceaux, ministre de la justice,
Pascal Clément
Le ministre délégué au budget
et à la réforme de l'Etat,
porte-parole du Gouvernement,
Jean-François Copé

3 Commentaires


1Saisies Et Sûretés - Hypothèques - Réglementation.
M. François de Rugy · Questions parlementaires · 6 novembre 2012

M. François de Rugy attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les dispositions relatives à l'hypothèque. En effet, l'article 2 458 du code civil prévoit que le créancier hypothécaire impayé puisse demander en justice que le bien immobilier lui demeure en paiement par attribution législative. Cette disposition n'était prévue que dans le cadre d'une hypothèque conventionnelle. Toutefois, la loi n° 2007-212 du 20 février 2007 a modifié les dispositions prévues au chapitre cinq du code civil, relatif aux effets des privilèges et hypothèques, lequel spécifie que l'attribution …

 Lire la suite…

2Saisies Et Sûretés - Hypothèques - Réglementation.
M. Christian Jacob · Questions parlementaires · 25 septembre 2012

M. Christian Jacob attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur l'article 2458 du code civil. En effet, le II de l'article 10 de la loi n° 2007-212 du 20 février 2007 portant diverses dispositions intéressant la Banque de France a supprimé la subdivision du chapitre V du code civil consacré aux effets de privilèges et hypothèques. L'intention du législateur était d'étendre le bénéfice de la purge amiable et de l'attribution judiciaire à toutes les hypothèques, et aux privilèges. Or la rédaction de l'article 2458 du code civil n'a pas été modifiée, alors même …

 Lire la suite…

3Notre actualité juridique
www.lefebvre-avocats.com

Notre actualité juridique: Lettre n° 5 /2008 I/ DROIT BANCAIRE* 1) Carte bancaire: utilisation frauduleuse/ CC civ. 1ère ch. 28 mars 2008: pourvoi n°07-10.186 L'utilisation par un tiers d'une carte bancaire avec composition du code ne suffit pas à rapporter la preuve de la faute lourde du titulaire de la carte. Attendu qu'en application de l'article L132-3 du code monétaire et financier, en cas de perte ou de vol, le titulaire d'une carte de paiement qui a effectué la mise en opposition dans les meilleurs délais compte tenu de ses habitudes …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

25 Décisions


    1Cour d'appel de Montpellier, 29 octobre 2013, n° 12/04995, SA BANQUE POPULAIRE DU SUD Société Anonyme
    Infirmation

    Grosse + copie délivrées le à COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2° chambre ARRET DU 29 OCTOBRE 2013 Numéro d'inscription au répertoire général : 12/04995 Décision déférée à la Cour : Jugement du 29 MAI 2012 TRIBUNAL DE COMMERCE DE NARBONNE N° RG 2011/05270 APPELANTE : SA BANQUE POPULAIRE DU SUD Société Anonyme Coopérative de Banque Populaire à capital variable, régie par les articles L.512-2 et suivants du Code Monétaire et financier et l'ensemble des textes relatifs aux Banques Populaires d'établissement de crédit, immatriculée au Registre du Commerce et des sociétés de PERPIGNAN …

     Lire la suite…
    • Banque populaire·
    • Halles·
    • Prêt·
    • Cautionnement·
    • Consommation·
    • Olive·
    • Sociétés·
    • Engagement de caution·
    • Commerce·
    • Code civil

    2Tribunal administratif de Nîmes, 22 mars 2012, n° 1002227, BANQUE POPULAIRE PROVENCALE ET CORSE
    Annulation

    TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES N°1002227 ___________ BANQUE POPULAIRE PROVENCALE ET CORSE ___________ M. Raynaud Rapporteur ___________ M. Saboureau Rapporteur public ___________ Audience du 8 mars 2012 Lecture du 22 mars 2012 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nîmes (3 e chambre) 60-02-03-01 C Vu la requête, enregistrée le 9 septembre 2010, présentée pour la BANQUE POPULAIRE PROVENCALE ET CORSE, dont le siège est au XXX à XXX, par M e Martha ; La BANQUE POPULAIRE PROVENCALE ET CORSE demande au tribunal : — …

     Lire la suite…
    • Gage·
    • Corse·
    • Banque populaire·
    • Justice administrative·
    • Véhicule·
    • Enregistrement·
    • Vente à crédit·
    • Moteur·
    • Décret·
    • Automobile

    3Tribunal de grande instance de Paris, 2e chambre 1re section, 6 juin 2016, n° 15/15853, Syndicat des copropriétaires de l' immeuble du 15 / c/ S.A.R.L. SAINT…
    Cour d'appel : Infirmation partielle

    T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S (footnote: 1) ■ 2 e chambre 1 re section N° RG : 15/15853 N° MINUTE : Assignation du : 04 Avril 2014 JUGEMENT rendu le 06 Juin 2016 DEMANDEUR Syndicat des copropriétaires de l'immeuble du 15/17 RUE PORTALIS […], représenté par son syndic en exercice la société ADVISORING IMMOBILIER 277 rue du Faubourg Saint-Antoine […] représenté par M e Estelle GOUBARD de la SELEURL SELARL Estelle GOUBARD Avocat, avocat au barreau de PARIS, vestiaire #C0419 DÉFENDEURS S.A.R.L. SAINT AUGUSTIN PORTALIS […] […] …

     Lire la suite…
    • Lot·
    • Syndicat de copropriétaires·
    • Immeuble·
    • Hypothèque légale·
    • Créance·
    • Valeur·
    • Attribution·
    • Charges de copropriété·
    • Sommation·
    • Expertise
    Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
    Vous avez déjà un compte ?

    0 Document parlementaire

    Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

    Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.