Loi n° 73-4 du 2 janvier 1973 relative au code du travail

Sur la loi

Entrée en vigueur : 3 janvier 1973
Dernière modification : 3 janvier 1973
Code visé : Code général des impôts, annexe 2, CGIAN2.

Texte intégral

Les dispositions annexées à la présente loi constituent le Code du travail (première partie (législative)) (annexe 1).
Sont abrogées les dispositions de nature législative contenues dans les textes figurant en annexe à la présente loi (annexe II).
Les dispositions des articles 1er et 2 ci-dessus entreront en vigueur en même temps que le décret en Conseil d'Etat, pris sur le rapport du ministre chargé du travail et du garde des sceaux, ministre de la justice, après avis de la commission supérieure chargée d'étudier la codification et la simplification des textes législatifs et réglementaires, par lequel il sera procédé à l'incorporation dans le Code du travail (première partie) des dispositions législatives réprimant les infractions à la législation du travail ainsi que des dispositions des lois 71-575 et 71-576 du 16 juillet 1971, et de celles des lois modifiant ou complètant les dispositions du Code du travail ci-annexé promulguées entre le 1er mars 1972 et la date de promulgation de la présente loi.
Ce décret apportera aux textes à codifier les adaptations de forme rendues nécessaires par le travail de codification à l'exclusion de toute modification de fond.
Nonobstant la règle prévue à l'alinéa 1er du présent article, les dispositions du 14° de l'article L. 133-3 prennent effet à compter du 1er janvier 1973.

Commentaires


1Conclusions du rapporteur public sur l'affaire n°450313
Conclusions du rapporteur public · 5 avril 2022

N° 450313 Syndicat CGT de la société Cofiroute 2ème et 7ème chambres réunies Séance du 7 mars 2022 Lecture du 5 avril 2022 CONCLUSIONS M. Clément MALVERTI, Rapporteur public C'est à la fin des années 1950 que fut véritablement lancée la construction du réseau autoroutier français1. Par la loi du 18 avril 1955 (n° 55-435) portant statut des autoroutes, le législateur opta pour le modèle des concessions, lesquelles ne pouvaient alors être attribuées qu'à des personnes publiques – groupement de collectivités locales ou chambres de commerce – ou des sociétés d'économie mixte (SEM) dans …

 Lire la suite…

2Dossier documentaire de la décision n° 2020-835 QPC du 30 avril 2020, M. Ferhat H. et autre [Condition de transparence financière des organisations syndicales]
Conseil Constitutionnel · Conseil constitutionnel · 30 avril 2020

Décision n° 2020-835 QPC Article L. 2121-1, 3° du code du travail Dossier documentaire Condition de transparence financière des organisations syndicales Services du Conseil constitutionnel - 2020 Sommaire I. Dispositions législatives ......................................................................... 4 II. Constitutionnalité de la disposition contestée .................................... 16 2 Table des matières I. Dispositions législatives ......................................................................... 4 1. Dispositions contestées …

 Lire la suite…

3Travail : protection des gérants non-salariés des succursales de maisons d'alimentation de détail
Jean-simon Laval · Association Lyonnaise du Droit Administratif · 6 mars 2019

L'ancien article L. 782-7 du code du travail prévoyait que les gérants non-salariés des succursales de maisons d'alimentation de détail « bénéficient de tous les avantages accordés aux salariés par la législation sociale » (exemple d'application : Cass. soc. 21 mai 1981, n° 80-60.414 et, s'agissant du statut protecteur aux gérants non-salariés : CE, 1988-02-12, 75492, S.A Constructions métalliques Claude Ribault ; CE, 1986-09-26, 49606, S A. "Union commerciale"). L'article L. 7322-1 du nouveau code du travail, issu de loi n° 2008-67 du 21 janvier 2008, a donné à ces dispositions une portée …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Cour administrative d'appel de Paris, du 18 septembre 1990, 89PA02079, inédit au recueil Lebon
Rejet

VU l'arrêt du 3 avril 1990 par lequel la cour administrative d'appel de Paris, avant de statuer sur la requête du MINISTRE CHARGE DU BUDGET tendant à ce que M. X… soit rétabli au rôle de l'impôt sur le revenu au titre des années 1982 et 1983 à raison de l'intégralité des droits mis à sa charge et à la réformation en ce sens du jugement du tribunal administratif de Paris du 24 novembre 1988, a décidé, en application des dispositions de l'article 12 de la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 portant réforme du contentieux administratif, de transmettre le dossier de cette requête au Conseil …

 Lire la suite…
  • Règles générales propres aux divers impôts·
  • Impôts sur les revenus et bénéfices·
  • Détermination du revenu imposable·
  • Contributions et taxes·
  • Charges déductibles·
  • Impôt sur le revenu·
  • Impôt·
  • Revenu·
  • Personnes physiques·
  • Global

2Conseil constitutionnel, décision n° 75-83 L du 17 avril 1975, Nature juridique de dispositions de l'article L525-9 du code du travail relatives à la rémunération…

Le Conseil constitutionnel, Saisi le 26 mars 1975 par le Premier Ministre, dans les conditions prévues à l'article 37, alinéa 2, de la Constitution, d'une demande tendant à l'application de la nature juridique de celles des dispositions de l'article L525-9 du code du travail qui sont relatives à la rémunération des commissaires du gouvernement et rapporteurs près la cour supérieure d'arbitrage, ainsi que des conseillers d'Etat honoraires et magistrats honoraires, membres de ladite cour ; Vu la Constitution, notamment ses articles 34, 37 et 62 ; Vu l'ordonnance du 7 novembre 1958 portant …

 Lire la suite…
  • Conseil constitutionnel·
  • Arbitrage·
  • Commissaire du gouvernement·
  • Premier ministre·
  • Honoraires·
  • Code du travail·
  • Indemnité·
  • Principe·
  • Pouvoir réglementaire·
  • Administration publique

3Conseil constitutionnel, décision n° 93-174 L du 6 avril 1993, Nature juridique de dispositions contenues dans les articles L 611-4 et L 611-6 du code du travail

Le Conseil constitutionnel a été saisi le 22 mars 1993 par le Premier ministre, dans les conditions prévues à l'article 37, alinéa 2, de la Constitution, d'une demande complétée par une demande rectificative tendant à l'appréciation de la nature juridique des dispositions relatives à l'exercice des attributions des inspecteurs du travail prévues à l'article L 611-4 du code du travail et par les mots : « placés sous l'autorité du ministre de l'agriculture » à l'article L 611-6 du même code ; Le Conseil constitutionnel, Vu la Constitution, notamment ses articles 34 et 37 ; Vu l'ordonnance n° …

 Lire la suite…
  • Inspecteur du travail·
  • Conseil constitutionnel·
  • Attribution·
  • Main-d'oeuvre·
  • Fonctionnaire·
  • Agriculture·
  • Code du travail·
  • Premier ministre·
  • Entreprise·
  • Port maritime
Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

0 Document parlementaire

Aucun document parlementaire ne cite cette loi.

Doctrine propose ici les documents parlementaires sur les articles modifiés par les lois à partir de la XVe législature.