Loi n° 2005-357 du 20 avril 2005 relative aux aéroports (1).

Sur la loi

Entrée en vigueur : 21 avril 2005
Dernière modification : 24 août 2014
Code visé : Code de l'aviation civile

Texte intégral

TITRE Ier : DISPOSITIONS RELATIVES À LA SOCIÉTÉ AÉROPORTS DE PARIS.
L'établissement public Aéroports de Paris est transformé en société anonyme. Cette transformation n'emporte ni création d'une personne morale nouvelle, ni conséquence sur le régime juridique auquel sont soumis les personnels.
A l'exception de ceux qui sont nécessaires à l'exercice par l'Etat ou ses établissements publics de leurs missions de service public concourant à l'activité aéroportuaire et dont la liste est déterminée par décret en Conseil d'Etat, les biens du domaine public de l'établissement public Aéroports de Paris et ceux du domaine public de l'Etat qui lui ont été remis en dotation ou qu'il est autorisé à occuper sont déclassés à la date de sa transformation en société. Ils sont attribués à cette même date en pleine propriété à la société Aéroports de Paris. Les biens du domaine public de l'établissement public Aéroports de Paris qui ne sont pas déclassés sont attribués à l'Etat. Une convention passée avec l'Etat détermine les sommes restant dues à Aéroports de Paris en conséquence des investissements engagés par l'établissement public sur les biens repris par l'Etat et fixe les modalités de leur remboursement. Les incidences financières de la signature de cette convention figurent dans la plus prochaine loi de finances.
Les ouvrages appartenant à la société Aéroports de Paris et affectés au service public aéroportuaire sont des ouvrages publics.
I. - La société Aéroports de Paris et l'Etat concluent une convention qui prévoit les conditions dans lesquelles, à la fermeture à la circulation aérienne publique de tout ou partie d'un aérodrome qu'elle exploite, Aéroports de Paris verse à l'Etat au moins 70 % de la différence existant entre, d'une part, la valeur vénale à cette date des immeubles situés dans l'enceinte de cet aérodrome qui ne sont plus affectés au service public aéroportuaire et, d'autre part, la valeur de ces immeubles à la date où ils lui ont été attribués en application de l'article 2, majorée des coûts liés à leur remise en état et à la fermeture des installations aéroportuaires. Cette convention, qui détermine les modalités de calcul et de versement de cette somme, est conclue pour une durée d'au moins soixante-dix ans.
II. - La somme versée en application du I par Aéroports de Paris est déductible de l'assiette de l'impôt sur les sociétés.
III. - L'Etat conserve l'intégralité du capital social de la société Aéroports de Paris tant que la convention prévue au I n'a pas été conclue.

Commentaires


1Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°462518
Conclusions du rapporteur public · 14 octobre 2022

N° 462518 Société Green Go Aircraft 2ème et 7ème chambres réunies Séance du 21 septembre 2022 Lecture du 14 octobre 2022 CONCLUSIONS M. Clément MALVERTI, Rapporteur public Comme les navires, les aéronefs ont l'art de se jouer de la taxinomie juridique. Ayant vocation à se mouvoir, ils constituent, presque par essence, des biens meubles ; mais soumis, du fait de leur importance, à une exigence d'immatriculation à partir de laquelle une publicité peut s'organiser, certaines règles qui leur sont applicables se rapprochent de celles relatives aux biens immeubles1. Ce particularisme s'illustre …

 Lire la suite…

2Droit administratif français – Troisième Partie – Chapitre 2 XXX
www.revuegeneraledudroit.eu · 24 février 2021

Imprimer Chapitre 2 : Compétence de la juridiction administrative ... Chapitre deux – Compétence de la juridiction administrative Le principe de séparation des autorités administrative et judiciaire et le dualisme juridictionnel qui en découle donne lieu à des conflits de compétence fréquents entre les deux ordres de juridiction. La répartition des compétences est elle-même opérée au moyen de critères qui sont essentiellement d'origine jurisprudentielle. Section I – Résolution des conflits de compétence Les conflits entre les deux ordres de juridiction peuvent survenir à deux …

 Lire la suite…

3Dossier documentaire de la décision n° 2020-867 QPC du 27 novembre 2020, M. Matthias E. [Amende pour non-respect des mesures prises pour limiter les nuisances…
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 27 novembre 2020

Décision n° 2020 - 867 QPC M. Mathias ENGL Question prioritaire de constitutionnalité portant sur l'article L. 6361-12 du code des transports (Amende pour non-respect des mesures prises pour limiter les nuisances aéroportuaires) Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel - 2020 Sommaire I. Contexte de la disposition contestée ..................................................... 4 II. Constitutionnalité de la disposition contestée .................................... 26 Table des matières I. Contexte de la disposition contestée …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Conseil d'État, Juge des référés, 11 janvier 2011, 344984, Inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu 1°) sous le n 344984, la requête enregistrée le 14 décembre 2010 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour le SYNDICAT NATIONAL FORCE OUVRIERE DU PERSONNEL DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE, dont le siège est 2, rue de Viarmes à Paris (75001) ; le SYNDICAT NATIONAL FORCE OUVRIERE DU PERSONNEL DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE demande au juge des référés du Conseil d'Etat : 1°) de suspendre, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-1 du code de justice administrative, l'exécution de la décision du 27 octobre 2010 de la commission paritaire …

 Lire la suite…
  • Chambres de commerce·
  • Industrie·
  • Election·
  • Commission·
  • Justice administrative·
  • Personnel·
  • Syndicat·
  • Organisation syndicale·
  • Réseau·
  • Distribution

2Cour Administrative d'Appel de Paris, 1ère chambre , 19 juin 2008, 04PA00972, Inédit au recueil Lebon
Rejet

Vu la requête, enregistrée le 12 mars 2004, présentée pour la SOCIETE NATIOCREDIBAIL, dont le siège est Le Métropole 46-52, rue Arago à Puteaux Cedex (92823), par Me de Lamaze ; la SOCIETE NATIOCREDIBAIL demande à la cour : 1°) d'annuler le jugement n° 9903301 du 19 décembre 2003 par lequel le Tribunal administratif de Melun a rejeté sa demande d'annulation de la décision du 8 juillet 1999 par laquelle Aéroports de Paris a rejeté une demande d'indemnisation qu'elle lui avait présentée ; 2°) de condamner Aéroports de Paris à verser à NATIOCREDIBAIL une somme de 1 193 645,32 euros avec …

 Lire la suite…
  • Aéroport·
  • Justice administrative·
  • Sociétés·
  • Domaine public·
  • Tribunaux administratifs·
  • Titre·
  • Conclusion·
  • Enrichissement sans cause·
  • Aménagement du territoire·
  • Écologie

3Tribunal administratif de Melun, 7 février 2008, n° 0507434
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N° 0507434/6 ___________ M me C Y Z ___________ M. Gallaud Rapporteur ___________ M me A-B Commissaire du gouvernement ___________ Audience du 24 janvier 2008 Lecture du 7 février 2008 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (6 e chambre) Vu l'ordonnance en date du 14 décembre 2005 par laquelle le président du Tribunal administratif de Paris a transmis au Tribunal le dossier de la requête enregistrée le 30 novembre 2005 au greffe de ce Tribunal sous le numéro 0519583, pour M me C Y Z …

 Lire la suite…
  • Aéroport·
  • Justice administrative·
  • Aérodrome·
  • Sociétés·
  • Tribunaux administratifs·
  • Piéton·
  • Taxi·
  • Ciment·
  • Ouvrage public·
  • Commissaire du gouvernement
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes