Loi séparatisme - LOI n° 2021-1109 du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 26 août 2021
Dernière modification : 26 août 2021
Codes visés : Code civil, Code de commerce et 15 autres

Texte intégral


L'Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré,
L'Assemblée nationale a adopté,
Vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2021-823 DC du 13 août 2021 ;
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Titre IER : GARANTIR LE RESPECT DES PRINCIPES DE LA RÉPUBLIQUE ET DES EXIGENCES MINIMALES DE LA VIE EN SOCIETÉ
Chapitre Ier : Dispositions relatives au service public

I. - Lorsque la loi ou le règlement confie directement l'exécution d'un service public à un organisme de droit public ou de droit privé, celui-ci est tenu d'assurer l'égalité des usagers devant le service public et de veiller au respect des principes de laïcité et de neutralité du service public. Il prend les mesures nécessaires à cet effet et, en particulier, il veille à ce que ses salariés ou les personnes sur lesquelles il exerce une autorité hiérarchique ou un pouvoir de direction, lorsqu'ils participent à l'exécution du service public, s'abstiennent notamment de manifester leurs opinions politiques ou religieuses, traitent de façon égale toutes les personnes et respectent leur liberté de conscience et leur dignité.
Cet organisme veille également à ce que toute autre personne à laquelle il confie, en tout ou partie, l'exécution du service public s'assure du respect de ces obligations.
Les organismes mentionnés à l'article L. 411-2 du code de la construction et de l'habitation et les sociétés d'économie mixte de construction et de gestion de logements sociaux agréées dans les conditions prévues à l'article L. 481-1 du même code, lorsqu'ils participent à l'exécution du service public, ainsi que les entreprises ferroviaires, lorsqu'elles assurent des services librement organisés de transport ferroviaire de voyageurs mentionnés à l'article L. 2121-12 du code des transports, à l'exception des services de transport international de voyageurs, sont soumis aux obligations mentionnées au premier alinéa du présent I.
Les dispositions réglementaires applicables aux organismes mentionnés au présent I précisent les modalités de contrôle et de sanction des obligations mentionnées au présent I.
II. - Lorsqu'un contrat de la commande publique, au sens de l'article L. 2 du code de la commande publique, a pour objet, en tout ou partie, l'exécution d'un service public, son titulaire est tenu d'assurer l'égalité des usagers devant le service public et de veiller au respect des principes de laïcité et de neutralité du service public. Il prend les mesures nécessaires à cet effet et, en particulier, il veille à ce que ses salariés ou les personnes sur lesquelles il exerce une autorité hiérarchique ou un pouvoir de direction, lorsqu'ils participent à l'exécution du service public, s'abstiennent notamment de manifester leurs opinions politiques ou religieuses, traitent de façon égale toutes les personnes et respectent leur liberté de conscience et leur dignité.
Le titulaire du contrat veille également à ce que toute autre personne à laquelle il confie pour partie l'exécution du service public s'assure du respect de ces obligations. Il est tenu de communiquer à l'acheteur chacun des contrats de sous-traitance ou de sous-concession ayant pour effet de faire participer le sous-traitant ou le sous-concessionnaire à l'exécution de la mission de service public.
Les clauses du contrat rappellent ces obligations et précisent les modalités de contrôle et de sanction du cocontractant lorsque celui-ci n'a pas pris les mesures adaptées pour les mettre en œuvre et faire cesser les manquements constatés.
III. - Le dernier alinéa du II s'applique aux contrats de la commande publique pour lesquels une consultation est engagée ou un avis de publicité est envoyé à la publication à compter de la publication de la présente loi.
Les contrats pour lesquels une consultation ou un avis de publicité est en cours à la date de publication de la présente loi et les contrats en cours à cette même date sont modifiés, en tant que de besoin, pour se conformer aux obligations mentionnées au dernier alinéa du II dans un délai d'un an à compter de cette date ; toutefois, cette obligation de mise en conformité ne s'applique pas à ceux de ces contrats dont le terme intervient au cours des dix-huit mois suivant la publication de la présente loi.

A modifié les dispositions suivantes :
- LOI n° 2009-1436 du 24 novembre 2009
Art. 11

A créé les dispositions suivantes :
- Code de la sécurité intérieure
Art. L515-1 A, Art. L434-1 A
A créé les dispositions suivantes :
- LOI n° 83-634 du 13 juillet 1983
Art. 28 ter

A modifié les dispositions suivantes :
- LOI n° 83-634 du 13 juillet 1983
Art. 25

A modifié les dispositions suivantes :
- LOI n° 84-53 du 26 janvier 1984
Art. 14, Art. 23

1Un dispositif local d’aide aux commerces peut-il interdire tout signe « communautariste » ?
blog.landot-avocats.net · 1er décembre 2022

Réponse non (bien sûr). Le tribunal administratif de Dijon vient de censurer un (ancien) règlement d'intervention de la commune de Chalon-sur-Saône en matière d'aide à l'implantation de nouveaux commerces en centre-ville, consistant à octroyer aux petites entreprises une subvention d'un montant de 30 % du loyer du local commercial pendant la première année de son occupation, sous certaines conditions et dans certaines limites. Cette commune pouvait bien conditionner ces actes à ne pas présenter un « risque d'activité de blanchiment » (même si l'on peine à identifier un tel …

