LOI n° 2022-1089 du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes d'exception créés pour lutter contre l'épidémie liée à la covid-19 (1)

Sur la loi

Entrée en vigueur : 1 août 2022
Dernière modification : 1 août 2022
Codes visés : Code de la santé publique, Code de la sécurité intérieure et 3 autres

Texte intégral


L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2022-840 DC du 30 juillet 2022 ;
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

I. à X. - A abrogé les dispositions suivantes :

- LOI n°2021-689 du 31 mai 2021
Art. 1, Art. 2, Art. 3, Art. 4, Art. 4-1

A modifié les dispositions suivantes :

- Code de la santé publique
Art. L1451-1, Art. L3131-1, Sct. Chapitre Ier bis : Mesures de mise en quarantaine, de placement et de maintien en isolement, Art. L3136-1, Art. L3821-11, Art. L3841-2, Art. L3841-3

A modifié les dispositions suivantes :

- Code de la santé publique
Art. L3131-15, Art. L3131-12, Art. L3131-17, Art. L3131-13

A modifié les dispositions suivantes :

- Code du travail
Art. L1226-9-1, Art. L3314-5, Art. L3324-6

A abrogé les dispositions suivantes :

- LOI n°2020-856 du 9 juillet 2020
Art. 1, Art. 2, Art. 5

A abrogé les dispositions suivantes :

- LOI n°2020-290 du 23 mars 2020
Art. 7

A abrogé les dispositions suivantes :

- Code de la santé publique
Art. L3131-14, Art. L3131-16, Art. L3131-18, Art. L3131-19, Art. L3131-20

A modifié les dispositions suivantes :

- Code général de la fonction publique
Art. L332-10, Art. L512-15, Art. L512-17

A modifié les dispositions suivantes :

- Code de procédure pénale
Art. 398-1
- Ordonnance n°2020-346 du 27 mars 2020
Art. 7
- LOI n°2021-1040 du 5 août 2021
Art. 16

A modifié les dispositions suivantes :

- Code de la sécurité intérieure
Art. L411-11-1, Art. L724-4

XI. - Les I à X du présent article entrent en vigueur le 1er août 2022.

A modifié les dispositions suivantes :
- LOI n°2020-546 du 11 mai 2020
Art. 11
- LOI n°2021-1465 du 10 novembre 2021
Art. 7

I. - A compter du 1er août 2022 et jusqu'au 31 janvier 2023, le Premier ministre peut, par décret pris sur le rapport du ministre chargé de la santé et après avis de l'autorité scientifique compétente désignée par voie réglementaire, en cas d'apparition et de circulation d'un nouveau variant de la covid-19 susceptible de constituer une menace sanitaire grave, dans l'intérêt de la santé publique et aux seules fins de lutter contre la propagation de l'épidémie de covid-19, imposer aux personnes âgées d'au moins douze ans souhaitant se déplacer à destination du territoire national en provenance de pays ou de l'une des collectivités mentionnées à l'article 72-3 de la Constitution affectés par l'apparition et la circulation dudit variant, ainsi qu'aux personnels intervenant dans les services de transport concernés, de présenter le résultat d'un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19.
Le président de l'organe exécutif ou, le cas échéant, les présidents des organes exécutifs de la collectivité mentionnée au même article 72-3 ainsi que les députés et les sénateurs élus sur le territoire de ladite collectivité sont consultés avant toute application du dispositif prévu au premier alinéa du présent I.
L'application de ce dispositif au-delà de deux mois doit être autorisée par la loi.
II. - A compter du 1er août 2022 et jusqu'au 31 janvier 2023, le Premier ministre peut, par décret pris sur le rapport du ministre chargé de la santé et après avis de l'autorité scientifique compétente désignée par voie réglementaire, en cas de risque de saturation du système de santé de l'une des collectivités mentionnées à l'article 72-3 de la Constitution, dans l'intérêt de la santé publique et aux seules fins de lutter contre la propagation de l'épidémie de covid-19, imposer aux personnes âgées d'au moins douze ans souhaitant se déplacer à destination d'une de ces collectivités, ainsi qu'aux personnels intervenant dans les services de transport concernés, de présenter le résultat d'un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19.
Le président de l'organe exécutif ou, le cas échéant, les présidents des organes exécutifs de la collectivité concernée ainsi que les députés et sénateurs élus sur le territoire de ladite collectivité sont consultés avant toute application du dispositif prévu au premier alinéa du présent II.
Le président de l'organe exécutif ou, le cas échéant, les présidents des organes exécutifs de la collectivité concernée peuvent demander l'activation du dispositif prévu au même premier alinéa pour l'accès à ladite collectivité ou sa levée si l'évolution des conditions sanitaires ne justifie plus son maintien. La demande est transmise au Premier ministre et au représentant de l'État dans la collectivité concernée. Le Premier ministre adresse une réponse motivée à cette demande dans un délai de dix jours.
III. - Les mesures prises en application du premier alinéa des I et II du présent article sont soumises aux règles et sanctions prévues aux B à J du II et aux III à VI et VIII à X de l'article 1er de la loi n° 2021-689 du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire, dans sa rédaction antérieure à la présente loi, et à l'article 4 de la loi n° 2021-689 du 31 mai 2021 précitée dans la même rédaction, pour les mesures mentionnées au 1° du A du II de l'article 1er de la même loi, sous réserve des adaptations suivantes :
1° Le décret mentionné au troisième alinéa du J du même II est pris après avis de la Haute Autorité de santé ;
2° Le rapport prévu au deuxième alinéa du VI du même article 1er est présenté chaque mois jusqu'au 31 janvier 2023 ;
3° Pour l'application à Wallis-et-Futuna de la première phrase du deuxième alinéa du J du II dudit article 1er, à la fin, les mots : « le médecin conseil de l'organisme d'assurance maladie auquel est rattachée la personne concernée » sont remplacés par les mots : « l'agence de santé ».
IV. - Les données scientifiques disponibles sur la situation sanitaire qui ont motivé les décisions prises en application des I et II du présent article sont rendues publiques.

