Décret n°2007-773 du 10 mai 2007 pris pour l'application de la loi n° 2006-1376 du 14 novembre 2006 relative au contrôle de la validité des mariages et modifiant diverses dispositions relatives à l'état civil.

Texte intégral


Le Premier ministre,

Sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice,

Vu le code civil ;

Vu le code général des collectivités territoriales, notamment son article R. 2122-10 ;

Vu le nouveau code de procédure civile ;

Vu la loi n° 2002-304 du 4 mars 2002 relative au nom de famille et modifiant diverses dispositions relatives à l'état civil ;

Vu la loi n° 2006-1376 du 14 novembre 2006 relative au contrôle de la validité des mariages, notamment son article 9 ;

Vu l'ordonnance n° 2005-759 du 4 juillet 2005 portant réforme de la filiation ;

Vu le décret n° 74-449 du 15 mai 1974 relatif au livret de famille et à l'information des futurs époux sur le droit de la famille, modifié par le décret n° 2002-1556 du 23 décembre 2002 et par le décret n° 2006-640 du 1er juin 2006 ;

Vu le décret n° 2000-1262 du 26 décembre 2000 portant application de l'ordonnance n° 2000-218 et relatif aux actes de l'état civil et au livret de famille à Mayotte, modifié par le décret n° 2006-640 du 1er juin 2006 ;

Vu le décret n° 2004-1159 du 29 octobre 2004 portant application de la loi n° 2002-304 du 4 mars 2002 modifiée relative au nom de famille et modifiant diverses dispositions relatives à l'état civil ;