 Lire la suite…

2Enseignements contraires au principe de laïcité à l’université – Question au ministre
www.clerc-avocat.fr · 27 novembre 2022

Laïcité à l'université : réponse ministérielle – 17 novembre 2022 – n° 03777 En matière de droit de l'éducation et d'enseignement supérieur, on soulignera cette réponse ministérielle sur le sujet du respect du principe de laïcité à l'Université : “Conformément à l'article L. 141-6 du code de l'éducation, le service public de l'enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique. Il tend à l'objectivité du savoir et respecte la diversité des opinions. “ Le rappel des apports de la loi confortant le respect des principes de …

 Lire la suite…

3Instructions en famille : et une décision de plus sur la dérogation fondée sur « une situation propre à l’enfant motivant le projet éducatif »
blog.landot-avocats.net · 24 novembre 2022

Instruction en famille : en cas de demande de dérogation fondée sur « l'existence d'une situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif », l'administration ne peut porter, pour le TA de Rennes, ni sur l'existence d'une situation propre à l'enfant (qui est présumée via le projet pédagogique) ni sur la comptabilité entre ce projet et spécificités de l'enfant (confirmation de la position sur ce point du TA de Rennes). Le 17 octobre dernier, nous relations deux décisions intéressantes du TA de Rennes en matière d'instruction en famille (instruction à domicile). Par ces deux …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Montreuil, 12 août 2022, n° 2212373
Rejet

Vu la procédure suivante : A une requête, enregistrée le 4 août 2022, M. C F et M me B E, représentés A M e Le Foyer de Costil, demandent au juge des référés : 1°) de suspendre, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-1 du code de justice administrative, l'exécution de la décision du 21 juillet 2022 A laquelle la commission de l'académie de Créteil a rejeté leur recours dirigé contre le refus qui a été opposé le 4 juillet 2022 A le directeur académique des services de l'éducation nationale de la Seine-Saint-Denis à leur demande de délivrance de l'autorisation d'instruction …

 Lire la suite…
  • Justice administrative·
  • Enfant·
  • Urgence·
  • Famille·
  • Éducation nationale·
  • Autorisation·
  • Juge des référés·
  • Suspension·
  • Exécution·
  • Convention internationale

2Tribunal administratif de Toulouse, 2 septembre 2022, n° 2204665
Rejet

Vu la procédure suivante : A une requête enregistrée le 10 août 2022, M me D F et M. C B, représentés A M e Bomstain, demandent au juge des référés sur le fondement de l'article L. 521-1 du code de justice administrative : 1°) de suspendre l'exécution de la décision en date du 20 juillet 2022 A laquelle le président de la commission académique de l'académie de Toulouse a rejeté leur recours préalable obligatoire formé le 3 juillet 2022 à l'encontre de la décision du 21 juin 2022 A laquelle le directeur académique des services de l'éducation nationale de Toulouse a opposé un refus à leur …

 Lire la suite…
  • Enfant·
  • Famille·
  • Justice administrative·
  • Autorisation·
  • Urgence·
  • Établissement scolaire·
  • Établissement d'enseignement·
  • Administration·
  • Éducation nationale·
  • Établissement

3Tribunal administratif de Lyon, 3ème chambre, 11 juillet 2022, n° 2107389
Rejet

Vu la procédure suivante : Par une requête enregistrée le 20 septembre 2021, M. B, représenté par M e Rajot, demande au Tribunal : 1°) d'annuler la décision du 15 juillet 2021 par laquelle l'université Lumière Lyon 2 a rejeté sa candidature en master 2 Sciences des religions pour l'année 2021-2022 ; 2°) d'enjoindre à l'université Lumière Lyon 2 de réexaminer sa candidature. Il soutient que : — la décision est entachée d'une erreur de droit au regard de l'article 13 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, de la loi du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la …

 Lire la suite…
  • Université·
  • Recours gracieux·
  • Cycle·
  • Diplôme·
  • Étudiant·
  • Formation·
  • Religion·
  • Constitution·
  • Enseignement supérieur·
  • Accès
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2021-1109 du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République (1)

Mesdames, Messieurs, Notre République est notre bien commun. Elle s'est imposée à travers les vicissitudes et les soubresauts de l'histoire nationale parce qu'elle représente bien davantage qu'une simple modalité d'organisation des pouvoirs : elle est un projet. Mais ce projet est exigeant ; la République demande une adhésion de tous les citoyens qui en composent le corps. Elle vit par l'ambition que chacun des Français désire lui donner. Et c'est par cette ambition qu'elle se dépasse elle-même. Ainsi que le disait le Président de la République, à l'occasion de la célébration du 150ème …

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2021-1109 du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République (1)

PROJET DE LOI confortant le respect des principes de la République NOR : INTX2030083L/Bleue 8 décembre 2020 2

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2021-1109 du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République (1)

PROJET DE LOI confortant le respect des principes de la République NOR : INTX2030083L/Bleue 8 décembre 2020 2

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?