Loi Sauvadet - LOI n° 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l'accès à l'emploi titulaire et à l'amélioration des conditions d'emploi des agents contractuels dans la fonction publique, à la lutte contre les discriminations et portant diverses dispositions relatives à la fonction publique (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 14 mars 2012
Dernière modification : 8 août 2019
Codes visés : Code de justice administrative, Code de l'action sociale et des familles et 11 autres

Texte intégral


L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

TITRE Ier : DISPOSITIONS RELATIVES À LA LUTTE CONTRE LA PRÉCARITÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Chapitre Ier : Dispositions relatives aux agents contractuels de l'Etat et de ses établissements publics

Par dérogation à l'article 19 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat, l'accès aux corps de fonctionnaires de l'Etat dont les statuts particuliers prévoient un recrutement par la voie externe peut être ouvert par la voie de modes de recrutement réservés valorisant les acquis professionnels, dans les conditions définies par le présent chapitre et précisées par des décrets en Conseil d'Etat, pendant une durée de six ans à compter de la date de publication de la présente loi.

Les agents non titulaires de l'Etat et des circonscriptions territoriales exerçant leurs fonctions sur le territoire des îles Wallis et Futuna, nommés par l'Etat dans un emploi permanent, bénéficient d'un délai de trois années supplémentaires à compter du 13 mars 2016 pour se présenter aux concours organisés selon les règles fixées par la présente loi.

I. - L'accès à la fonction publique de l'Etat prévu à l'article 1er est réservé aux agents occupant, à la date du 31 mars 2013, en qualité d'agent contractuel de droit public et pour répondre à un besoin permanent de l'Etat, de l'un de ses établissements publics ou d'un établissement public local d'enseignement :
1° L'un des emplois mentionnés aux 1° et 2° de l'article 4 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée ;
2° Un emploi impliquant un service à temps incomplet conformément au premier alinéa de l'article 6 de la même loi, à la condition que la quotité de temps de travail soit au moins égale à 70 % d'un temps complet ;
3° Ou un emploi régi par le I de l'article 34 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, à la condition, pour les agents employés à temps incomplet, que la quotité de temps de travail soit au moins égale à 70 % d'un temps complet.
II. - L'accès à la fonction publique de l'Etat prévu à l'article 1er de la présente loi est en outre ouvert aux agents occupant, à la date du 31 mars 2013, en qualité d'agent contractuel de droit public de l'Etat, de l'un de ses établissements publics ou d'un établissement public local d'enseignement, un emploi mentionné aux articles 6 quater, 6 quinquies ou 6 sexies de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée, à temps complet ou incomplet pour une quotité de temps de travail au moins égale à 70 % d'un temps complet, et justifiant d'une durée de services publics effectifs au moins égale à quatre années en équivalent temps plein au cours des cinq années précédant le 31 mars 2013.
Les trois premiers alinéas du I de l'article 4 de la présente loi ne leur sont pas applicables.
III. - Les agents employés dans les conditions prévues aux I et II du présent article doivent, au 31 mars 2013, être en fonction ou bénéficier d'un des congés prévus par le décret pris en application de l'article 7 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée.
Toutefois, les agents dont le contrat a cessé entre le 1er janvier et le 31 mars 2013 peuvent bénéficier de l'accès à la fonction publique prévu à l'article 1er de la présente loi, dès lors qu'ils remplissent la condition de durée de services publics effectifs définie respectivement au II du présent article ou à l'article 4 de la présente loi.
IV. - Le présent article ne peut bénéficier aux agents licenciés pour insuffisance professionnelle ou faute disciplinaire après le 31 décembre 2010.

L'accès à la fonction publique prévu à l'article 1er est également ouvert, dans les conditions prévues au présent chapitre, pendant un délai de trois ans à compter de la suppression de l'inscription sur les listes fixées par les décrets mentionnés aux 2° et 3° de l'article 3 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée et, au plus tard, jusqu'au 31 décembre 2020, aux agents occupant un emploi d'un établissement public ou d'une institution administrative figurant sur l'une de ces listes.

Pour l'application du présent chapitre, la date prise en compte pour apprécier les conditions d'emploi et d'ancienneté des agents mentionnés au premier alinéa du présent article est un an avant la suppression de l'inscription sur ces listes.

Les agents remplissant les conditions d'éligibilité prévues au présent article, dans sa rédaction antérieure à la loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires, demeurent éligibles jusqu'au 31 décembre 2020 à l'accès à la fonction publique prévu à l'article 1er de la présente loi.


1Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°450115
Conclusions du rapporteur public · 14 décembre 2022

N°s 450115 et 450119, Commune de Grenoble 3ème et 8ème chambres réunies Séance du 16 novembre 2022 Décision du 14 décembre 2022 A paraître aux Tables CONCLUSIONS Mme Marie-Gabrielle MERLOZ, Rapporteure publique 1. Dans le cadre du dispositif de soutien aux musiques actuelles, la ville de Grenoble a créé, par une délibération de son conseil municipal du 9 juillet 2001, une régie pour assurer la gestion de deux lieux, « la Chaufferie » destinée à la pratique amateur et « le Ciel » en direction des professionnels. Cette régie, dite « régie 2C », est dotée de la personnalité morale et de …

 Lire la suite…

2Droit à réparation des « faux vacataires » et contractuels non renouvelés de la fonction publique.
Simon Williamson, Avocat. · Village Justice · 31 octobre 2022

Au fil de ses décisions, le juge administratif dessine les contours d'un droit à réparation des « faux vacataires » de l'administration employés par voie d'arrêtés ou de contrats successifs. Cette jurisprudence a pour objet de limiter le recours à l'emploi précaire dans la fonction publique et concoure à la réalisation des objectifs de la directive 1999/70 du Conseil du 28 juin 1999 concernant l'accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée, qui imposent aux Etats membres de fixer une durée maximale totale aux contrats de travail à durée déterminée successifs et au …

 Lire la suite…

3Faux vacataires, refus de CDI et de renouvellement de CDD dans la fonction publique : quels recours contre les contrats courts successifs ? Le point de vue de…
Me Simon Williamson · consultation.avocat.fr · 20 octobre 2022

Au fil de ses décisions, le juge administratif dessine les contours d'un droit à réparation des « faux vacataires ». Cette jurisprudence a pour objet de limiter le recours à l'emploi précaire dans la fonction publique et concourt à la réalisation des objectifs de la directive 1999/70 du Conseil du 28 juin 1999 concernant l'accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée, qui imposent aux Etats membres de fixer une durée maximale totale aux contrats de travail à durée déterminée successifs et au nombre de leurs renouvellements, afin de prévenir les abus résultant de …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Dijon, 25 mars 2014, n° 1301632
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N° 1301632 ___________ M me Y X ___________ M me C D Rapporteur ___________ M. Nicolet Rapporteur public ___________ Audience du 25 février 2014 Lecture du 25 mars 2014 ___________ ig RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Dijon (2 e chambre) 36-12 C Vu la requête et le mémoire complémentaire, enregistrés les 27 juin 2013 et 14 janvier 2014, présentés par M me Y X, demeurant XXX ; M me X demande au Tribunal : 1°) d'annuler la décision du 16 mai 2013 par laquelle le ministre de l'agriculture, de …

 Lire la suite…
  • Agriculture·
  • Forêt·
  • Agro-alimentaire·
  • Fonction publique·
  • Justice administrative·
  • Etablissement public·
  • Vétérinaire·
  • Technicien·
  • Recrutement·
  • Accès

2Tribunal administratif de Nouvelle-Calédonie, 22 mai 2014, n° 1300289
Annulation

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NOUVELLE-CALEDONIE N° 1300289 ___________ M me A X D ___________ M. Schnoering Rapporteur ___________ M. Arruebo-Mannier Rapporteur public ___________ Audience du 30 avril 2014 Lecture du 22 mai 2014 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nouvelle-Calédonie Vu la requête, enregistrée le 9 septembre 2013, présentée pour M me A X D, élisant domicile XXX, par M e Elmosnino, avocat ; M me X D demande au tribunal : — d'annuler la décision du vice-recteur de la Nouvelle-Calédonie en date du 25 juin …

 Lire la suite…
  • Nouvelle-calédonie·
  • Justice administrative·
  • Enseignement privé·
  • Fonction publique·
  • Contrats·
  • Durée·
  • Interruption·
  • Établissement d'enseignement·
  • Etablissement public·
  • Service

3Tribunal administratif de Nantes, 12 juillet 2016, n° 1500497
Rejet

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N° 1500497 et 1502407 ___________ M. Z Y ___________ M. Danet Rapporteur ___________ M me Massiou Rapporteur public ___________ Audience du 14 juin 2016 Lecture du 12 juillet 2016 ___________ 36-08 C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nantes (3 e chambre) Vu la procédure suivante : I. Par une requête enregistrée sous le n° 1500497 le 20 janvier 2015, M. Z Y, représenté en dernier lieu par M e Mestre, demande au tribunal : 1°) d'annuler la décision du 15 décembre 2014 par laquelle le président …

 Lire la suite…
  • Université·
  • Contrats·
  • Durée·
  • Non-renouvellement·
  • Travailleur handicapé·
  • Illégalité·
  • Délai de prévenance·
  • Justice administrative·
  • Public·
  • Etablissement public
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Documents parlementaires

Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique (1)

INTRODUCTION GÉNÉRALE ......................................................................................................................... 4 TABLEAU SYNOPTIQUE DES CONSULTATIONS ...................................................................................................... 6 TABLEAU SYNOPTIQUE DES MESURES D' APPLICATION ......................................................................................... 9 APPLICATION DANS L'ESPACE DES DISPOSITIONS .............................................................................................. 13 TITRE IER – PROMOUVOIR UN …

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique (1)

INTRODUCTION GÉNÉRALE ......................................................................................................................... 4 TABLEAU SYNOPTIQUE DES CONSULTATIONS ...................................................................................................... 6 TABLEAU SYNOPTIQUE DES MESURES D' APPLICATION ......................................................................................... 9 APPLICATION DANS L'ESPACE DES DISPOSITIONS .............................................................................................. 13 TITRE IER – PROMOUVOIR UN …

Lire la suite…
Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
LOI n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique (1)

Mesdames, Messieurs, Profondément attachés aux valeurs du service public, les agents publics se mobilisent au quotidien pour la sécurité, la prospérité et la cohésion de notre pays. Près de neuf agents publics sur dix sont au contact direct de la population. Face à l'évolution rapide de leurs métiers, le sens de leurs missions et de leur engagement doit aujourd'hui être conforté. Face à un statut qui ne leur offre pas suffisamment la reconnaissance et les perspectives professionnelles escomptées, de nouvelles attentes se font jour pour aller vers une fonction publique plus attractive et …

Lire la suite…
Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
Vous avez déjà un compte ?

Lois modifiant ou citant les mêmes textes