Loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en oeuvre du droit au logement (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 2 juin 1990
Dernière modification : 1 janvier 2021
Codes visés : Code de la construction et de l'habitation., Code de la sécurité sociale. et 2 autres

Texte intégral

Garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l'ensemble de la nation.
Toute personne ou famille éprouvant des difficultés particulières, en raison notamment de l'inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d'existence, a droit à une aide de la collectivité, dans les conditions fixées par la présente loi, pour accéder à un logement décent et indépendant ou s'y maintenir et pour y disposer de la fourniture d'eau, d'énergie et de services téléphoniques.
Le Conseil national de l'habitat est chargé d'établir chaque année un bilan de l'action engagée qui est rendu public.

Constituent un habitat indigne les locaux ou les installations utilisés aux fins d'habitation et impropres par nature à cet usage, ainsi que les logements dont l'état, ou celui du bâtiment dans lequel ils sont situés, expose les occupants à des risques manifestes pouvant porter atteinte à leur sécurité physique ou à leur santé.

Sont constitutifs d'un habitat informel les locaux ou les installations à usage d'habitation édifiés majoritairement sans droit ni titre sur le terrain d'assiette, dénués d'alimentation en eau potable ou de réseaux de collecte des eaux usées et des eaux pluviales, ou de voiries ou d'équipements collectifs propres à en assurer la desserte, la salubrité et la sécurité dans des conditions satisfaisantes.

Est en situation de précarité énergétique au titre de la présente loi une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d'énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l'inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d'habitat.

CHAPITRE Ier : Des plans départementaux d'action pour le logement et l'hébergement des personnes défavorisées.

Le plan départemental d'action pour le logement et l'hébergement des personnes défavorisées comprend les mesures destinées à permettre aux personnes et aux familles mentionnées au II de l'article L. 301-1 du code de la construction et de l'habitation d'accéder à un logement décent et indépendant ou de s'y maintenir et d'y disposer de la fourniture d'eau, d'énergie et de services téléphoniques, ainsi que de pouvoir bénéficier, le temps nécessaire, si elles le souhaitent, d'un accompagnement correspondant à leurs besoins.

Ce plan inclut les mesures complémentaires destinées à répondre aux besoins en hébergement des personnes et familles relevant du dispositif d'accueil, d'hébergement et d'accompagnement vers l'insertion et le logement, conformément aux articles L. 312-5-3, L. 345-2-2 et L. 345-2-3 du code de l'action sociale et des familles, ainsi qu'aux besoins des personnes et familles prises en charge dans les établissements ou par les services relevant du schéma d'organisation sociale et médico-sociale prévu à l'article L. 312-4 du même code. A cette fin, il couvre le dispositif de veille sociale mentionné à l'article L. 345-2 du même code.

Ce plan inclut une annexe comportant :
1° Le schéma régional d'accueil des demandeurs d'asile, transmis par le représentant de l'Etat dans le département, ainsi que les modalités de son suivi ;
2° Le programme régional relatif à l'accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies, transmis par le directeur général de l'agence régionale de santé.

Il comprend les mesures destinées à répondre aux besoins d'accompagnement social, d'actions d'adaptation à la vie active et d'insertion professionnelle des personnes et familles mentionnées au premier alinéa du présent article.

Il comprend également des mesures destinées à lutter contre la précarité énergétique.

Il inclut une annexe, arrêtée par le représentant de l'Etat dans le département, comportant le schéma départemental de la domiciliation ainsi que les modalités de son suivi et de coordination des acteurs.

Une commission du comité régional de l'habitat et de l'hébergement prévu à l'article L. 364-1 du code de la construction et de l'habitation est chargée d'assurer la coordination des plans départementaux d'action pour le logement et l'hébergement des personnes défavorisées ainsi que leur évaluation, y compris à mi-parcours. Sa composition est fixée par décret en Conseil d'Etat.


2IF - Taxe foncière sur les propriétés bâties - Champ d'application et territorialité - Exonération temporaire de longue durée en faveur des logements améliorés avec…
BOFIP · 8 juin 2022

170 Les logements doivent faire l'objet soit d'un contrat de location, soit d'une attribution à titre gratuit à des personnes défavorisées. Toutefois, l'exonération n'est pas remise en cause si l'attribution est effectuée moyennant le versement d'une participation symbolique de quelques euros par les occupants. 480 Lorsque la déclaration est souscrite après l'expiration du délai prévu, l'exonération ne s'applique que pour la période restant à courir après le 31 décembre de l'année de souscription (CGI, ann. III, art. 315 ter). 470 Elle doit être accompagnée des pièces justifiant ces …

 Lire la suite…

3IF - Taxe foncière sur les propriétés bâties - Champ d'application et territorialité - Exonération temporaire de longue durée en faveur des constructions neuves…
BOFIP · 8 juin 2022