Le Conseil d'Etat (section de l'intérieur) entendu,
Chapitre Ier : Dispositions relatives au mariage
Section 1 : Dispositions générales.
Article 1
a modifié les dispositions suivantes
Article 2
a modifié les dispositions suivantes
Article 3
Le compte rendu de l'audition du futur époux ou de l'époux qui réside dans un pays autre que celui de la célébration du mariage, prévue aux articles 63, 171-3, 171-7 et 171-8 du code civil, est adressé sans délai à l'officier de l'état civil ou à l'autorité diplomatique ou consulaire qui l'a requise.
Section 2 : Dispositions relatives aux formalités préalables à la célébration du mariage.
Article 4
Les indications ou pièces dont la remise est prévue à l'article 63 du code civil sont accompagnées de tout justificatif établissant le domicile ou la résidence de chacun des futurs époux.
Article 5
La saisine du procureur de la République par l'autorité diplomatique ou consulaire en application de l'article 171-4 du code civil est accompagnée de tous documents et pièces utiles.
Cette saisine emporte sursis à la délivrance du certificat de capacité à mariage.
L'autorité diplomatique ou consulaire informe les futurs époux de cette saisine et de la date de sa réception par le procureur de la République ainsi que du sursis à la délivrance du certificat de capacité à mariage.
Cette information comporte également la mention que les intéressés doivent signaler au procureur de la République tout changement d'adresse intervenant dans le délai dont il dispose pour s'opposer au mariage.
Article 6
Si le procureur de la République ne s'est pas opposé à la célébration du mariage à l'échéance du délai prévu au deuxième alinéa de l'article 171-4 du code civil et en l'absence de toute autre opposition à l'issue de la publication des bans, l'autorité diplomatique ou consulaire délivre le certificat de capacité à mariage.
Article 7
Lorsqu'il s'oppose à la célébration du mariage d'un Français à l'étranger, le procureur de la République en informe par tout moyen l'autorité diplomatique ou consulaire.
L'acte d'opposition est signifié au futur époux qui a son domicile ou sa résidence en France.
Lorsque l'un des futurs époux a déclaré être domicilié ou résider à l'étranger, cet acte lui est notifié par l'autorité diplomatique ou consulaire territorialement compétente au regard du lieu de célébration du mariage par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou par tout autre moyen présentant des garanties équivalentes.
Section 3 : Dispositions relatives à la transcription du mariage célébré à l'étranger par l'autorité étrangère.
Article 8
L'époux qui demande la transcription sur le registre de l'état civil français de son acte de mariage étranger justifie simultanément l'adresse de sa résidence ou de son domicile ainsi que celle de son conjoint.
Article 9
Lorsque l'autorité diplomatique ou consulaire renonce à l'audition des époux en application du premier alinéa de l'article 171-7 du code civil, sa décision motivée est versée aux pièces annexes.
Article 10
La saisine par l'autorité diplomatique ou consulaire du procureur de la République pour qu'il se prononce sur la transcription sur les registres de l'état civil français de l'acte de mariage d'un Français à l'étranger ou demande la nullité de ce mariage est accompagnée de tous documents et pièces utiles.
L'autorité diplomatique ou consulaire informe chaque époux de cette saisine et de la date de sa réception par le procureur de la République ainsi que du sursis à la transcription.
Lorsque la saisine du procureur de la République est opérée en application de l'article 171-7 du code civil, cette information mentionne en outre que le procureur de la République dispose d'un délai de six mois à compter de sa saisine pour se prononcer sur la transcription et reproduit les dispositions du cinquième alinéa du même article.
Lorsque la saisine du procureur de la République est opérée par l'autorité diplomatique ou consulaire en application de l'article 171-8 du code civil, l'information mentionne en outre que celui-ci dispose d'un délai de six mois à compter de sa saisine pour demander la nullité du mariage et reproduit les dispositions du cinquième alinéa du même article.
Dans tous les cas, l'information comporte l'indication que les époux doivent signaler au procureur de la République tout changement d'adresse intervenant dans le délai dont il dispose pour prendre sa décision.
Article 11
Lorsque le procureur de la République autorise la transcription de l'acte de mariage en application de l'article 171-7 ou de l'article 171-8 du code civil, il en informe, par tout moyen, l'autorité diplomatique ou consulaire, qui transcrit cet acte sans délai sur les registres de l'état civil français.
Lorsqu'il s'oppose à la transcription, le procureur de la République notifie sa décision à chaque époux et en informe l'autorité diplomatique ou consulaire par tout moyen.
Lorsque l'un des époux a déclaré être domicilié ou résider à l'étranger, cette décision lui est notifiée par l'autorité diplomatique ou consulaire du lieu où le mariage a été célébré par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou par tout autre moyen présentant des garanties équivalentes.
Chaque époux est informé qu'il peut saisir le tribunal judiciaire pour qu'il soit statué sur la transcription.
Chapitre II : Dispositions relatives à l'état civil et à l'outre-mer.
Article 12
a modifié les dispositions suivantes
Article 13
a modifié les dispositions suivantes
Article 14
a modifié les dispositions suivantes
Article 15
a modifié les dispositions suivantes
Article 16
a modifié les dispositions suivantes
Article 17
I. - Indépendamment des articles 1er, 3 à 12 et 18 applicables de plein droit à Mayotte et dans les îles Wallis et Futuna, les articles 13, 14 et 16 y sont également applicables ; sont aussi applicables à Mayotte les dispositions de l'article 15.
II. - Indépendamment des articles 1er, 3 à 12 et 18 applicables de plein droit en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, les articles 13 et 16 y sont également applicables.
Article 18
Le décret n° 2005-170 du 23 février 2005 pris pour l'application des articles 47 et 170-1 du code civil est abrogé.
Article 19
Le ministre des affaires étrangères, le ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, le garde des sceaux, ministre de la justice, et le ministre de l'outre-mer sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Par le Premier ministre :
Dominique de Villepin
Le garde des sceaux, ministre de la justice,
Pascal Clément
Le ministre des affaires étrangères,
Philippe Douste-Blazy
Le ministre de l'intérieur
et de l'aménagement du territoire,
François Baroin
Le ministre de l'outre-mer,
Hervé Mariton

3 Commentaires


1Famille - Mariage - Lieu De Célébration. Réglementation
M. Letchimy Serge · Questions parlementaires · 27 mai 2008

M. Serge Letchimy attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur le fait que de nombreuses personnes nées en Martinique mais habitant hors du département, dans l'hexagone notamment, souhaitent célébrer leur mariage en Martinique, près de leur famille. Souvent, ces « enfants du pays » profitent donc de leurs vacances annuelles pour se marier dans un cadre familial et amical élargi qui possède, pour beaucoup de ces compatriotes, une grande importance. À l'inverse, un mariage dans leur commune de résidence effective, à 8 000 km de la Martinique, occasionne nombre …