Commentaires


1Réintégration Des Soignants Non Vaccinés
Mme Christine Bonfanti-Dossat, du groupe Les Républicains, de la circonsciption : Lot-et-Garonne · Questions parlementaires · 10 novembre 2022

Mme Christine Bonfanti-Dossat attire l'attention de M. le ministre de la santé et de la prévention sur la situation des soignants non vaccinés suspendus depuis le 15 septembre 2021 alors que, dans le même temps, notre pays connaît une forte pénurie de ces personnels. L'obligation vaccinale accroît une situation globale très alarmante au sein de nombreux territoires. En outre, il est fort regrettable qu'aucune distinction n'ait été opérée entre les professionnels de santé libéraux et les soignants de la fonction publique hospitalière, le choix du patient n'étant en effet pas le même dans la …

 Lire la suite…

2Réintégration Des Personnels Soignants Non Vaccinés
M. Sébastien Meurant, du groupe Les Républicains, de la circonsciption : Val-d'Oise · Questions parlementaires · 3 novembre 2022

M. Sébastien Meurant attire l'attention de M. le ministre de la santé et de la prévention sur la récente décision de la cour suprême de l'état de New York qui a réintégré 16 soignants qui ne remplissaient pas les obligations vaccinales relatives au covid-19 en vigueur dans l'état. Le juge considéra que la décision d'interdire aux personnels soignants non vaccinés de travailler était arbitraire. Le raisonnement appliqué par la cour vaut, mutatis mutandis, pour la situation française. Aussi il souhaiterait savoir si le ministère de la santé envisage de devancer une éventuelle condamnation de …

 Lire la suite…

3Quand sera levée obligation vaccinale des personnels exerçant dans les ESMS ?
www.lagazettedescommunes.com · 26 octobre 2022

Crise sanitaire Publié le 26/10/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponse ministerielles santé social, Réponses ministérielles, Réponses ministérielles RH Réponse du ministère de la santé et de la prévention : Le principe de l'obligation vaccinale a été voté par le Parlement dans le cadre de la loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire. Cette obligation vise trois objectifs principaux : réduire le risque pour les soignants d'être infectés et de développer une forme grave en permettant leur meilleure protection individuelle ; réduire le risque de transmission de la …

 Lire la suite…
Voir les commentaires indexés sur Doctrine qui citent cette loi
Vous avez déjà un compte ?

1Tribunal administratif de Melun, 15 novembre 2022, n° 2210643
Rejet

Vu la procédure suivante : Par une requête, enregistrée le 3 novembre 2022 sous le n° 2210643, M me B A C, demeurant 173 allée de la ferme du Château à Vaux-le-Pénil (77000), représentée par M e Lerat, demande au juge des référés : 1°) d'ordonner, sur le fondement des dispositions de l'article L. 521-1 du code de justice administrative, la suspension de l'exécution de : — la décision du 22 juillet 2022 de la commune de Melun portant radiation des cadres pour abandon de poste ; — l'arrêté du 10 juin 2022 de la commune de Melun portant radiation des cadres pour abandon de poste ; — la …

 Lire la suite…

    2CAA de DOUAI, 2ème chambre, 2 novembre 2022, 21DA01556, Inédit au recueil Lebon
    Réformation

    Vu la procédure suivante : Procédure contentieuse antérieure : M me D… A… a demandé au tribunal administratif de Lille de condamner la communauté de communes de La Terre des 2 Caps à lui verser une somme totale de 554 240 euros en réparation des préjudices qu'elle estime avoir subis en conséquence du décès de sa sœur, Lucile A…, le 20 avril 2018, à la suite d'une chute survenue à la déchetterie de Marquise (E…). Par un jugement n° 1806736 du 7 mai 2021, rectifié par une ordonnance du 17 mai 2021, le tribunal administratif de Lille a condamné La Terre des 2 Caps à verser à M me A… la …

     Lire la suite…
    • Communauté de communes·
    • Justice administrative·
    • Déchet·
    • Responsabilité·
    • Ouvrage public·
    • Débours·
    • Préjudice·
    • Tribunaux administratifs·
    • Installation classée·
    • Assurance maladie

    3Cour d'appel de Paris, Pôle 1 chambre 2, 3 novembre 2022, n° 22/13551
    Infirmation

    Copies exécutoiresRÉPUBLIQUE FRANÇAISE délivrées aux parties le :AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE PARIS Pôle 1 – Chambre 2 ARRÊT DU 03 NOVEMBRE 2022 (n° , 6 pages) Numéro d'inscription au répertoire général : N° RG 22/13551 – N° Portalis 35L7-V-B7G-CGGJJ Décision déférée à la Cour : Ordonnance du 22 Juillet 2022 -Président du TJ de PARIS – RG n° 22/55073 APPELANTE LA REGIE AUTONOME DES TRANSPORTS PARISIENS (RATP), RCS de Paris sous le numéro B 775 663 438, [Adresse 1] [Localité 3] Représentée par M e Jean-claude CHEVILLER, avocat au barreau de PARIS, toque : D0945 …

     Lire la suite…
    • Autres demandes des représentants du personnel·
    • Titre de transport·
    • Autobus·
    • Vente·
    • Syndicat·
    • Épidémie·
    • Réseau·
    • Cellule·
    • Référé·
    • Tribunal judiciaire
    Voir les décisions indexées sur Doctrine qui citent cette loi
    Vous avez déjà un compte ?

    Documents parlementaires

    Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
    LOI n° 2022-1089 du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes d'exception créés pour lutter contre l'épidémie liée à la covid-19 (1)

    Depuis le 2 juin 2021, la gestion de la pandémie de la covid-19 a nécessité la mise en œuvre de l'état d'urgence sanitaire, créé par la loi du 23 mars 2020 et qui est resté applicable jusqu'au 31 mars 2022 inclus dans la plupart des territoires d'outre-mer, ainsi que du régime de gestion de la sortie de crise sanitaire défini par la loi du 31 mai 2021 et précisé par les lois des 5 août 2021, 10 novembre 2021 et 22 janvier 2022. Ces deux régimes ont permis aux pouvoirs publics de prendre les mesures nécessaires et proportionnées pour protéger les Français, maitriser la circulation du virus …

    Lire la suite…
    Sur le projet de loi ordinaire · Loi promulguée
    LOI n° 2022-1089 du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes d'exception créés pour lutter contre l'épidémie liée à la covid-19 (1)
    Sur l'article 4 · Loi promulguée
    LOI n° 2022-1089 du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes d'exception créés pour lutter contre l'épidémie liée à la covid-19 (1)

    Le présent amendement des députés Socialistes et apparentés vise à remettre un rapport au Parlement sur l'efficacité des mesures prises par le Gouvernement aux fins de lutter contre la propagation de l'épidémie de covid-19. En effet, depuis la première vague de mars 2020 plus de 13 textes de niveau législatifs ont été adoptés, plus de 40 ordonnances ont été prises, plusieurs plans de relance économique ont été lancés ("le quoiqu'il en coûte"). Nous les avons en partie soutenus, en tout cas toujours amendés. 2 ans et demi après la prise de ces mesures, il convient donc d'en faire le bilan, …

    Lire la suite…
    Voir les documents parlementaires qui traitent de cette loi
    Vous avez déjà un compte ?