Loi n° 66-455 du 2 juillet 1966 relative aux entreprises pratiquant le crédit-bail

Sur la loi

Entrée en vigueur : 3 juillet 1966
Dernière modification : 29 décembre 1999

Texte intégral

Les entreprises constituées antérieurement à la promulgation de la présente loi disposeront d'un délai de six mois à compter de cette promulgation pour se conformer aux prescriptions résultant de l'article précédent. Celles qui n'auront pas obtenu, dans ce délai, leur inscription sur la liste des banques ou leur enregistrement comme établissement financier par le conseil national du crédit et du titre, devront cesser les opérations de crédit-bail visées à l'article 1er ci-dessus.

Les dispositions de la présente loi sont applicables dans la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon, dans les territoires d'outre-mer, la Nouvelle-Calédonie et dans la collectivité territoriale de Mayotte.
Pour l'application de l'article 1-3 en Polynésie française, le mot : "décret" est remplacé par les mots : "délibération de l'assemblée de la Polynésie française" et les mots : "Ce décret" par les mots : "Cette délibération".
Par le Président de la République :
C. DE GAULLE.
Le Premier ministre,
GEORGES POMPIDOU.
Le garde des sceaux, ministre de la justice,
JEAN FOYER.
Le ministre de l'économie et des finances,
MICHEL DEBRE.

Commentaires


1Compte 612 - Redevances de crédit-bail
compta-finances-locales.legibase.fr · 3 mars 2017

Le crédit-bail, moyen de financement des immobilisations prévu par la loi no 66-455 du 2 juillet 1966 modifiée, donne à l'utilisateur du bien :...

 Lire la suite…

2Dossier documentaire décision n° 2014-431 QPC du 28 novembre 2014- Sociétés ING Direct NV et ING Bank NV [Agrément ministériel autorisant le report de déficits non…
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 28 novembre 2014

Décision n° 2014 - 431 QPC Paragraphe II de l'article 209 du code général des impôts dans sa rédaction antérieure à la loi de finances pour 2002 Agrément ministériel autorisant le report de déficits non encore déduits en cas de fusions et opérations assimilées Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel © 2014 Sommaire I. Dispositions législatives ........................................................................... 4 II. Constitutionnalité de la disposition contestée .................................... 18 Table des matières I. …

 Lire la suite…

3La location gerance : code du commerce
Jean-marc Ducourau · blogavocat · 28 janvier 2011

Article L144-1 Nonobstant toute clause contraire, tout contrat ou convention par lequel le propriétaire ou l'exploitant d'un fonds de commerce ou d'un établissement artisanal en concède totalement ou partiellement la location à un gérant qui l'exploite à ses risques et périls est régi par les dispositions du présent chapitre. Article L144-2 Le locataire-gérant a la qualité de commerçant. Il est soumis à toutes les obligations qui en découlent. Lorsque le fonds est un établissement artisanal, le locataire-gérant est immatriculé au répertoire des métiers et est soumis à toutes les …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour de Cassation, Chambre civile 1, du 6 février 1996, 94-13.712, Inédit
Rejet

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, PREMIERE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Sur le pourvoi formé par : 1 / M. Jean-Pierre A…, 2 / M. Cyrille A…, 3 / M. Eric Z…, 4 / M. Stéphane A…, 5 / M me Christiane A…, demeurant tous Las Rebes bât. 1, esc. D, …, en cassation d'un arrêt rendu le 13 janvier 1994 par la cour d'appel de Montpellier (1 re chambre, section D), au profit de la société Finamur, société anonyme, dont le siège est … Guyancourt, défenderesse à la cassation ; Les demandeurs invoquent, à l'appui de leur pourvoi, le moyen unique de cassation annexé au …

 Lire la suite…
  • Sociétés·
  • Consorts·
  • Crédit-bail·
  • Original·
  • Notaire·
  • Engagement de caution·
  • Parc·
  • Branche·
  • Acte de vente·
  • Engagement

2Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 12 novembre 1979, 79-90.165, Publié au bulletin
Rejet

Si le contrat de crédit-bail ou "leasing", régi par la loi n° 66-455 du 2 juillet 1966, est une opération complexe participant dans une certaine mesure du point de vue économique d'une opération de crédit et peut se rapprocher de la vente à crédit et de la location-vente, il s'en distingue néanmoins juridiquement par le fait qu'il est essentiellement constitué par un contrat de louage, assorti au profit du locataire d'une promesse de vente unilatérale et non plus synallagmatique comme dans la location-vente. Par le choix de cette opération juridique consacrée par le législateur, les …

 Lire la suite…
  • Abus du confiance·
  • Contrat spécifié·
  • Crédit-bail·
  • Vente à crédit·
  • Louage·
  • Utilisateur·
  • Location-vente·
  • Contrats·
  • Option·
  • Locataire

3Cour de cassation, Chambre civile 3, 14 septembre 2017, 16-20.814, Inédit
Rejet

LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Attendu, selon l'arrêt attaqué (Douai, 26 mai 2016), que, par acte notarié du 16 septembre 1998, la société civile immobilière Les Chardonnerets (la SCI) a conclu un contrat de crédit-bail immobilier d'une durée de 15 ans avec la société Bail immo Nord, devenue Nord Europe Lease, pour un ensemble immobilier à usage de bureaux et d'entrepôts ; qu'en 2006, la SCI a envisagé la vente de l'immeuble, par l'intermédiaire de la société Realista, à laquelle une proposition de rachat sous conditions a été transmise, le 12 …

 Lire la suite…
  • Levée d'option·
  • Taxes foncières·
  • Sociétés·
  • Crédit-bail·
  • Acquéreur·
  • Erreur·
  • Audit·
  • Investissement·
  • Offre·
  • Crédit
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes