Loi n° 2001-504 du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales

Sur la loi

Entrée en vigueur : 13 juin 2001
Dernière modification : 1 janvier 2020
Codes visés : Code de la consommation, Code de la santé publique et 2 autres

Texte intégral

Chapitre Ier : Dissolution civile de certaines personnes morales.

Peut être prononcée, selon les modalités prévues par le présent article, la dissolution de toute personne morale, quelle qu'en soit la forme juridique ou l'objet, qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d'exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités, lorsque ont été prononcées, contre la personne morale elle-même ou ses dirigeants de droit ou de fait, des condamnations pénales définitives pour l'une ou l'autre des infractions mentionnées ci-après :

1° Infractions contre l'espèce humaine, infractions d'atteintes volontaires ou involontaires à la vie ou à l'intégrité physique ou psychique de la personne, de mise en danger de la personne, d'atteinte aux libertés de la personne, d'atteinte à la dignité de la personne, d'atteinte à la personnalité, de mise en péril des mineurs, d'atteintes aux biens prévues par les articles 214-1 à 214-4, 221-1 à 221-6, 222-1 à 222-40, 223-1 à 223-15, 223-15-2, 224-1 à 224-4, 225-5 à 225-15, 225-17, 226-1 à 226-23, 227-1 à 227-27, 311-1 à 311-13, 312-1 à 312-12, 313-1 à 313-3, 314-1 à 314-3, 324-1 à 324-6 et 511-1-2 du code pénal ;

2° Infractions d'exercice illégal de la médecine ou de la pharmacie prévues par les articles L. 4161-5 et L. 4223-1 du code de la santé publique ;

3° Infractions de publicité mensongère, de fraudes ou de falsifications prévues par les articles L. 121-6 et L. 213-1 à L. 213-4 du code de la consommation.

La procédure de dissolution est portée devant le tribunal judiciaire à la demande du ministère public agissant d'office ou à la requête de tout intéressé.

La demande est formée, instruite et jugée conformément à la procédure à jour fixe.

Le délai d'appel est de quinze jours. Le président de chambre à laquelle l'affaire est distribuée fixe à bref délai l'audience à laquelle l'affaire sera appelée. Au jour indiqué, il est procédé selon les modalités prévues aux articles 760 à 762 du code de procédure civile.

Le maintien ou la reconstitution, ouverte ou déguisée, d'une personne morale dissoute en application des dispositions du présent article constitue le délit prévu par le deuxième alinéa de l'article 434-43 du code pénal.

Le tribunal judiciaire peut prononcer au cours de la même procédure la dissolution de plusieurs personnes morales mentionnées au premier alinéa dès lors que ces personnes morales poursuivent le même objectif et sont unies par une communauté d'intérêts et qu'a été prononcée à l'égard de chacune d'entre elles ou de ses dirigeants de droit ou de fait au moins une condamnation pénale définitive pour l'une des infractions mentionnées aux 1° à 3°. Ces différentes personnes morales doivent être parties à la procédure.

Chapitre II : Extension de la responsabilité pénale des personnes morales à certaines infractions.
a modifié les dispositions suivantes
a modifié les dispositions suivantes

Commentaires


1Simplification du droit (urbanisme, énergie, marchés publics, sécurité sociale)
Le Moniteur · 23 novembre 2022

L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Vu la décision du Conseil constitutionnel no 2004-506 DC en date du 2 décembre 2004 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE IER MESURES DE SIMPLIFICATION EN FAVEUR DES USAGERS Article 1 Accès des personnes aux documents administratifs Dans les conditions prévues par l'article 38 de la Constitution, le Gouvernement est autorisé à modifier et à compléter, par ordonnance, les dispositions de la loi no 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et …

 Lire la suite…

2Un tiers peut-il faire un proces pour abus de faiblesse ?
Me Murielle-isabelle Cahen · consultation.avocat.fr · 26 avril 2022

À l'origine, l'abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de faiblesse ne fut qu'une variété de l'abus de confiance destinée à assurer la protection des biens des mineurs. Il fallut attendre la réforme du Code pénal et la loi n° 2001-504 du 12 juin 2001 pour qu'il acquière sa pleine autonomie, et voit son domaine étendu à toute une série d'autres personnes vulnérables. La victime de l'abus, c'est-à-dire l'individu en état d'ignorance ou de faiblesse, peut être aujourd'hui : un mineur, une personne particulièrement vulnérable pour cause d'âge, de maladie, d'infirmité, de déficience physique …

 Lire la suite…

3Un tiers peut-il faire un proces pour abus de faiblesse ?
Murielle Cahen · LegaVox · 26 avril 2022

La notion d'« abus frauduleux » n'est pas définie par le législateur. Contrairement à l'escroquerie où le seul mensonge n'est pas constitutif des manœuvres frauduleuses exigées par la loi. La notion d'« abus frauduleux » n'est pas définie par le législateur. Contrairement à l'escroquerie où l Si le moyen utilisé par l'agent est non pas le mensonge, mais la contrainte, son comportement est qualifié d'extorsion. S'il soustrait lui-même la chose en profitant de la vulnérabilité de sa victime, il y a alors vol aggravé. À l'origine, l'abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Paris, 2 octobre 2014, n° 1410247
Rejet Cour administrative d'appel : Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N°1410247/7-3 ___________ Société Romane Distribution ___________ M. Langrognet Rapporteur ___________ M. Le Coq Rapporteur public ___________ Audience du 18 septembre 2014 Lecture du 2 octobre 2014 ___________ 10-02-03-06-02-03 C+ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Paris (7 e section – 3 e chambre), Vu l'arrêt, en date du 13 mars 2014, par lequel la cour administrative d'appel de Nancy, ayant annulé pour incompétence territoriale le jugement n° 1103897 rendu le 31 janvier 2012 par le tribunal …

 Lire la suite…
  • Distribution·
  • Justice administrative·
  • Tribunaux administratifs·
  • Sociétés·
  • Testament·
  • Libéralité·
  • Legs·
  • Aliénation·
  • Coq·
  • Biens

2Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 15 janvier 2003, 02-81.588, Inédit
Rejet

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique tenue au Palais de Justice à PARIS, le quinze janvier deux mille trois, a rendu l'arrêt suivant : Sur le rapport de M. le conseiller ARNOULD, les observations de la société civile professionnelle GATINEAU, de la société civile professionnelle THOUIN-PALAT et URTIN-PETIT et de la société civile professionnelle BOULLEZ, avocats en la Cour ; Vu la communication faite au Procureur général ; Statuant sur les pourvois formés par : — X… Sylvie, épouse Y…, — Z… Jean-Jacques, — A… Josette, épouse Z…, …

 Lire la suite…
  • Épouse·
  • Abus·
  • Peine d'emprisonnement·
  • Testament·
  • L'etat·
  • Don·
  • Sursis·
  • Contrepartie·
  • Compte·
  • Trouble

3Cour administrative d'appel de Paris, 12 mai 2015, n° 14PA01410, 14PA01412
Rejet

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE PARIS N°s 14PA01410, 14PA01412 XXX __________ M me Vettraino Président __________ M me Terrasse Rapporteur __________ M me Bonneau-Mathelot Rapporteur public __________ Audience du 16 avril 2015 Lecture du 12 mai 2015 __________ cs RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Paris (1 re Chambre) C Vu I) sous le n° 14PA01410, la requête, enregistrée le 31 mars 2014, présentée pour l'association « Villages du monde pour enfants », dont le siège est XXX à XXX, par M e Hong-Rocca ; l'association …

 Lire la suite…
  • Associations·
  • Village·
  • Monde·
  • Legs·
  • Enfant·
  • Libéralité·
  • Justice administrative·
  • Don·
  • Fondation·
  • Charte
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes