Décret n°2007-1527 du 24 octobre 2007 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne et pris pour l'application du IV de l'article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique.

Texte intégral


Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de la culture et de la communication et de la garde des sceaux, ministre de la justice,

Vu le code pénal, notamment son article R. 610-1 ;

Vu la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, modifiée par la loi n° 2004-669 du 9 juillet 2004 et la loi n° 2006-64 du 23 janvier 2006, notamment le IV de son article 6 ;

Le Conseil d'Etat (section de l'intérieur) entendu,
Article 1
La demande d'exercice du droit de réponse mentionné au IV de l'article 6 de la loi du 21 juin 2004 susvisée est adressée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou par tout autre moyen garantissant l'identité du demandeur et apportant la preuve de la réception de la demande.
La procédure prévue par le présent décret ne peut être engagée lorsque les utilisateurs sont en mesure, du fait de la nature du service de communication au public en ligne, de formuler directement les observations qu'appelle de leur part un message qui les met en cause.
Article 2
La demande indique les références du message, ses conditions d'accès sur le service de communication au public en ligne et, s'il est mentionné, le nom de son auteur. Elle précise s'il s'agit d'un écrit, de sons ou d'images. Elle contient la mention des passages contestés et la teneur de la réponse sollicitée.
Article 3
La réponse sollicitée prend la forme d'un écrit quelle que soit la nature du message auquel elle se rapporte. Elle est limitée à la longueur du message qui l'a provoquée ou, lorsque celui-ci ne se présente pas sous une forme alphanumérique, à celle de sa transcription sous forme d'un texte. La réponse ne peut pas être supérieure à 200 lignes.
Article 4
La réponse est mise à la disposition du public par le directeur de publication dans des conditions similaires à celles du message en cause et présentée comme résultant de l'exercice du droit de réponse. Elle est soit publiée à la suite du message en cause, soit accessible à partir de celui-ci. Lorsque le message n'est plus mis à la disposition du public, la réponse est accompagnée d'une référence à celui-ci et d'un rappel de la date et de la durée de sa mise à disposition du public.
La réponse demeure accessible durant la même période que celle pendant laquelle l'article ou le message qui la fonde est mis à disposition du public par l'éditeur de service de communication au public en ligne. La durée pendant laquelle la réponse est accessible ne peut être inférieure à un jour.
Lorsque le message est mis à la disposition du public par le biais d'un courrier électronique périodique non quotidien, le directeur de la publication est tenu d'insérer la réponse dans la parution qui suit la réception de la demande.
Le directeur de publication fait connaître au demandeur la suite qu'il entend donner à sa demande dans le délai prévu au troisième alinéa du paragraphe IV de l'article 6 de la loi du 21 juin 2004 susvisée ainsi que, le cas échéant, les modalités selon lesquelles il y est donné suite.
Article 5
La personne qui adresse une demande d'exercice de droit de réponse peut préciser que sa demande deviendra sans objet si le directeur de publication accepte de supprimer ou de rectifier tout ou partie du message à l'origine de l'exercice de ce droit. La demande précise alors les passages du message dont la suppression est sollicitée ou la teneur de la rectification envisagée. Le directeur n'est pas tenu d'insérer la réponse s'il procède à la suppression ou à la rectification sollicitée dans un délai de trois jours à compter de la réception de la demande.
Article 6
Est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe le fait pour la personne mentionnée au 2 du I de l'article 6 de la loi du 21 juin 2004 susvisée de ne pas avoir transmis dans un délai de vingt-quatre heures la demande de droit de réponse conformément aux éléments d'identification personnelle que cette personne détient en vertu du III du même article.
Article 7
Les dispositions du présent décret s'appliquent à Mayotte, aux îles Wallis et Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie.
Article 8
La ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, la garde des sceaux, ministre de la justice, et la ministre de la culture et de la communication sont chargées, chacune en ce qui la concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Par le Premier ministre :
François Fillon
La ministre de la culture
et de la communication,
Christine Albanel
La ministre de l'intérieur,
de l'outre-mer et des collectivités territoriales,
Michèle Alliot-Marie
La garde des sceaux, ministre de la justice,
Rachida Dati

18 Commentaires


1Droit de réponse
Dimeglio Avocat · 29 janvier 2021

Un droit large Selon l'article 6 de la Loi pour la Confiance dans l'Economie Numérique (LCEN) : IV.- Toute personne nommée ou désignée dans un service de communication au public en ligne dispose d'un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu'elle peut adresser au service. Le droit de réponse est un droit conditionné à la seule preuve d'être nommé ou désigné dans un service de communication au public en ligne. Il n'est pas nécessaire que les propos soient diffamatoires ou injurieux, ou que la personne même soit visée : il suffit qu'elle …

 Lire la suite…

2Droit de réponse aux articles de presse et contenus sur Internet
Me Avi Bitton · consultation.avocat.fr · 2 août 2020

I. Définition du droit de réponse. En France, le droit de réponse est la possibilité offerte par la loi à une personne mise en cause dans le cadre d'une communication publique (presse, médias…) de faire connaître sa position au sujet de cette mise en cause via le même support de communication. Selon la Cour de cassation, le droit de réponse « trouve son fondement non pas dans la nécessité d'une riposte à une attaque, mais simplement dans la possibilité, pour une personne nommée ou désignée, de faire connaître ses explications ou ses protestations sur les circonstances et dans les …

 Lire la suite…

3Droit de réponse aux articles de presse et contenus sur Internet
www.avibitton.com · 2 juillet 2020

Vous êtes victime ou mis en cause dans une affaire de diffamation ou injures ? Consultez un avocat : Avi Bitton Avocats – 01 46 47 68 42 – avocat@avibitton.com I. Définition du droit de réponse. En France, le droit de réponse est la possibilité offerte par la loi à une personne mise en cause dans le cadre d'une communication publique (presse, médias…) de faire connaître sa position au sujet de cette mise en cause via le même support de communication. Selon la Cour de cassation, le droit de réponse « trouve son fondement non pas dans la nécessité d'une riposte à une attaque, mais …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

39 Décisions


    1Tribunal de grande instance de Paris, Référés, 8 novembre 2017, n° 17/59159, SARL LIBÉRATION

    T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S ■ N° RG : 17/59159 N° : 1/FF Assignation du : 04 Août 2017 ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ rendue le 08 novembre 2017 par M N, Vice-Présidente au Tribunal de Grande Instance de Paris, agissant par délégation du Président du Tribunal, Assistée de J KSOILI, Greffier. DEMANDEUR D Y […] […] représenté par M e Jean-marc DESCOUBES, avocat au barreau de PARIS – #D0969 DÉFENDEURS SARL LIBÉRATION […] […] Monsieur A B pris en sa qualité de Directeur de la Publication et de la Rédaction du journal Libération et du …

     Lire la suite…
    • Droit de réponse·
    • Libération·
    • Journal·
    • Député·
    • Publication·
    • Immunité parlementaire·
    • Trouble manifestement illicite·
    • Internet·
    • Site internet·
    • Économie numérique

    2Tribunal de grande instance de Paris, Référés, 3 juillet 2015, n° 15/55856, Association DEFENSE DES DROITS DE L' HOMME-COLLECTIF CONTRE L' ISLAMOPHOBIE EN FRANCE

    T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S ■ N° RG : 15/55856 N° : 1/FB Assignation du : 10 Juin 2015 (footnote: 1) ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ rendue le 03 juillet 2015 par C D, Vice-Président au Tribunal de Grande Instance de Paris, agissant par délégation du Président du Tribunal, Assistée de Lucille B, Greffier. DEMANDERESSE Association DEFENSE DES DROITS DE L'HOMME-COLLECTIF CONTRE L'ISLAMOPHOBIE EN FRANCE domiciliée : chez Monsieur X Y […] […] représentée par M e Henri BRAUN, avocat au barreau de PARIS – #C1790, M e Nawel GAFSIA, …

     Lire la suite…
    • Islamophobie·
    • Quotidien·
    • Demande d'insertion·
    • Site internet·
    • Publication·
    • Refus·
    • Associations·
    • Droit de réponse·
    • Visa·
    • Assignation

    3Tribunal de grande instance de Paris, Référés, 16 mars 2015, n° 15/51831, CAISSE NATIONALE DU REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS - CNRSI-

    T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S ■ N° RG : 15/51831 BF/N° : 1 Assignation du : 06 Février 2015 (footnote: 1) ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ rendue le 16 mars 2015 par C D, Juge au Tribunal de Grande Instance de Paris, agissant par délégation du Président du Tribunal, Assistée de A B, Greffier. DEMANDERESSE CAISSE NATIONALE DU REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS -CNRSI- […] 93457 la Plaine Saint-Denis Cedex, représentée par M e Alain BENSOUSSAN, avocat au barreau de PARIS – #E0241 DEFENDEURS MOUVEMENT POUR LA LIBERTE DE LA PROTECTION …

     Lire la suite…
    • Droit de réponse·
    • Message·
    • Publication·
    • Communication au public·
    • Ligne·
    • Site internet·
    • Économie numérique·
    • Protection sociale·
    • Décret·
    • Telechargement
    Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
    Vous avez déjà un compte ?

    0 Document parlementaire

    Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

    Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.