Loi n° 93-1313 quinquennale du 20 décembre 1993 quinquennale relative au travail, à l'emploi et à la formation professionnelle.

Sur la loi

Entrée en vigueur : 21 décembre 1993
Dernière modification : 1 janvier 2011

Texte intégral

Titre Ier : Dispositions relatives à l'emploi
Chapitre Ier : Mesures d'aide à la création et au maintien de l'emploi.
I. ......
Les dispositions de l'alinéa précédent sont applicables aux gains et rémunérations versés à compter du 1er juillet 1993.
II. : Paragraphe modificateur ;
Dans un délai d'un an à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement présentera au Parlement un rapport portant sur les conséquences qu'aurait, principalement sur l'emploi et la situation financière des bénéficiaires actuels, une modification de l'assiette des contributions pesant sur les entreprises :
1° Au titre de la participation des employeurs à l'effort de construction ;
2° Au titre du versement destiné au financement des transports collectifs urbains ;
3° Au titre de la taxe d'apprentissage ;
4° Au titre de la participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue ;
5° Au titre de la taxe professionnelle ;
6° Au titre de la taxe sur les salaires ;
7° Au titre de la contribution du Fonds national d'aide au logement.
Dans un délai d'un an à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement présentera un rapport qui explorera les potentialités et les conditions de création d'emplois dans les services marchands et proposera des mesures propres à lever les obstacles éventuels à la croissance de ces derniers. Il analysera les perspectives que peut offrir, en matière d'emploi, le développement du travail des cadres à temps partagé entre plusieurs entreprises et envisagera les dispositions législatives et réglementaires qui permettront de tenir compte de leur spécificité. Il fera des propositions afin de renforcer la sécurité des consommateurs.

1Mise en oeuvre et encadrement de la mise à disposition de personnel
www.clamavocat.com · 26 octobre 2021

Par Paul Dorval et Jad Clam. Que ce soit entre sociétés d'un même groupe ou entre sociétés distinctes, il n'est pas rare que les entreprises mettent temporairement un ou plusieurs de leurs salariés à disposition d'une autre. Les entreprises peuvent y avoir recours notamment pour la réalisation de tâches spécifiques nécessitant des compétences particulières ou pour des difficultés de recrutement ou encore en cas de difficultés économiques. Toutefois, la mise à disposition de personnel peut être à l'origine de disparités de statut entre les salariés mis à disposition et ceux de …

 Lire la suite…

2Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°438803
Conclusions du rapporteur public · 13 octobre 2021

N° 438803 – Mme F... 9ème et 10ème chambres réunies Séance du 29 septembre 2021 Lecture du 13 octobre 2021 CONCLUSIONS Mme Céline Guibé, rapporteure publique Ce pourvoi vous donnera l'occasion de vous pencher sur une question inédite s'agissant du cumul d'une pension de retraite avec la rémunération d'une autre activité. Le deuxième alinéa de l'article L. 84 du code des pensions civiles et militaires de retraite (CPCMR) autorise le titulaire d'une pension à cumuler celle-ci avec des revenus d'activité, versés par tout employeur s'agissant des fonctionnaires civils, dans les conditions …

 Lire la suite…

3Dossier documentaire de la décision n° 2021-937 QPC du 7 octobre 2021, Société Deliveroo [Cumul des poursuites pour l’infraction de travail dissimulé]
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 7 octobre 2021

Décision n° 2021 - 937 QPC Article L. 8224-5 du code du travail Article L. 243-7-7 du code de la sécurité sociale Cumul des poursuites pour l'infraction de travail dissimulé Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel - 2021 Sommaire I. Contexte de la disposition contestée ...................................................... 5 II. Constitutionnalité de la disposition contestée .................................... 29 Table des matières I. Contexte de la disposition contestée ...................................................... 5 A. Dispositions contestées …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour d'appel de Pau, 22 septembre 2016, n° 16/03530
Infirmation partielle

MF/CD Numéro 16/03530 COUR D'APPEL DE PAU Chambre sociale ARRÊT DU 22/09/2016 Dossier : 14/01690 Nature affaire : Demande d'indemnités ou de salaires Affaire : Syndicat CFDT PROTECTION SOCIALE TRAVAIL EMPLOI DU GRAND SUD-OUEST, Y X C/ XXX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS A R R Ê T Prononcé publiquement par mise à disposition de l'arrêt au greffe de la Cour le 22 Septembre 2016, les parties en ayant été préalablement avisées dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l'article 450 du Code de Procédure Civile. * * * * * APRES DÉBATS à l'audience …

 Lire la suite…
  • Aquitaine·
  • Pôle emploi·
  • Cotisations·
  • Temps partiel·
  • Accord·
  • Assurance vieillesse·
  • Rémunération·
  • Syndicat·
  • Travail·
  • Protection sociale

2Cour de Cassation, Chambre sociale, du 8 juillet 1998, 97-44.396, Inédit
Cassation

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Sur les pourvois n°s K 97-44.396 et M 97-44.397 interjetés par la société Base de Louviers, société anonyme, dont le siège est …, en cassation de deux ordonnances de référé rendues le 15 juillet 1997 par le conseil de prud'hommes de Louviers, au profit : 1°/ de M. Jérôme X…, demeurant …, 2°/ de M. Patrice Y…, demeurant 45, rue G.J. Danton, 27000 Evreux, defendeurs à la cassation ; LA COUR, en l'audience publique du 27 mai 1998, où étaient présents : M. Boubli, conseiller le plus ancien faisant …

 Lire la suite…
  • Représentation des salariés·
  • Application dans le temps·
  • Délégué du personnel·
  • Prorogation·
  • Délégués du personnel·
  • Mandat·
  • Election·
  • Élus·
  • Homme·
  • Renouvellement

3Cour d'appel d'Angers, du 24 juin 2002, 2001/01950
Infirmation Cour de cassation : Rejet

La compensation salariale versée par l'employeur en vertu de l'accord portant réduction du temps de travail, conclu dans le cadre de la loi du 11 juin 1996, dite loi de ROBIEN, correspond à un dédommagement pour la perte de rémunération subie par les salariés. Il en résulte que ces indemnités doivent être analysées comme des dommages et intérêts, et que, n'ayant pas le caractère de salaire au sens de l'article L.242-1 du Code de la Sécurité Sociale, ces indemnités sont exclues de l'assiette des cotisations salariales. Dès lors se trouve injustifié le redressement opéré par l'URSSAF portant …

 Lire la suite…
  • Sécurité sociale·
  • Cotisations·
  • Exclusion·
  • Assiette·
  • Urssaf·
  • Cotisation patronale·
  • Bas salaire·
  • Cotisations sociales·
  • Salarié·
  • Temps de travail
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.

Lois modifiant ou citant les mêmes textes