 Lire la suite…

2Notion De Commune De Résidence Des Personnes Se Mariant
M. Jean Louis Masson, du group NI, de la circonsciption: Moselle · Questions parlementaires · 30 août 2007

M. Jean Louis Masson attire l'attention de Mme la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales sur le fait qu'à la suite des élections législatives, toutes les questions écrites qui avaient été posées sous la précédente législature et qui n'avaient pas encore obtenu de réponse ont été déclarées caduques. Il lui pose donc à nouveau la question qui avait été adressée à son prédécesseur le 21 décembre 2006 et à laquelle celui-ci n'avait pas répondu. Plus précisément, il attire son attention sur le fait que les personnes qui se marient doivent le faire dans la …

 Lire la suite…

3Famille - Mariage - Lieu De Célébration. Réglementation
Mme Zimmermann Marie-Jo · Questions parlementaires · 14 août 2007

Reprenant les termes de la question écrite qu'elle avait posée le 26 décembre 2006 sous la précédente législature, demeurée sans réponse, Mme Marie-Jo Zimmermann attire l'attention de Mme la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales sur le fait que les personnes qui se marient doivent le faire dans la commune de résidence de l'un ou l'autre des futurs époux. Elle souhaiterait qu'elle lui précise la notion de résidence, notamment lorsque les personnes en cause disposent de plusieurs lieux d'habitation dans des communes différentes ou lorsqu'une personne, …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

3 Décisions


    1Tribunal administratif de Nantes, 30 novembre 2010, n° 1005618
    Rejet

    TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N°1005618 ___________ M. A Y ___________ M. X Magistrat désigné ___________ M me Loirat Rapporteur public ___________ Audience du 2 novembre 2010 Lecture du 30 novembre 2010 ___________ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nantes Le magistrat désigné 26-06-01-02-01 Vu l'ordonnance en date du 22 juillet 2010 par laquelle le tribunal administratif de Rennes a transmis au tribunal administratif de Nantes le dossier de la requête de M. Y ; Vu la requête, enregistrée le 9 août 2010, présentée par M. A …

     Lire la suite…
    • Affaires étrangères·
    • Etat civil·
    • Tribunaux administratifs·
    • Communication·
    • Consulat·
    • Justice administrative·
    • Décision implicite·
    • Document administratif·
    • Entretien·
    • L'etat

    2Conseil d'État, 28 septembre 2009, n° 332288
    Rejet

    Conseil d'État N° 332288 ECLI:FR:CEORD:2009:332288.20090928 Inédit au recueil Lebon Section du Contentieux Lecture du lundi 28 septembre 2009REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Vu la requête, enregistrée le 25 septembre 2009 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Olivier A et M lle Manar B, élisant domicile chez leur conseil, M e Koffi Senah, avocat au barreau de Versailles, demeurant 5 bis, rue de Fontenay à Versailles (78000) ; M. A et M lle B demandent au juge des référés du Conseil d'Etat : 1°) d'enjoindre, sur le fondement de l'article L. …

     Lire la suite…
    • Justice administrative·
    • Liberté fondamentale·
    • Juge des référés·
    • Urgence·
    • Mariage·
    • Consul·
    • Sauvegarde·
    • Certificat·
    • République·
    • Maroc

    3Tribunal administratif de Grenoble, 8 mars 2010, n° 1000945
    Rejet

    TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N°1000945 ___________ M. B C X ___________ M. Y Juge des référés ___________ Ordonnance du 8 mars 2010 __________ 54-035-01-05 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la requête, enregistrée le 7 mars 2010 sous le n° 1000945, présentée pour M. B C X, élisant domicile XXX à Thonon-les-Bains (74200), par M e Vray ; M. X demande au juge des référés : — de faire injonction au ministre de l'immigration, de l'identité nationale et du développement solidaire sous astreinte de 50 euros par jour de retard dans le …

     Lire la suite…
    • Justice administrative·
    • Naturalisation·
    • Identité nationale·
    • Juge des référés·
    • Mariage·
    • Immigration·
    • Transcription·
    • Etat civil·
    • Décret·
    • Civil
    Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
    Vous avez déjà un compte ?

    0 Document parlementaire

    Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

    Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.