150 Une partie de construction correspond à une fraction de propriété affectée à l'habitation normalement destinée à une utilisation distincte, telle que définie par l'article 1494 du CGI et par l'article 324 A de l'annexe III au CGI (II-A § 70 et suivants du BOI-IF-TFB-20-10-10-30). 570 L'abaissement du pourcentage de prêts réglementés de 50 % à 30 % n'est pas applicable en outre-mer, lorsque l'acquisition de droits immobiliers démembrés est financée au moyen d'un prêt prévu par l'article R. 372-1 du CCH. 560 Le prêt est en principe accordé au promoteur et transféré à l'acquéreur …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Nice, 24 janvier 2013, n° 1203113
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N°1203113 N°1204444 M. Y ___________ M. Caldéraro Président délégué ___________ Audience du 10 janvier 2013 Lecture du 24 janvier 2013 ___________ 20-04-02 Aide juridictionnelle totale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Président de la IIIe chambre du Tribunal administratif de Nice Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2012, sous le n° 1203113, présentée par M. Z Y, demeurant au XXX; M. Y demande que le Tribunal ordonne à l'Etat de lui attribuer un logement en urgence ; Il fait valoir qu'il a été reconnu prioritaire …

 Lire la suite…
  • Justice administrative·
  • Médiation·
  • Droit au logement·
  • L'etat·
  • Logement opposable·
  • Département·
  • Urgence·
  • Commission·
  • Aide·
  • État

2Tribunal administratif de Montpellier, 17 novembre 2015, n° 1404692
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N°1404692 ___________ M me Z Y ___________ M me X Magistrat désigné ___________ M me Teuly-Desportes Rapporteur public ___________ Audience du 3 novembre 2015 Lecture du 17 novembre 2015 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montpellier Le magistrat désigné 04-02-01 C Vu la procédure suivante : Par la requête, enregistrée le 9 octobre 2014, M me Z Y conteste la décision par laquelle le département de l'Aude a refusé de lui attribuer une aide au titre du Fonds Unique Logement. …

 Lire la suite…
  • Logement·
  • Règlement intérieur·
  • Éligibilité·
  • Fond·
  • Loyer·
  • Département·
  • Foyer·
  • Solidarité·
  • Demande d'aide·
  • Eaux

3Tribunal administratif de Montreuil, 10 juillet 2015, n° 1412479
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N° 1412479 ___________ M me A X ________ M me Y Magistrat désigné ___________ M me Arrivabene Rapporteur public ___________ Aide juridictionnelle totale Décision du 15 décembre 2014 __________ Audience du 30 juin 2015 Lecture du 10 juillet 2015 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil Le magistrat désigné 38-07-01 C Vu la requête, enregistrée le 29 décembre 2014, présentée pour M me A X, demeurant au XXX à Montreuil-sous-Bois (93100), par M e Trennec ; M me X demande …

 Lire la suite…
  • Commission·
  • Médiation·
  • Urgence·
  • Habitation·
  • Construction·
  • Droit au logement·
  • Justice administrative·
  • Logement social·
  • Demande·
  • Personnes
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (1)

Article 44 - Faciliter la transformation d'hôtels en Résidences Hôtelières à Vocation Sociale _______________ 270 Article 45 – Permettre la colocation pour les personnes en situation de handicap_________________________ 272 Article 46 - Allonger la durée pendant laquelle les logements sociaux vendus continuent d'être décomptés dans le cadre du dispositif SRU ________________________________________________________________________ 274

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (1)

Mesdames, Messieurs, Depuis plusieurs décennies, la société française connaît de profondes mutations. Nos manières d'échanger, de consommer, de travailler, de s'informer, de vivre se transforment et de plus en plus vite. Le rapport au travail évolue et les Français changent d'emploi plus souvent. La mobilité professionnelle devient progressivement une évidence et le logement devient un support pour l'accompagner. Les Français vivent au sein de familles diverses et parfois recomposées. Les jeunes ont du mal à accéder à un logement et plébiscitent la vie en colocation alors que les plus …

Lire la suite…
Sur l'article 43, renuméroté article 125
Article 125 LOI n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (1)

Les conditions d'accueil des personnes sans domicile stable ou fixe doivent permettre une prise en charge complète et une reconnexion à la société. Il s'agit donc de pouvoir leur proposer un espace sécurisé dans lequel ils puissent y laisser leurs affaires afin d'accomplir leurs démarches en tout quiétude. Dans un second temps, il est des dispositifs innovants assurant la sauvegarde des documents personnels comme la carte d'identité nationale, la carte vitale, justificatif de domicile, attestations diverses au travers d'un espace numérique dédié (coffre fort numérique). Certains …

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Lois modifiant ou citant les mêmes textes